ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 24 octobre

Jeu de (la) loi du non-accueil



Face à l’arbitraire, réagissons. Rendez-vous lundi 16 janvier à 18h, devant le camp Hidalgo, pour un parcours du non-accueil grandeur nature. Liberté de circulation et d’installation ! Des papiers et des logements pour tous !

L’Inter-Collectif Parisien de Soutien aux Migrant-es appelle à un nouvel happening militant
lundi 16 janvier à 18H devant le centre du boulevard Ney...

Ce happening a pour but de lancer une série d’actions qui viennent questionner le centre et sa place dans le dispositif du « non-accueil » qui est à l’œuvre sous couvert d’une communication humanitaire :

La mise en place d’un système de tri et de déportation de plus en plus « performant ».
Un jeu de l’oie sera tracé au sol, il sera proposé à des militant.es et/ou passant.es/spectateurs de lancer le dé géant et d’expérimenter « le parcours de l’éxilé.es » de la case Manuel Valls à la case Dublin en passant par les cases OFPRA, CRA et/ou déportation. Les contenus des différentes cases seront imprimés et distribués aux personnes présentes.

Ce happening sera l’occasion de prises de paroles des représentant.es d’associations et d’organisations membres de l’Inter-Collectif Parisien de Soutien aux Migrant.es engagées dans la lutte pour le respect des droits des personnes condition indispensable pour un accueil digne.

Ce jeu sera aussi le support pour donner aux migrant.es présent.es, des informations utiles sur leurs démarches et les risques que comportent pour elles et pour eux ce dispositif du non-accueil.

Enfin il sera le moyen de réaffirmer nos luttes contre les violences policières à l’œuvre depuis plusieurs mois. Aux portes même du centre dit « humanitaire », ces violences font partie intégrante de cette politique du non-accueil, dont le message est « toutes celles et tous ceux qui ne rentrent pas dans le centre humanitaire doivent disparaître » :

Le Centre Humanitaire de Paris, d’accueil et de transit des migrants récemment arrivés est saturé.
Il est saturé depuis son ouverture, plus soucieux de la gestion des flux que de l’inconditionnalité de l’accueil pourtant annoncée par les responsables de la Mairie de Paris. Chaque jour, plus d’une centaine de personnes qui s’y présentent, ne sont pas admises et dorment donc dans la rue, situation d’autant plus intolérable en période de grand froid.
Il est de la responsabilité constitutionnelle de l’État de mettre à l’abri les personnes migrantes.
Non seulement cette mise à l’abri n’est pas assurée, mais ces migrants continuent à être harcelés depuis août et particulièrement depuis une dizaine de jours, par la multiplication de violences policières indignes et scandaleuses : confiscation en pleine nuit de leurs duvets et couvertures, utilisation de la force, de la violence, des gaz et de l’humiliation pour disperser et harceler, celles et ceux qui cherchent un abri.
Il en résulte une grave atteinte à leur intégrité corporelle et par temps de grand froid un risque d’hypothermie. Par ailleurs, cette violence quotidienne se traduit depuis l’évacuation des camps de Stalingrad début novembre, par de nouveaux murs dans Paris faits de grillages : c’est la liberté de circulation de tous, migrants et
habitants, dans l’espace public commun, qui est ainsi prise en otage.
Cette violence illégitime, illégale et odieuse doit cesser ! Il en va de même du « délit de solidarité » comme répression de toutes celles et tous ceux qui humainement s’engagent à les mettre à l’abri et les accompagner dans leurs démarches d’asile, témoignant qu’en France les valeurs d’accueil traditionnelles continuent à être portées par une part importante de la population.
Nous nous opposons à cette politique qui tente de rendre invisible tout sujet migrant ou à la rue et contrevient absolument à la Convention de Genève de 1951.
Il est indigne que des fonctionnaires d’État et des agents de la Ville soient enrôlés dans un « sale boulot » quand ce genre de situation dramatique appelle chacun au devoir de solidarité humaine et au strict respect de l’égalité des droits.
Nous n’acceptons pas d’être les témoins silencieux de stratégies qui ajoutent la cruauté à l’indifférence et dont depuis des mois les réfugiés sont la cible.
Enfin, il nous semble impérieux que face à celles et à ceux qui passent par notre pays ou y demandent refuge, notamment à Paris, répondent des politiques publiques
courageuses qui prennent en compte l’ampleur du phénomène et le traitent avec dignité d’être humain à être humain, pour être à la hauteur de la confiance faite à la France par ceux qui ont tout quitté pour rejoindre un avenir meilleur.
 


L’évènement


Documents à télécharger > Au jeu de l’asile et du hasard

Actualités

Personnes vulnérables : une victoire indispensable !
Le gouvernement avait drastiquement (et sournoisement) limité par décret pendant un week-end de la fin de l’été l’accès au dispositif d’activité partielle des personnes dites vulnérables, en limitant le nombre de pathologies visées. Et rendu impossible la possibilité du chômage partiel pour leurs proches vivants sous le même toit également. En cause évidemment le coût pour la collectivité publique du chômage partiel mis en place pour contenir les effets dévastateurs sur l’économie de la pandémie de Covid-19 depuis mars dernier.
Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle
Une fois encore, le visage horrible du terrorisme nous met au défi. Assassiner et décapiter un enseignant, un professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique, c’est s’attaquer au cœur de notre société. C’est s’attaquer à ces hommes et ces femmes qui se chargent sur tout le territoire national d’enseigner les savoirs, d’initier au débat argumenté, d’éveiller l’esprit critique et d’assurer la liberté de conscience.
Murielle Guilbert, Solidaires : "Toutes les composantes d’une colère sociale sont réunies"
Avec Simon Duteil, Murielle Guilbert est la nouvelle co-déléguée de Solidaires, qui vient de tenir son congrès à Saint Denis. La syndicaliste dénonce la primauté donnée à la croissance au détriment de la santé des salariés et de l’environnement, et l’absence de débat sur l’utilité sociale des activités économiques. Il faut, dit-elle, retrouver le sens du collectif. Interview.
La Sécu, elle est à nous !
La crise sanitaire a mis en relief la nécessité d’une protection sociale renforcée vis-à-vis des plus pauvres, des plus précaires, dont les travailleurs/ses sans- papiers, et ce en matière de couverture santé face à la COVID, comme en matière d’indemnisation chômage. De fait, la réforme de l’assurance chômage comme celle des retraites a été reportée par le gouvernement qui se refuse pour autant à les retirer alors qu’elles creusent les inégalités sociales et minent la cohésion sociale. Leur retour est au contraire annoncé.
Immonde
Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a été assassiné pour avoir fait cours sur la liberté d’expression, fondement inaliénable de notre démocratie. Il n’y a pas de mot suffisamment puissant pour qualifier l’inqualifiable, simplement qu’un enseignant est mort dans des circonstances horribles après avoir simplement exercé son métier. L’Union syndicale Solidaires partage l’émotion immense provoquée par le meurtre de Samuel Paty et se tient aux côtés de ses proches, ses ami-es, ses élèves, ses collègues et toutes celles et ceux pour qui le respect d’autrui et de sa possibilité d’exprimer son point de vue sans risquer sa vie sont au fondement de nos libertés et de notre société.

Facebook


Twitter