ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mercredi 08 juillet

Manifestation pour les sans logis


Un toit c’est la loi !

La loi prévoit que toute personne sans logis en situation de détresse doit être hébergée, puis orientée vers un relogement, un hébergement stable ou une structure de soin. L’État, et les départements pour les mineurs et les familles avec enfants, bafouent ce droit à l’accueil.

Malgré l’augmentation des moyens financiers de l’état, de plus en plus de femmes, d’enfants, de vieillards, de personnes malades ou en souffrance mentale sont laissées à la rue. Où on meurt à petit feu : 15 ans d’espérance de vie pour un sans abri, âge moyen de décès 45 ans.

Logement : c’est la crise !

En effet, il y a de plus en plus de sans logis, conséquence de la cherté des loyers et de la spéculation immobilière (par exemple le projet « Cœur de Paris » sur l’ile de la Cité), de la hausse des expulsions, de l’insuffisance de HLM, du chômage et de la baisse des APL et des revenus des locataire ou des accédants ... mais aussi des guerres militaires ou économiques, ou du dérèglement climatique.

L’occupation de l’Hôtel Dieu à Paris samedi dernier par des sans logis, a permis de mettre à l’abri immédiatement 50 personnes, qui ont fait des demandes de logement social, qui pour la plupart ont un emploi.

A Toulouse, mercredi un pavillon de l’hôpital La Grave a été occupé par 70 sans logis DAL. Il y a des solutions immédiates, il faut agir !

Le mot hôpital, vient du mot "hospitalité"

La plupart des salles sont vides à l’hôtel Dieu. Cet hôpital historique et prestigieux est menacé. C’est le cas pour d’autres hôpitaux en ile de France, et dans tout le pays, car le secteur santé subit une restructuration brutale, comme tous les services publics.

Notre pays compte 2,9 millions de logements vacants, (900 000 de plus en 10 ans), 5 millions de m2 de locaux et de logements publics souvent chauffés, sans compter les bureaux vides !

Ces « vacants » publics comme ceux des grande entreprises ou des riches propriétaires doivent être mis à disposition ou réquisitionnés pour accueillir les sans logis, français, immigrés, réfugiées, avec ou sans papier ! ...

Marchons ensemble samedi

  • Ouverture des salles vides de l’hôtel Dieu, et rétablissement des activités médicales pour tous !
  • Abandon du projet « cœur de Paris » qui transforme l’ile de la cité en parc à touristes de luxe !
  • Mobilisation /réquisition des locaux vacants des hôpitaux en ile de France et dans tout le pays, et des logements vides publics ou détenus par de grands propriétaires !
  • Encadrement à la baisse des loyers et des charges, et arrêt des expulsions sans relogement !
  • Respect du droit à l’hébergement et de la loi DALO !
  • Réalisation massive de logements sociaux avec hausse du financement ! …
     


manifestation du DAL pour la réquisition des logements vides

Actualités

L’État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants
Tout juste sorti de cette période de confinement, et alors que la crise sanitaire a fortement impacté la situation des mineur⋅es isolé⋅es, le gouvernement reprend l’offensive réglementaire à l’encontre de leurs droits.
14 Juillet : Toutes et tous à la Bastille !
Malgré les milliards d’euros d’aides de toutes sortes aux entreprises, sans aucune contrepartie, les annonces de plans sociaux se succèdent dans tous les secteurs d’activités comme : la Halle, Célio, Nokia, Airbus, Air France, Sanofi, Renault, Engie, ... et dans la sous-traitance.
Le Conseil d’État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester
Saisi par le SAF, la CGT, FO, la FSU, Solidaires, le SM, l’UNEF, le DAL et Attac, le Conseil d’État vient de suspendre pour la deuxième fois les dispositions du décret du 31 mai 2020 qui, selon une nouvelle rédaction du gouvernement, soumettait la liberté de manifestation à un régime d’autorisation.
Manifeste pour une République française antiraciste et décolonialisée
Et en Europe, ces mobilisations ont aussi permis de mieux comprendre en quoi les violences policières actuelles, ciblant particulièrement les citoyen.ne.s issu.e.s des anciennes colonies, mais aussi des populations des territoires, départements et collectivités dites d’outre-mer, étaient tout autant nourries des traditions racistes d’une longue histoire coloniale.
Déterminé.es à agir
Le comité national de Solidaires constate que le gouvernement cherche à revenir au plus vite au « monde d’avant » pour amplifier sa politique de casse sociale et de mépris des travailleuses et des travailleurs, notamment celles et ceux qui ont été exposé.es au virus pendant la crise.

Facebook


Twitter