ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 19 janvier

CirCON’script et M@gistère : boycott !


CirCON’script et M@gistère : boycott !

Face à ce déni de notre droit à une formation professionnelle choisie, refusons de nous inscrire via CirCON’script et envoyons nos choix par papier à nos IEN ! Cette démarche permet également de choisir les animations pédagogiques que l’on souhaite sans avoir à se soucier des effectifs imposés par l’administration. Rappelons également qu’il n’y a pas d’animations pédagogiques obligatoires ( y compris pour les T1 et T2, sur le livret scolaire unique, pour tous les enseignant­e­s d’une circonscription en fonction d’un projet imposé par l’IEN ...).

Les enseignant­-e­s sont libres de s’inscrire aux animations pédagogiques de leur choix et l’administration n’a aucun moyen de les forcer à aller à une animation plutôt qu’à une autre (d’ailleurs malgré les pressions de certain­e­s IEN jamais personne n’a été sanctionnée).

Par ailleurs, depuis 2 ans les enseignant­e­s du premier degré se voient imposer une formation continue à distance via M@gistère pour un total de 9h sur le volume total des 18h d’animations pédagogiques.
Face aux énormes couacs, le CHSCT ministériel a reconnu l’an dernier que M@gistère n’était pas au point et qu’en aucun cas l’adminis­tration ne pouvait obliger un­e enseignant­e à suivre cette formation à distance.
Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de cette plate­forme numérique, ce dispositif pose plein de questions car il isole les tra­vailleur­-ses. Les forums sont sous le contrôle de la hiérarchie. Il amplifie l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateur­ trices » volontaires ou contraints, « expert­ es » dans la thématique du parcours « choi­si ».

Il introduit et accentue l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain. Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétantes et pourrait à terme entrer dans notre évaluation professionnelle, car chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate­forme est tracée.

Sud éducation Paris appelle tous les personnels à se réunir pour construire un rapport de force, lutter contre ces dispositifs de pseudo ­formation et agir pour une véritable formation continue librement choisie sut temps de travail.

Nous dénonçons le flicage numérique exercé, ainsi que l’absence d’une formation continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les personnels eux-­elles­ mêmes.

Pour finir, nous rappelons que tou­te­s les enseignant­e­s peuvent défalquer des 18h d’animations pédago­giques 9h de participation à des Réunions d’Information Syndicale (RIS) quand celles-­ci ont lieu hors temps de présence des élèves. Pour cela il suffit d’en informer par écrit son IEN.
On peut même ne s’inscrire qu’à 9 d’animations pédagogiques en précisant que les 9 autres heures seront utilisées pour assister à des RIS.

Tract en PDF ici

Actualités

Contre le chômage et les licenciements : Indispensables 32 heures !
Depuis des années, patronat, lobbies libéraux et gouvernement ne cessent de saturer l’espace public français : il serait en effet indispensable d’augmenter le temps de travail. Pourtant les comparaisons internationales, notamment celles issues d’Eurostat, indiquent que la durée hebdomadaire du travail en France est supérieure d’une heure à celle de la moyenne de la zone euro et de deux à celle de 2019 en Allemagne !
Mobilisons-nous le 16 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.
200.000 personnes reprennent la marche des libertés
Les Marches des Libertés ont rassemblé, ce samedi 16 janvier partout en France, des centaines de milliers de personnes, toutes générations confondues, pour défendre nos libertés. 15000 personnes ont défilé à Paris, de la place Félix-Eboué à la Bastille.
Nos libertés sont en danger ! Le 16 janvier, reprenons la marche
Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 150 villes de France, qui ont bravé dans certains cas les violences policières et les arrestations arbitraires pour dénoncer dans la rue cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.
Loi sécurité globale : Rien n’est joué ! tous en manifestation, samedi 16 janvier !
Depuis le 17 novembre dans plus de 150 villes de France des rassemblements dénonçant la fuite en avant répressive et liberticide du gouvernement ont eu lieu, à l’appel d’une coordination large d’associations, de familles de victimes des violences policières et d’organisations syndicales. Des centaines de milliers de manifestant-es sont déjà descendus dans la rue avec pour seules réponses volonté de passage en force et répression accrue.

Facebook


Twitter