ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 13 mai

Manifestation contre la casse de la protection de l’enfance


La casse de la protection de l’enfance est en marche. Les départements se désengagent, réduisent les financements ou imposent des appels à projet plaçant les associations en concurrence les unes contre les autres. Les entrepreneurs du social répondent à des contrats à impact social subordonnant l’action sociale au monde de la finance. Les conditions de travail et la qualité des services rendus aux publics se dégradent jours après jours. De nombreux enfants en situation de danger avéré ne peuvent plus être protégés. Sur le terrain, les équipes sont à bout ; les situations sont dans bien des cas critiques ! Il y a urgence, urgence sociale, urgence morale, urgence à se mobiliser, à défendre la protection de l’enfance et l’ensemble du travail social.

Dans le Maine et Loire (49), cinq associations fortes d’un ancrage, d’une technicité et de compétences historiques se retrouvent dans la tourmente suite à une opération de dumping social de deux structures hors sol ayant diminué de 30% le prix journée. Pour ne pas laisser sur le carreau près de 400 salarié-es et les publics accompagnés, les collègues du 49 sont entré-es en Résistance. De manifestations en actions, ces personnels sont arrivés à faire monter la pression et à construire un mouvement faisant écho aux situations que nous rencontrons dans la prévention spécialisée, l’Action Éducative en Milieu Ouvert , la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la psychiatrie, l’accueil (voir même l’abandon) des mineurs isolés étrangers et plus globalement l’action sociale publique et associative en France.

Les mobilisations en cours à Angers, Marseille, Rennes, en Seine Saint Denis, dans le Nord, la Meurthe et Moselle ou les Hauts de Seine… sont porteuses d’espoir ! Pour organiser des solidarités entre départements et secteurs confrontés aux mêmes attaques, les collègues du 49 lancent un appel à la mobilisation mardi 4 juillet à l’occasion des assises de la protection de l’enfance qui se dérouleront au palais des Congrès à Paris. Dès le 27 juin, une douzaine de salarié-es de la protection de l’enfance sillonneront à pieds les routes entre Angers et Paris.

Nous invitons l’ensemble des actrices et acteurs du travail social, médico-social, sanitaire et également les publics accompagnés à rejoindre cette marche et à battre le pavé entre Neuilly sur Seine et le Palais des Congrès. Soyons mobilisé-es pour bloquer la casse de travail social et médico-social !

Rendez-vous à 12h au métro Pont de Neuilly (ligne 1) et au rassemblement face aux assises de la protection de l’enfance à porte Maillot (ligne 1) jusqu’à 17h

Retour photos sur la manifestation


Manifestation contre la casse de la protection de l’enfance

Actualités

La commune vit !
Il y a 150 ans, de début mars à fin mai 1871, une insurrection instaure la « Commune de Paris », un pouvoir populaire au service du plus grand nombre. A l’heure où le gouvernement du « président des riches » mène une politique de destruction des droits sociaux et s’attaque aux libertés démocratiques, la Commune reste le témoignage qu’une autre société est possible.
Combien de morts faudra-t-il encore ?
Face à la pandémie, le gouvernement français a fait le choix délibéré de faire vivre, en toute irresponsabilité, la population avec l’épidémie.
Collectif contre la loi Séparatisme : lettre ouverte unitaire envoyée aux parlementaires à propos de la loi « confortant les principes de la République »
Ce texte fortement durci lors de son examen au Sénat nous inquiète au plus haut point et nous partageons les critiques renouvelées par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), la Défenseure des droits ou celles exprimées le 20 avril dernier par le rapporteur général sur la lutte contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe.
Loi Climat : La Marche d’Après !
Une loi pour sauver le climat, pas le capitalisme ! A l’issue des débats à l’Assemblée nationale, le projet de loi « Climat et Résilience », déjà largement en deçà des 149 propositions de la convention citoyenne pour le climat, préserve les grands équilibres du monde d’avant.
Collectif Réquisitions : nouvelle action mise à l’abri !
400 personnes, dont 350 personnes sans abri, dont des familles avec enfants, se sont installées dans le gymnase Japy pour demander à l’État de mettre en place un hébergement stable et décent pour toutes les personnes à la rue. Le collectif rappelle que le droit à l’hébergement est un droit inscrit dans la loi que l’État doit mettre en œuvre, jusqu’à une orientation vers un relogement, ou un hébergement de stabilisation.

Facebook


Twitter