ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 18 août

Fréquence Paris Plurielle a besoin de vous


Depuis 1992, Fréquence Paris Plurielle, la « voix des sans voix », émet sur les ondes du 106.3 MHz dans la région parisienne. Radio associative militante, elle fonctionne sans publicité avec près de 100 émissions et plus de 200 bénévoles qui chaque jour, chaque semaine prennent l’antenne pour faire entendre d’autres voix, d’autres points de vue.

Elle donne la parole aux communautés étrangères de Paris et banlieue, aux chômeurs, aux prisonniers, aux antifascistes, aux handicapés, aux écolos, aux sans-papiers, aux féministes… Elle fait entendre toutes les musiques qui dérangent et se fout de l’industrie du disque.

Les politiques successives de subventions aux associations ont amené à la suppression de certaines d’entre elles octroyées aux radios associatives. Les subventions de fonctionnement sont de plus en plus maigres.
L’État oblige à se tourner vers les subventions sur projet qui n’échappent pas non plus aux politiques d’austérité.
Leurs attributions ne sont pas exemptes d’un regard et d’un choix politique.

Mais d’ailleurs, le projet de Fréquence Paris Plurielle est tout simplement de faire de la radio.

De ce contexte politique découle notre situation financière préoccupante, aggravée par les retards d’attribution de la subvention d’aide à la diffusion et par l’augmentation des frais fixes et d’équipement.

Fréquence Paris Plurielle lance une campagne d’appel aux dons et soutiens.
Sans un apport financier certain, l’existence de la radio sera remise en cause !

FPP, la « voix des sans voix », risque la plus grave des maladies : l’extinction...
Pour envoyer vos dons : par internet sur le site http://www.rfpp.net, cliquez sur le bouton « faire un don » ou par courrier à Radio FPP - 1, Rue de la Solidarité - 75019 Paris (Chèque à l’ordre de l’Association P.A.R.I.S)

Actualités

Grâce au Conseil d’Etat, policiers et gendarmes pourront continuer à blesser, mutiler ou tuer des manifestant-es
Le Conseil d’Etat vient de rejeter les demandes de nombreuses organisations, dont l’Union syndicale Solidaires, visant à faire interdire l’utilisation des Lanceurs de balles de défense lors des manifestations. Le Conseil d’Etat a également débouté les organisations qui voulaient faire interdire le recours aux grenades de désencerclement GLI-F4.
Les travailleurs sans papiers de Chronopost Alforville au siège de la Poste à Paris
Parti s’amuser et danser, Steve a été retrouvé mort
Aux bords de la Loire, le 21 juin dernier, lors de la soirée de la fête de la musique plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre qui ont sans scrupule utilisé gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et usé de violence physique.
Femmes de chambre : la violence et l’exploitation, ça suffit !
Pas de vacances pour la lutte de classe. Encore cet été, des femmes de chambres, cessent le travail contre les cadences infernales que leur imposent les sous-traitants des grands groupes hôteliers et pour une véritable reconnaissance de leur travail
Pour une véritable citoyenneté de résidence
Appel unitaire dont Solidaires est signataire en faveur du vote des étranger-ères au niveau local.

Facebook


Twitter