MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 14 août

Fréquence Paris Plurielle a besoin de vous

  

Le statut associatif de la radio malmené par les politiques d’austérité n’échappe pas au désengagement de l’état de plus en plus significatif vis à vis du secteur associatif

Depuis 1992, Fréquence Paris Plurielle, la « voix des sans voix », émet sur les ondes du 106.3 MHz dans la région parisienne. Radio associative militante, elle fonctionne sans publicité avec près de 100 émissions et plus de 200 bénévoles qui chaque jour, chaque semaine prennent l’antenne pour faire entendre d’autres voix, d’autres points de vue.

Elle donne la parole aux communautés étrangères de Paris et banlieue, aux chômeurs, aux prisonniers, aux antifascistes, aux handicapés, aux écolos, aux sans-papiers, aux féministes… Elle fait entendre toutes les musiques qui dérangent et se fout de l’industrie du disque.

Les politiques successives de subventions aux associations ont amené à la suppression de certaines d’entre elles octroyées aux radios associatives. Les subventions de fonctionnement sont de plus en plus maigres.
L’État oblige à se tourner vers les subventions sur projet qui n’échappent pas non plus aux politiques d’austérité.
Leurs attributions ne sont pas exemptes d’un regard et d’un choix politique.

Mais d’ailleurs, le projet de Fréquence Paris Plurielle est tout simplement de faire de la radio.

De ce contexte politique découle notre situation financière préoccupante, aggravée par les retards d’attribution de la subvention d’aide à la diffusion et par l’augmentation des frais fixes et d’équipement.

Fréquence Paris Plurielle lance une campagne d’appel aux dons et soutiens.
Sans un apport financier certain, l’existence de la radio sera remise en cause !

FPP, la « voix des sans voix », risque la plus grave des maladies : l’extinction...
Pour envoyer vos dons : par internet sur le site http://www.rfpp.net, cliquez sur le bouton « faire un don » ou par courrier à Radio FPP - 1, Rue de la Solidarité - 75019 Paris (Chèque à l’ordre de l’Association P.A.R.I.S)




           

Rendez-vous

20 août / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
29 août /
Bloquons le MEDEF !
Comme tous les ans depuis 1998 le MEDEF organise ses journées d’été qui lui donne l’occasion de répandre publiquement - avec force soutien de la classe politique - une vision ultralibérale de la société et du travail. L’Union syndicale Solidaires pense qu’en cette période d’attaques répétées contre les droits sociaux, il est important de ne pas laisser aux capitalistes le champ libre.

Facebook


Twitter


Actualités

Tout notre soutien aux Argentines !
De Paris à Tokyo, Quito, Mexico, Madrid, Berlin, New York ou Sydney… dans plus de 30 pays étaient organisées le 8 août des actions de soutien au combat des femmes en Argentine pour leur droit à choisir d’avoir un enfant ou pas.
Liberté de choisir son avenir professionnel : le gouvernement nous ment !
Grande fierté du gouvernement, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel vient d’être votée. Aux dires du gouvernement elle constitue un volet social après les réformes du marché du travail !
3 chiffres de l’été qui résument les politiques gouvernementales
Alors à la rentrée… ce sont des augmentations de salaires qu’il nous faut, exigeons des emplois à temps plein en réduisant le temps de travail et un droit à la retraite digne pour toutes et tous !
« Affaire Macron-Benalla » le retour des barbouzes !
Depuis quelques jours la polémique enfle sur le système de non-droit mis en place par Macron à l’Elysée. Une fois de plus nous voyons que ceux et celles qui détruisent les droits sociaux se pensent au dessus des lois. Certainement au nom de « l’exemplarité ». Cette pratique illégale est aussi significative de la conception de l’Etat qu’à Macron, un peu comme si Benalla à l’Elysée était un premier exemple de son projet pour la fonction publique : la place grandissante faite au secteur privé, l’externalisation des missions, les privilèges accordés à certain-es, la fidélité au pouvoir en place.
Marche Adama - 2 ans de lutte pour la justice
L’appel du 21 juillet par les Quartiers populaires à la mobilisation générale