ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 24 octobre

CirCON’script et M@gistère : boycott !


CirCON’script et M@gistère : boycott !

Face à ce déni de notre droit à une formation professionnelle choisie, refusons de nous inscrire via CirCON’script et envoyons nos choix par papier à nos IEN ! Cette démarche permet également de choisir les animations pédagogiques que l’on souhaite sans avoir à se soucier des effectifs imposés par l’administration. Rappelons également qu’il n’y a pas d’animations pédagogiques obligatoires ( y compris pour les T1 et T2, sur le livret scolaire unique, pour tous les enseignant­e­s d’une circonscription en fonction d’un projet imposé par l’IEN ...).

Les enseignant­-e­s sont libres de s’inscrire aux animations pédagogiques de leur choix et l’administration n’a aucun moyen de les forcer à aller à une animation plutôt qu’à une autre (d’ailleurs malgré les pressions de certain­e­s IEN jamais personne n’a été sanctionnée).

Par ailleurs, depuis 2 ans les enseignant­e­s du premier degré se voient imposer une formation continue à distance via M@gistère pour un total de 9h sur le volume total des 18h d’animations pédagogiques.
Face aux énormes couacs, le CHSCT ministériel a reconnu l’an dernier que M@gistère n’était pas au point et qu’en aucun cas l’adminis­tration ne pouvait obliger un­e enseignant­e à suivre cette formation à distance.
Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de cette plate­forme numérique, ce dispositif pose plein de questions car il isole les tra­vailleur­-ses. Les forums sont sous le contrôle de la hiérarchie. Il amplifie l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateur­ trices » volontaires ou contraints, « expert­ es » dans la thématique du parcours « choi­si ».

Il introduit et accentue l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain. Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétantes et pourrait à terme entrer dans notre évaluation professionnelle, car chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate­forme est tracée.

Sud éducation Paris appelle tous les personnels à se réunir pour construire un rapport de force, lutter contre ces dispositifs de pseudo ­formation et agir pour une véritable formation continue librement choisie sut temps de travail.

Nous dénonçons le flicage numérique exercé, ainsi que l’absence d’une formation continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les personnels eux-­elles­ mêmes.

Pour finir, nous rappelons que tou­te­s les enseignant­e­s peuvent défalquer des 18h d’animations pédago­giques 9h de participation à des Réunions d’Information Syndicale (RIS) quand celles-­ci ont lieu hors temps de présence des élèves. Pour cela il suffit d’en informer par écrit son IEN.
On peut même ne s’inscrire qu’à 9 d’animations pédagogiques en précisant que les 9 autres heures seront utilisées pour assister à des RIS.

Tract en PDF ici

Actualités

Personnes vulnérables : une victoire indispensable !
Le gouvernement avait drastiquement (et sournoisement) limité par décret pendant un week-end de la fin de l’été l’accès au dispositif d’activité partielle des personnes dites vulnérables, en limitant le nombre de pathologies visées. Et rendu impossible la possibilité du chômage partiel pour leurs proches vivants sous le même toit également. En cause évidemment le coût pour la collectivité publique du chômage partiel mis en place pour contenir les effets dévastateurs sur l’économie de la pandémie de Covid-19 depuis mars dernier.
Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle
Une fois encore, le visage horrible du terrorisme nous met au défi. Assassiner et décapiter un enseignant, un professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique, c’est s’attaquer au cœur de notre société. C’est s’attaquer à ces hommes et ces femmes qui se chargent sur tout le territoire national d’enseigner les savoirs, d’initier au débat argumenté, d’éveiller l’esprit critique et d’assurer la liberté de conscience.
Murielle Guilbert, Solidaires : "Toutes les composantes d’une colère sociale sont réunies"
Avec Simon Duteil, Murielle Guilbert est la nouvelle co-déléguée de Solidaires, qui vient de tenir son congrès à Saint Denis. La syndicaliste dénonce la primauté donnée à la croissance au détriment de la santé des salariés et de l’environnement, et l’absence de débat sur l’utilité sociale des activités économiques. Il faut, dit-elle, retrouver le sens du collectif. Interview.
La Sécu, elle est à nous !
La crise sanitaire a mis en relief la nécessité d’une protection sociale renforcée vis-à-vis des plus pauvres, des plus précaires, dont les travailleurs/ses sans- papiers, et ce en matière de couverture santé face à la COVID, comme en matière d’indemnisation chômage. De fait, la réforme de l’assurance chômage comme celle des retraites a été reportée par le gouvernement qui se refuse pour autant à les retirer alors qu’elles creusent les inégalités sociales et minent la cohésion sociale. Leur retour est au contraire annoncé.
Immonde
Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a été assassiné pour avoir fait cours sur la liberté d’expression, fondement inaliénable de notre démocratie. Il n’y a pas de mot suffisamment puissant pour qualifier l’inqualifiable, simplement qu’un enseignant est mort dans des circonstances horribles après avoir simplement exercé son métier. L’Union syndicale Solidaires partage l’émotion immense provoquée par le meurtre de Samuel Paty et se tient aux côtés de ses proches, ses ami-es, ses élèves, ses collègues et toutes celles et ceux pour qui le respect d’autrui et de sa possibilité d’exprimer son point de vue sans risquer sa vie sont au fondement de nos libertés et de notre société.

Facebook


Twitter