ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 28 janvier

Les banques sont en train de s’effondrer... et personne ne s’ensoucie !


Le 7 juillet dernier, François Pérol a présenté aux membres du Comité de groupe un tableau idyllique du monde bancaire et de BPCE en particulier. Le représentant Sud l’a interpellé pour contester cette analyse en avançant un certain nombre d’arguments factuels. Au terme de cette intervention, François Pérol a repris la parole pour dire : « Ça me coûte de vous le dire, mais vous avez raison. »

Voici quelques données qui ont nourri l’analyse de Sud.
La crise de 2007-2008 issue des pratiques spéculatives des banques, notamment à travers les subprimes et la titrisation industrielle des crédits, a généré de considérables dégâts économiques et sociaux. Au prétexte du too big to fail (« trop grosses pour faire faillite »), les États ont secouru les banques privées avec l’argent des contribuables, ce qui a contribué à une explosion des dettes publiques. Ainsi, la faillite de Dexia a coûté à ce jour au moins 20 milliards d’euros à la France et à la Belgique, sans compter 80 milliards d’euros de garantie accordés à cet établissement par les deux États. En Irlande, du fait de la crise bancaire, la dette publique qui représentait 25 % du PIB en 2007 a bondi à 100 % de ce même PIB en 2010. De son côté, le Groupe BPCE a perdu 11 379 emplois entre 2008 et 2012, soit 8,9 % de l’ensemble des effectifs, et il continue aujourd’hui de supprimer des emplois.

Les conséquences des pratiques spéculatives et des malversations des banques auraient dû entraîner la mise en place de mesures radicales pour mettre au pas les banques et leurs dirigeants afin de prémunir la population contre les effets d’une nouvelle crise. Or il n’en a rien été. En dehors de l’Irlande et de l’Islande qui viennent
d’envoyer des banquiers en prison, les banques ont continué leur business as usual, comme avant, comme si de rien n’était.

Voilà pourquoi le système bancaire est aujourd’hui au bord de l’explosion. Trente grandes banques dites « systémiques » menacent aujourd’hui l’économie mondiale. En clair, la faillite de l’une d’elles est susceptible d’entraîner la chute de toutes les autres comme nous l’avons vérifié le 15 septembre 2008, lors de la faillite de Lehman Brothers. Plusieurs de ces banques sont en grande difficulté. La Deutsche Bank vient d’être condamnée par la justice américaine à 14 milliards de dollars d’amende pour sa participation à la crise financière de 2008. Elle est au bord de faire faillite, son action a perdu 56 % de sa valeur sur les douze derniers mois. La banque ne vaut plus que 14 milliards d’euros en bourse et son hors-bilan (les paris sur les produits dérivés) qui pèse quasiment l’équivalent du PIB mondial l’expose à des pertes considérables. La Deutsche Bank, n’est pas la seule banque systémique à
connaître de graves problèmes. Beaucoup de banques européennes, italiennes en particulier, ont un risque de crédit supérieur à leurs fonds propres. La banque italienne Unicredit a perdu 66 % de sa valeur ces douze derniers mois.

Sachant que la Commission européenne a mis fin au bail-out (« sauvetage des banques par les contribuables ») et l’a remplacé par le bail-in (appeler en cas de faillite de la banque les actionnaires, les détenteurs d’obligations, puis les clients), vu l’ampleur des pertes potentielles des banques, ce dispositif risque de se révéler insuffisant. Qui paiera l’ardoise dans ces conditions ? Les déposants par le biais d’une ponction sur leur épargne qui pourrait remettre en cause la garantie des dépôts de 100 000 euros, les salariés à travers de massives suppressions d’emplois ?

Au vu du désastre économique et social qui nous attend, la proposition de Sud-Solidaires BPCE de créer un service public bancaire par la socialisation de toutes les banques fait la preuve de sa pertinence et de sa nécessité.


Les banques sont en train de s’effondrer... et personne ne s’ensoucie !

Actualités

Manifestation nationale pour l’interdiction des licenciements et contre les suppressions d’emplois
Les plans de licenciements, les suppressions d’emplois seraient inéluctables… C’est ce qu’on veut nous faire croire ! On assiste à une avalanche de plans de licenciements dans le commerce, l’automobile, l’aérien, le tourisme... dont les patrons nous disent qu’ils sont totalement liés à la crise économique : ils sont surtout le résultat de leur choix de préserver et maintenir leurs niveaux de profits avant tout !
Le gouvernement (et le Sénat) sacrifient les jeunes en n’étendant pas le RSA aux 18-25 ans
Parmi les 5,3 millions de pauvres en 2017, plus de la moitié sont des jeunes de moins de 30 ans. Entre 18 et 29 ans, le taux de pauvreté est maximal à cause du chômage, des bas salaires et de la précarité de l’emploi. Aujourd’hui, cette tranche d’âge paye l’addition de la crise économique.
Non au Service national universel !
Sarah El Haïry, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, vient de réaffirmer que le Service national universel (SNU) serait obligatoire en 2026, pour 800 000 jeunes de 16 ans.
Contre le chômage et les licenciements : Indispensables 32 heures !
Depuis des années, patronat, lobbies libéraux et gouvernement ne cessent de saturer l’espace public français : il serait en effet indispensable d’augmenter le temps de travail. Pourtant les comparaisons internationales, notamment celles issues d’Eurostat, indiquent que la durée hebdomadaire du travail en France est supérieure d’une heure à celle de la moyenne de la zone euro et de deux à celle de 2019 en Allemagne !
Mobilisons-nous le 16 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.

Facebook


Twitter