ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 28 mars

Solidarité avec les victimes de la catastrophe de Fukushima !


En mars 2011, suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, près de 100 000 habitant-e-s ont été évacué-e-s.
Alors que la centrale ravagée continue de déverser sa radioactivité, le gouvernement japonais,
farouchement pro-nucléaire, veut donner l’illusion d’un retour à la normale. Les personnes déplacées
reçoivent une compensation mensuelle autour de 100 000 yens (725 €), souvent le seul revenu de
ces familles qui ont tout perdu dans la catastrophe. Certaines vivent dans des logements préfabriqués.

En gage de sécurité, le gouvernement « décontamine » très superficiellement la zone. De plus, il entasse
à ciel ouvert les déchets hautement radioactifs dans des sacs en plastiques : fin septembre 2015, on
comptait 9 millions de sac de 1m3 répartis sur 114 700 sites du district. Mais la contamination se poursuit
et dès que le vent souffle ou dès qu’il pleut, les rues des villages se chargent à nouveau en radioactivité.

Suite à Tchernobyl, le seuil de 1mSv de radiation par an avait été retenu. A Fukushima, le gouvernement
japonais, lui, a décrété les zones sûres sous le seuil de 20mSv ! 20 fois plus
que les critères habituellement retenus jusqu’en 2014 par les institutions internationales.

Aujourd’hui, le gouvernement japonais veut contraindre ces habitant-e-s à retourner vivre dans les
zones irradiées
. Il veut ainsi prouver au monde entier que le Japon peut accueillir les jeux olympiques en 2020,
que tout danger est écarté et qu’il n’y a plus de risque d’irradiation. Dans ce but, il a décidé de supprimer les
indemnités qu’ils-elles touchaient depuis la catastrophe pour se loger et survivre, à compter du 1er mars 2017.

Des familles sinistrées se sont organisées et une manifestation aura lieu en plein centre de
Tokyo le 22 octobre avec comme revendications :
☛ Non à la politique de retour dans les zones contaminées de Fukushima et à l’irradiation
imposée !
☛ Non à la suppression des indemnités pour les populations évacuées après l’accident
nucléaire !

Manifestons notre solidarité avec ces familles
Le samedi 22 octobre à 11h00
Devant l’ambassade du Japon en France
7 avenue Hoche, 75008 Paris M° Courcelles

Actualités

Réunion des "partenaires sociaux", M. Macron choisi ses interlocuteurs
Ce matin le président de la république recevait les syndicats... mais pas Solidaires !
Macron est en guerre, nous sommes en lutte
En lutte contre le virus… et nos adversaires d’hier, d’aujourd’hui et de demain
Ce gouvernement est-il en "guerre" contre le coronavirus ou contre les droits des salarié-es ?
Les unions régionales Ile-de-France (URIF) CGT, FO, Solidaires, FSU, avec l’UNEF et l’UNL, rejettent la loi relative à l’ « état d’urgence sanitaire » adoptée hier à l’Assemblée nationale : cette loi ne prend aucune mesure destinée à fabriquer en urgence des stocks massifs de masques FFP2, aucune mesure pour ouvrir des lits de réanimation et de soins intensifs dans les hôpitaux, aucune mesure pour organiser le dépistage systématique comme c’est le cas dans d’autres pays.
Le capitalovirus à l’assaut de nos congés !
Tout à son obsession de faire primer la vie économique sur la santé et le bien être des travailleurs et travailleuses, le gouvernement entend profiter de la mise en place de l’état d’urgence sanitaire pour abattre définitivement ces 35 heures qu’il déteste tant.
Vigilants sur la situation des précaires et sans-abris dans cette période
Nos organisations ont appelé à manifester, le samedi 28 mars en France, dans le cadre de la journée européenne contre les expulsions, le logement cher et la spéculation qui impactent durement les sans-abris et les locataires. Compte tenu du développement de l’épidémie de Coronavirus, des mesures de confinement de la population, et de l’annonce du report de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai, nous avons décidé de reporter cette journée de manifestations.

Facebook


Twitter