ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 28 janvier

Lettre ouverte a nos partenaires « ess » et aux conseillers regionaux


Nous, salarié.es de l’Atelier, Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire et Organisme Associé du Conseil régional Île-de-France, restons à la porte de la conférence régionale ESS que nous devrions et aurions souhaité alimenter… L’absence de toute visibilité sur l’avenir de notre structure et de ses missions en 2017 nous l’interdit.

Notre devoir est de vous alerter et de porter les faits suivants à votre connaissance.

Concernant nos missions et « cœur de métier » :
• Début octobre, fin du programme « Entrepreneurs du changement », gare d’aiguillage pour des centaines de porteurs de projets qui trouvaient à l’Atelier des réponses pertinentes pour accélérer leur parcours de créateur dans un écosystème francilien dense et riche ;
• Cela signifie la fin du soutien apporté aux projets créateurs d’emplois locaux, facteurs de lien social et d’intégration, dynamiques pour l’initiative citoyenne, grâce notamment à notre expertise concernant les montages économiques associant ressources publiques, privées, et bénévoles (non monétaires) :
• Fin de l’alimentation en continu du site internet et du travail de promotion destiné à valoriser les initiatives.

Concernant la mise en question des moyens qui remettent en cause notre CAPACITÉ D’AGIR :
• Diminution de 40% de notre dotation régionale en 2016 (-346.000 euros) et son corollaire, le départ de quatre collègues dès le lendemain de la conférence régionale ;
• Résiliation de notre bail sous 6 mois sans alternative ;
• Absence de toute réponse au courrier adressé par notre président Monsieur Richard à Madame Pécresse.

Concernant le bilan à redouter :
• Vers qui orienter les centaines de porteurs de projets accueillis chaque année à l’Atelier alors que depuis 2014, une loi* affirme désormais l’importance de l’ESS pour le développement des territoires ???
• Autant de créateurs d’entreprises et d’emplois non délocalisables qui ne verront pas le jour sur le territoire francilien !!!
• Passage en pertes et profits des 11 millions d’euros cumulés et investis depuis 2007, par l’ensemble des partenaires (Région, Etat, CDC, Ville de Paris, collectivités…) pour créer et animer un organisme dédié sur l’ESS : l’Atelier ;
• Le gâchis est d’autant plus grand qu’aucune transmission de nos expertises n’est envisagée si ce n’est pour l’observatoire régional de l’ESS qui est transféré à la CRESS ;
• Nous ne sommes pas seuls, d’autres Organismes Associés et de nombreuses associations et coopératives franciliennes sont touchés par ce mouvement.

Par ailleurs, cette situation d’incertitude qui dure depuis des mois perturbe fortement tous les salarié.es (troubles psycho-somatiques, dysfonctionnements dans l’organisation, dégradation des relations partenariales, etc.). Les facteurs de risques psycho-sociaux qui en résultent sont avérés et susceptibles de déboucher sur des dangers graves et imminents. Sur ces points, les représentants des salarié.es ont aussi un devoir d’alerte.

Nous exigeons une clarification immédiate de la situation dans l’intérêt de toutes les parties prenantes.

Actualités

Manifestation nationale pour l’interdiction des licenciements et contre les suppressions d’emplois
Les plans de licenciements, les suppressions d’emplois seraient inéluctables… C’est ce qu’on veut nous faire croire ! On assiste à une avalanche de plans de licenciements dans le commerce, l’automobile, l’aérien, le tourisme... dont les patrons nous disent qu’ils sont totalement liés à la crise économique : ils sont surtout le résultat de leur choix de préserver et maintenir leurs niveaux de profits avant tout !
Le gouvernement (et le Sénat) sacrifient les jeunes en n’étendant pas le RSA aux 18-25 ans
Parmi les 5,3 millions de pauvres en 2017, plus de la moitié sont des jeunes de moins de 30 ans. Entre 18 et 29 ans, le taux de pauvreté est maximal à cause du chômage, des bas salaires et de la précarité de l’emploi. Aujourd’hui, cette tranche d’âge paye l’addition de la crise économique.
Non au Service national universel !
Sarah El Haïry, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, vient de réaffirmer que le Service national universel (SNU) serait obligatoire en 2026, pour 800 000 jeunes de 16 ans.
Contre le chômage et les licenciements : Indispensables 32 heures !
Depuis des années, patronat, lobbies libéraux et gouvernement ne cessent de saturer l’espace public français : il serait en effet indispensable d’augmenter le temps de travail. Pourtant les comparaisons internationales, notamment celles issues d’Eurostat, indiquent que la durée hebdomadaire du travail en France est supérieure d’une heure à celle de la moyenne de la zone euro et de deux à celle de 2019 en Allemagne !
Mobilisons-nous le 16 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.

Facebook


Twitter