MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mercredi 20 février

Lettre ouverte a nos partenaires « ess » et aux conseillers regionaux

  

Nous, salarié.es de l’Atelier, Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire et Organisme Associé du Conseil régional Île-de-France, restons à la porte de la conférence régionale ESS que nous devrions et aurions souhaité alimenter… L’absence de toute visibilité sur l’avenir de notre structure et de ses missions en 2017 nous l’interdit.

Notre devoir est de vous alerter et de porter les faits suivants à votre connaissance.

Concernant nos missions et « cœur de métier » :
• Début octobre, fin du programme « Entrepreneurs du changement », gare d’aiguillage pour des centaines de porteurs de projets qui trouvaient à l’Atelier des réponses pertinentes pour accélérer leur parcours de créateur dans un écosystème francilien dense et riche ;
• Cela signifie la fin du soutien apporté aux projets créateurs d’emplois locaux, facteurs de lien social et d’intégration, dynamiques pour l’initiative citoyenne, grâce notamment à notre expertise concernant les montages économiques associant ressources publiques, privées, et bénévoles (non monétaires) :
• Fin de l’alimentation en continu du site internet et du travail de promotion destiné à valoriser les initiatives.

Concernant la mise en question des moyens qui remettent en cause notre CAPACITÉ D’AGIR :
• Diminution de 40% de notre dotation régionale en 2016 (-346.000 euros) et son corollaire, le départ de quatre collègues dès le lendemain de la conférence régionale ;
• Résiliation de notre bail sous 6 mois sans alternative ;
• Absence de toute réponse au courrier adressé par notre président Monsieur Richard à Madame Pécresse.

Concernant le bilan à redouter :
• Vers qui orienter les centaines de porteurs de projets accueillis chaque année à l’Atelier alors que depuis 2014, une loi* affirme désormais l’importance de l’ESS pour le développement des territoires ???
• Autant de créateurs d’entreprises et d’emplois non délocalisables qui ne verront pas le jour sur le territoire francilien !!!
• Passage en pertes et profits des 11 millions d’euros cumulés et investis depuis 2007, par l’ensemble des partenaires (Région, Etat, CDC, Ville de Paris, collectivités…) pour créer et animer un organisme dédié sur l’ESS : l’Atelier ;
• Le gâchis est d’autant plus grand qu’aucune transmission de nos expertises n’est envisagée si ce n’est pour l’observatoire régional de l’ESS qui est transféré à la CRESS ;
• Nous ne sommes pas seuls, d’autres Organismes Associés et de nombreuses associations et coopératives franciliennes sont touchés par ce mouvement.

Par ailleurs, cette situation d’incertitude qui dure depuis des mois perturbe fortement tous les salarié.es (troubles psycho-somatiques, dysfonctionnements dans l’organisation, dégradation des relations partenariales, etc.). Les facteurs de risques psycho-sociaux qui en résultent sont avérés et susceptibles de déboucher sur des dangers graves et imminents. Sur ces points, les représentants des salarié.es ont aussi un devoir d’alerte.

Nous exigeons une clarification immédiate de la situation dans l’intérêt de toutes les parties prenantes.




           

Rendez-vous

25 février / 12h / devant la Direction Fret à Clichy
Tous unis contre la violence patronale
À la veille de dossiers importants (passage des EPIC SNCF en Sociétés Anonymes, transfert des cheminots, casse du statut des fonctionnaires, privatisation des entreprises publiques, retraite par points), les syndicalistes SUD-Rail (Solidaires) porteurs d’un projet de progrès social, représentent, avec toutes celles et tous ceux qui s’opposent, une menace pour les profits de celles et ceux qui dirigent.
1er mars / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
8 mars /
8 mars, grève des femmes
Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais cette égalité est loin d’être effective. C’est pourquoi la journée du 8 mars ne se « fête » pas et n’est pas la « journée de la femme » mais bien celle de lutte pour les droits des femmes ! Le 8 mars est une journée internationale de convergence de toutes nos luttes, celles des femmes d’ici et d’ailleurs.
16 mars /
Marches pour le climat
Après le succès des précédentes "Marches pour le climat" dont la dernière le 8 décembre a rassemblé 230 000 personnes dans 191 villes afin de dénoncer l’inaction climatique et appeler à une réponse à la hauteur de l’urgence
16 mars /
Marche des Solidarités
Ensemble face à l’oppression et la répression Riposte populaire !

Facebook


Twitter


Actualités

Stop à la répression antisyndicale et défendons la liberté d’expression à Korian !
Non à la discrimination anti-syndicale ! Non à l’acharnement à l’encontre des salarié-es qui dénoncent la maltraitance ! Des collègues travaillant dans l’entreprise Korian sont menacées de sanction. Une d’entre elles est mise à pied et risque son poste !
Faire travailler plus pour avoir une retraite correcte…
Alors que la mobilisation sociale continue, le gouvernement refuse d’entendre. Il n’entend pas en particulier la colère des retraité-es qui ont répondu massivement aux mots d’ordre syndicaux et qui sont très présentes dans les manifestations de gilets jaunes.
L’hiver fut chaud, le printemps pourrait bien bouillir !
La justice et l’égalité sont au cœur des mobilisations sociales, celles des gilets jaunes ou celles des syndicats. Justice sociale, fiscale, environnementale, égalité des droits sont des conditions indispensables à un système réellement démocratique, dans le monde du travail comme dans la société entière.
Combattons plus que jamais l’extrême droite
L’antisémistisme est un poison ancien dans la société française qui resurgit crescendo depuis plusieurs années et encore aujourd’hui. L’extrême droite s’en nourrit aussi avec toute sa sphère complotiste. Elle n’a pas surgit de nulle part dans les manifestations des gilets jaunes. Elle était là avant, déjà en première ligne contre les migrants au Col de l’Echelle, contre les militant-es antiracistes et de gauche à Lyon…
Exigeons les vrais chiffres de tous-tes les blessé-es depuis l’Acte I !
Les rues de France connaissent l’épisode de répression le plus violent depuis 1968. Une marseillaise est décédée, Zineb Redouane, des lycéens ont été éborgnés, des ados sont mutilés, des femmes et des hommes apprennent à vivre avec des gueules cassées, avant des mois, voire des années, de réparations esthétiques.