Le show du roi Carlos : pas t’éthique !


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   vendredi 19 janvier

Le show du roi Carlos : pas t’éthique !

  

Le syndicat SUD Renault constate que la moralisation des revenus des plus hauts dirigeants de l’entreprise n’est toujours pas au rendez-vous en 2017.

Pour éviter une nouvelle fronde, les administrateurs ont établi un nouveau mode de calcul de la rémunération du PDG qui aboutirait à une baisse de sa part variable. La rémunération de Carlos Ghosn passerait de 7,251 à 7,005 millions d’euros, soit une baisse ridicule de 3,5 %.

En plus, c’est une baisse en trompe l’œil car la rémunération de Carlos Ghosn est sous-évaluée. Les 100 000 actions gratuites qu’il perçoit chaque année sont « valorisées » 4,6 millions d’euros, soit 46,30 € l’action. Or l’action Renault vaut aujourd’hui environ 82 €. C’est donc un cadeau de 8,2 millions d’euros (et non de 4,6) qui s’ajoute à sa part fixe et à sa part variable (hors rémunération de Nissan).

Sans compter qu’un nouveau scandale vient faire tâche, selon l’agence Reuters, avec un projet de bonus de plusieurs millions, échappant à la supervision des actionnaires et à la fiscalité française, et versé aux 6 principaux dirigeants de l’Alliance dont Ghosn via une société enregistrée au Pays-Bas !

Côté éthique, certains faits viennent également ternir la vitrine officielle :

  • La part des frais de personnel dans le chiffre d’affaire a baissé de 6% en un an, tandis les 10 plus hautes rémunérations du Groupe se sont partagés 1 M€ de plus qu’il y a 2 ans…
  • Les fournisseurs sont saignés à la gorge, à l’exemple des 277 salariés de GM&S dans la Creuse menacés de perdre leur emploi suite aux baisses de commande de Renault et PSA. Les milliers de salariés prestataires travaillant pour l’Ingénierie s’entendent évoquer la compression des coûts par RENAULT comme motif de non-augmentation. Le nombre d’intérimaires a explosé dans les usines…
  • Renault affirme s’engager à respecter les Droits de l’Homme et les droits syndicaux. Pourtant encore en 2016, des salariés ont été licenciés pour avoir voulu s’organiser en syndicat à l’usine de Bursa en TURQUIE.
  • Nos dirigeants ont-ils des scrupules à coopérer avec des régimes policiers en Russie, en Iran ou en Turquie ? Non. Travailler sans liberté syndicale est aussi un moyen de réduire les coûts de personnel.
  • Et sur le plan environnemental : la dépollution à bas coût des moteurs Diesel, est-ce le choix des salariés ou celui de nos dirigeants ? Au final, le « dieselgate » aura plombé l’image de l’entreprise. Et ce sont les salariés qui en font les frais, avec une augmentation de la charge de travail pour passer les nouvelles normes !

Tout se passe comme si nos dirigeants étaient plus aptes à l’enrichissement personnel qu’à la conduite responsable et sociale de l’entreprise.

Mais les actionnaires se sentiront ils floués ? Se révolteront ils contre la rémunération du PDG ? Rien n’est moins sûr, car leurs dividendes ne cessent d’augmenter : +31,25 % cette année, soit au total 917 millions d’euros de dividendes, alors que les salaires ont progressé péniblement de 1,8 % en moyenne, et que les effectifs ont été réduits ! Les intérêts des actionnaires ne sont pas ceux des salariés, ni de la population.

Sous le règne de Carlos Ghosn, Renault a glissé de plus en plus vers une machine à cash et à dividendes, au détriment du social et du sociétal.

Le syndicat SUD RENAULT appelle les salariés à le rejoindre pour construire un véritable contre-pouvoir dans l’entreprise.


Le show du roi Carlos : pas t’éthique !

Rendez-vous

23 janvier / 9h / à la Bourse du Travail
AG des Hôpitaux en Lutte
En 2018, tous ensemble on se relève… Tous ensemble on sauve notre Hôpital Public... Rien que ça !
25 janvier / 8h / devant le Palais de justice de Paris
Toutes et tous au côté de Loïc de la compagnie Jolie môme
Rebondissement dans l’affaire Intermittents/MEDEF le procès de Loïc est une nouvelle fois reporté !
27 janvier / 9h / 29 boulevard du Temple
Tout le monde déteste le travail
Rencontres pour qui en a, en cherche, l’évite, s’organise au delà...
30 janvier /
EHPAD : Journée nationale d’action
Ces dernières années, la presse a relayé les luttes des salarié-es, mettant en lumière la situation dégradée des établissements prenant en charge les personnes âgées. Les politiques d’austérité budgétaires successives ont transformé ces lieux de vie en mouroir pour les résident-es et en lieux de souffrance pour les personnels qui y travaillent.
30 janvier / 18H30 / dans les nouveaux locaux de Solidaires
Soirée de présentation/discussion du numéro 6 des Utopiques le 30 janvier !
Pour sa sixième livraison, les cahiers de réflexion Les Utopiques édités par l’Union syndicale Solidaires se penchent sur nos luttes contre leurs lois travail. Revenant pour l’essentiel sur le mouvement de 2016 (mais avec quelques pistes également concernant celui de 2017…) le dossier central de la revue offre de nombreux témoignages sur l’expérience de Nuits debout à Avignon, Nîmes ou Saint-Denis, mais aussi sur l’intersyndicale du Havre ou encore sur l’appel On bloque tout ! et ses suites.

Facebook


Twitter

  

Actualités

Assises pour la liberté du travail
Macron veut libérer le travail ? Nous aussi ! Mais nous voulons le libérer de l’emprise des actionnaires et des objectifs chiffrés. Lui redonner du sens. Conquérir le pouvoir d’agir sur comment et pourquoi nous travaillons. Rendre le travail vivable et soutenable, pour nous et pour la planète.
Vérité et Justice pour Sakine, Fidan et Leyla
5 ans de déni de justice pour les familles, 5 ans d’impunité pour les commanditaires de l’assassin, alors que ce dernier décédait quelques jours avant son procès. Alors que les avocats des familles tentent de faire rouvrir le dossier, et que d’autres menaces d’attentats visant des figures du mouvement kurde en Europe ont été mises à jour, nos camarades kurdes appellent à une mobilisation massive pour la manifestation en hommage aux trois femmes, le samedi 06 janvier à Paris, à 11h gare du Nord.
Tribunal Permanent des Peuples
Le TPP est un tribunal d’opinion qui agit de manière indépendante des États et répond aux demandes des communautés et des peuples dont les droits ont été violés. Le but des audiences est de « restaurer l’autorité des peuples lorsque les États et les organisations internationales ont échoué à protéger les droits des peuples ».
Madame Pénicaud, qui profite (vraiment) du système ?
Jeudi 4 janvier, Murielle Pénicaud, ministre de la casse du droit du travail et de la chasse aux chômeur-euses, s’en prenait au micro de France Inter à « ceux qui profitent du système ».
En 2018 tout est possible