MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   vendredi 23 février

« McDonald’s doit verser sa juste part d’impôts et payer correctement ses salariés »

  

Le Monde : Pour des membres du collectif « McDo passe à la caisse ! », qui s’expriment dans une tribune au « Monde », les réformes que veut mettre en œuvre Emmanuel Macron ne feront que renforcer le comportement douteux d’entreprises comme le géant du hamburger.

TRIBUNE. Mercredi 24 mai, McDonald’s Corporation doit tenir son assemblée générale aux États-Unis. Le géant mondial du burger a vu son bénéfice net augmenter de 3,47 % en 2016, pour atteindre 4,69 milliards de dollars (4,16 milliards d’euros). Ses actionnaires, qui ont perçu 30 milliards de dollars de dividendes en trois ans, peuvent se réjouir. Ses salariés, beaucoup moins.

Avec ses 73 000 employés, McDonald’s France contribue à ces résultats : près de 300 millions d’euros chaque année. Mais les « équipiers » sont mal récompensés : ceux qui servent des burgers à longueur de journée sont généralement payés au smic et ne touchent pas de primes pour le travail en soirée ou le week-end.

Une multinationale adepte du paradis fiscal luxembourgeois

L’entreprise a franchisé 80 % de ses 1 400 restaurants français. Ce qui lui permet de contourner les seuils sociaux et d’éviter de distribuer, chaque année, plus de 40 millions d’euros de primes de participation des salariés aux résultats. Le montant non versé équivaut à 969 euros par salarié travaillant vingt-quatre heures par semaine. Les franchises sont aussi au cœur de sa stratégie d’évasion fiscale.

La multinationale est adepte du paradis fiscal luxembourgeois pour ne pas avoir à payer ses impôts dans les pays où elle exerce ses activités. Ces dernières années, les restaurants franchisés ont envoyé jusqu’à 24 % de leur chiffre d’affaires à la holding luxembourgeoise de la multinationale. Ainsi, 75 à 120 millions d’euros échappent au Trésor public français tous les ans.

Évasion fiscale

Les mesures annoncées par Emmanuel Macron risquent d’aggraver cette situation. Le président de la République s’est engagé à baisser l’impôt sur les sociétés pour le faire passer de 33 % à 25 % « pour rejoindre la moyenne européenne », afin d’inciter les entreprises à payer leurs impôts en France. Mais des multinationales comme McDonald’s envoient leurs bénéfices dans des pays où elles peuvent négocier des taux d’imposition bien moins élevés ! Sans une lutte acharnée contre l’évasion fiscale, elles continueront. Cette nouvelle baisse d’impôts ne sera qu’un cadeau de plus et renforcera la concurrence déloyale vis-à-vis des PME et des start-up si chères au président.

En matière d’emploi, Emmanuel Macron souhaite entériner les baisses de cotisations sociales pour les entreprises. Cette recette, qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité, revient à augmenter les bénéfices des entreprises sans leur demander de contreparties, notamment en matière d’emploi ou de rémunération. Là encore, rien ne garantit que des multinationales comme McDonald’s créeront des emplois ou revaloriseront les salaires, plutôt que d’empocher plus de bénéfices et verser plus de dividendes à leurs actionnaires.

Encore plus d’inégalités

Enfin, le président entend imposer une nouvelle loi travail par ordonnances dès cet été. Celle-ci favoriserait encore les négociations au niveau des entreprises plutôt qu’au niveau de la branche. Les salariés de McDonald’s, peu syndiqués et dont le turnover est important, devraient alors négocier leurs conditions de travail directement avec les directeurs des restaurants franchisés. Difficile de croire qu’ils pourraient y gagner. A l’inverse, cela créera encore plus d’inégalités et de concurrence entre les salariés, alors que l’actuel accord de branche offre des conditions identiques pour tous.

Pour nous, il est clair que les mesures annoncées par Emmanuel Macron ne remettront pas en cause les avantages et le pouvoir de multinationales comme McDonald’s. Il serait pourtant légitime que le nouveau gouvernement fasse en sorte que McDonald’s verse sa juste part d’impôts et paie correctement ses salariés.

Les signataires : Jacqueline Balsan (Mouvement national des chômeurs et précaires), Gilles Bombard (CGT McDonald’s Paris-IDF), Simon Cottin-Marx (ReAct), Laurent Degousée (Union syndicale Solidaires), Pauline Raufaste (Union nationale des étudiants de France), Aurélie Trouvé (Attac), sont membres du collectif « McDo passe à la caisse ! »

Par le Collectif "McDo passe à la caisse !"


Rendez-vous

2 mars / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
8 mars /
Dans l’action et à la grève pour les droits des femmes le 8 mars !
15 mars /
Non à la baisse des pensions
Les retraitées et les retraités : ni priviliégiés ni assistés !
17 mars / 14h / place de l’Opéra
Au côté des migrant-es, sans-papier et victimes des violences policières
Toutes et tous dans la rue le 17 mars au côté des migrant-es, sans-papier et victimes des violences policières
22 mars /
Pour les missions publiques, l’emploi, le pouvoir d’achat : Toutes et Tous mobilisé-es le 22 mars
Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en oeuvre des orientations de progrès social pour tous, les organisations syndicales CFTC CGC CGT FAFP FO FSU Solidaires, constatant que leurs positions ne sont pas entendues et que leurs propositions ne sont pas prises en compte, appellent tou.te.s les agent.e.s des trois versants de la Fonction publique

Facebook


Twitter

  

Actualités

Forfait jour imposé ! (Ordonnances Episode 6 : l’attaque parlementaire)
Une commission mixte composée de sénateur-trices et de député-es vient de décider d’amender la sixième ordonnance de la loi travail (dite balai) pour permettre à un employeur d’imposer le forfait jour à un-e cadre sans consentement explicite.
Non, Monsieur Macron, la précarité ne se limite pas aux contrats courts de moins d’un mois
Alors, pour commencer ou poursuivre, toutes en grève le 8 mars
Nous voulons des augmentations de salaires
Les inégalités n’ont pas cessé de croître. On nous dit que la croissance revient, mais à ce stade rien pour les salarié-es, bien au contraire.
Mobilisons-nous contre Parcoursup !
Il manque actuellement l’équivalent de 10 universités en France pour faire face à la croissance du nombre de bachelier.e.s. Loin de répondre au manque de places, Parcoursup instaure une sélection selon les dossiers scolaires, avec comme conséquences : Peu de temps pour décider de son avenir : dès la réception de plusieurs réponses positives, l’élève ne disposera que d’une semaine, voire 24h pour choisir son affectation, afin de libérer des places pour les autres. Une orientation subie ou rien : si aucun des 10 vœux énoncés n’obtenait de réponse positive, c’est le recteur qui proposera une affectation d’office pour le bachelier… là où il restera de la place. Renforcement des inégalités sociales et territoriales : le poids du livret scolaire (notes, appréciations), la filière (valorisée ou dévalorisée), le lycée d’origine (« bon », « moyen », ou « mauvais »), les activités extra-scolaires (certifications, stages, engagement associatif) seront décisifs dans la sélection.
Travail social : grève et manifestation
La commission mobilisation du travail social Ile-de-France, dont fait partie SUD Santé sociaux, appelle l’ensemble des actrices et acteurs du travail social exerçant dans le privé ou le public à la grève et à l’action dans les rues de Paris le mercredi 14 février 2018.