ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 24 octobre

Rassemblement devant le tribunal de Bobigny


Les policiers ont également frappé et placé en garde à vue Nicolas P., cheminot militant à Sud rail, et Nicolas Jounin, militant de la CGT.
Au premier, il est reproché le port d’un Opinel, qu’il utilise quotidiennement au travail, et le refus de donner ses empreintes (digitales et ADN), ce qu’il nie depuis sa comparution immédiate.
Le second est accusé de violences sur policier (ce qu’il conteste), sur la base du seul témoignage d’un commissaire.
Pour faire bonne mesure, le policier qui aurait été battu a eu un jour d’interruption temporaire de travail, autant que le camarade frappé à la tête et à la hanche.
Le lendemain de leur interpellation, les deux Nicolas ont refusé la comparution immédiate, cette justice expéditive qui a déjà envoyé de nombreux/ses militant-e-s contre la loi Travail en prison.
Ils étaient soutenus par une manifestation de 300 personnes, qui a contribué à leur remise en liberté rapide, alors que la procureure réclamait la détention provisoire contre Nicolas Jounin au nom du « contexte actuel » et du « risque de récidive » !
Tous les deux ont été soumis à un contrôle judiciaire.
Le 6 octobre prochain aura lieu leur procès.
Durant tout le mouvement contre la loi travail, les violences policières, les interdictions de manifester, les cortèges encagés et les interpellations de militant-e-s se sont multipliés.
Le but : nous intimider et nous dissuader de protester contre la régression inédite que représente la loi Travail.
Les procès de manifestant-e-s nous concernent donc toutes et tous, car ils attaquent notre droit d’expression et de manifestation.


https://www.solidaires.org/Repressi...

Actualités

Toutes et tous avec Amel : Non aux répressions anti-syndicales et anti-féministes !!
Amel, militante de Sud Collectivités territoriales est convoquée au commissariat de Saint-Denis ce mardi 22 octobre 2019 pour avoir osé manifester le 11 octobre 2019 dans le cadre du collectif #BalanceTonComico Acte III.
Meeting de soutien aux grèves de sans-papiers, Egaux, égales, personne n’est illégal
4 mois de grève et de piquets à Chronopost Alfortville, un conflit à la CPN, des grèves et des piquets organisés par la CGT début oc campagne qui a démarré par plus de 60 manifestations et rassemblements en France le 18 décembre 2018 lors de la journée internationale des migrants.tobre, des actions de la CNT-SO, des Gilets noirs pour obtenir la reconnaissance et la régularisation de travailleur-euses sans papiers...
Droit au logement pour tout·es, avec tous les droits, dans les foyers comme en HLM
Face à la dégradation des conditions de logement, Solidaires soutient cet appel de l’association Droit au logement (DAL) et du Collectif pour l’avenir des foyers (COPAF)
Etats généraux des migrations
session nationale des Etats généraux des migrations
Tribune : "Après Lubrizol, plus jamais ça" : 11 syndicats et associations pointent la responsabilité des industriels et de l’État
Dans une tribune publiée sur franceinfo, les signataires, dont Solidaires, appellent à un sursaut dans la politique de gestion des risques industriels.

Facebook


Twitter