ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 19 juillet

Grande marche pour Adama Traoré


Adama Traoré est tué par les agents de la gendarmerie de la ville de Beaumont. Lors de son interpellation, Adama est maintenu au sol, sans résister, sous le poid de trois gendarmes qui le menottent. Il se plaint à de nombreuses reprise de ne plus pouvoir respirer et perd connaissance dans le véhicule. Une fois à la gendarmerie, il sera laissé gisant au sol. Les pompiers n’auront pas pu le réanimer. De nombreuses zones d’ombres planent toujours sur les circonstances de sa mort. Mais c’est, sans aucun doute possible, les techniques d’interpellations, la clé d’étranglement, ayant déjà entraîné la mort, ici utilisées contre lui, qui l’auront tué.

Dès le début, le traitement judiciaire de la mort d’Adama Traoré aura connu des dysfonctionnements, utiles pour disculper les gendarmes et écarter toute responsabilité de l’institution. Le procureur Yves Jannier, n’a eu de cesse de mentir, obstruant toute contestation en occultant délibérément les éléments les plus importants permettant de comprendre la mort d’Adama. Ses efforts l’ont dernièrement conduit à la mutation mais nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette décision. Le dépaysement de l’instruction à Paris doit nous mobiliser davantage. Nous exigeons la mise en examen des gendarmes et la vérité sur cette journée tragique. Nous pourrons alors faire notre deuil.

La mort d’Adama s’ajoute à la longue liste des victimes des meurtres et des mutilations perpétrées par les forces de l’ordre. Cet été, de nombreuses manifestation en hommage à Adama ont eu lieu à travers la France. A l’occasion du dépaysement, et pour réclamer la mise en examen des gendarmes et une instruction des plus transparentes, nous appelons à une nouvelle manifestation à Paris. Nous espérons alors impulser une large mobilisation pour que cesse enfin l’impunité policière.

Puisque sans justice, il n’y aura pas la paix !

Actualités

Barème et plafonnement des indemnités prud’homales : la Cour de cassation contente le patronat !
La Cour de cassation, saisie pour avis, a validé le plafonnement des indemnités prud’homales qui fait suite aux ordonnances Macron de 2017, à la grande joie du patronat.
Chronopost d’Alfortville : Rassemblement devant la DIRRECTE
les salariés sans-papiers en lutte de Chronopost Alfortville se rassembleront devant la Dirrecte du Val-de-marne pour exiger la satisfaction de leurs revendications : embauche en CDI temps plein par La Poste, régularisation de l’ensemble des camarades.
Rassemblement citoyen devant l’Assemblée nationale contre le CETA
Emmanuel Macron a repoussé la ratification du CETA pendant l’été, après les élections européennes, pour éloigner toute contestation... manqué puisque le CETA n’a jamais réuni un arc de force aussi large contre lui : plus de 70 organisations de la société civile ont signé une déclaration commune, alors que plus de 110 000 messages ont été envoyés aux député-es et sénateur-trices par les internautes.
Stop à la répression des sans-papiers - Libération des interpellés
L’Union syndicale Solidaires, engagée dans le soutien aux migrant-es et sans-papiers et pour l’égalité des droits, exprime sa solidarité avec les Gilets noirs et l’association Droits devant et le collectif La Chapelle debout.
Solidaires se bat pour le droit de manifester et contre l’usage des LBD
Depuis quelques années, la répression de l’Etat au travers de ses « services de maintien de l’ordre » (Police et Gendarmerie) n’a fait que s’aggraver. Cette montée de ce que nous qualifions des violences policières s’est particulièrement exprimée lors des manifestations des Gilets jaunes, lors des récents rassemblements climat ou dernièrement à Nantes lors de la fête de la musique et aussi, plus largement, au quotidien, dans les quartiers populaires.

Facebook


Twitter