ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 20 août

Soutien aux livreur-euses de Deliveroo


Ces travailleurs « indépendants », qui refusent de pédaler plus pour gagner moins et au mépris toujours plus grand de leur sécurité, feront converger leur mobilisation par la tenue de rassemblements dans ces trois villes vendredi 11 aout.

En refusant en masse le contrat de gré à gré et le chantage à l’emploi, leur réponse est exemplaire : l’action collective et la grève !

  • L’Union syndicale Solidaires appelle à soutenir partout ces mobilisations.
  • Elle appelle à se mobiliser en masse le 12 septembre prochain : en effet, c’est ce même modèle de précarité que Macron veut étendre au salariat en premier lieu avec sa loi travail 2 XXL, qui veut précariser le contrat de travail, remettre en cause le caractère protecteur de la loi pour les travailleurs et travailleuses et sacrifie notre santé et notre protection sociale.

Pour l’ensemble de ces raisons, l’Union syndicale Solidaires, qui organise des livreurs entre autre par l’intermédiaire de son syndicat SUD Commerces et Services, apporte son soutien à la lutte des travailleurs de Deliveroo et participera aux rassemblements ce vendredi 11 aout.

Actualités

Les Chronos font leur cinéma !
Projection débat sur le piquet de grève des travailleurs sans-papiers de Chronopost
Grâce au Conseil d’Etat, policiers et gendarmes pourront continuer à blesser, mutiler ou tuer des manifestant-es
Le Conseil d’Etat vient de rejeter les demandes de nombreuses organisations, dont l’Union syndicale Solidaires, visant à faire interdire l’utilisation des Lanceurs de balles de défense lors des manifestations. Le Conseil d’Etat a également débouté les organisations qui voulaient faire interdire le recours aux grenades de désencerclement GLI-F4.
Les travailleurs sans papiers de Chronopost Alforville au siège de la Poste à Paris
Parti s’amuser et danser, Steve a été retrouvé mort
Aux bords de la Loire, le 21 juin dernier, lors de la soirée de la fête de la musique plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre qui ont sans scrupule utilisé gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et usé de violence physique.
Femmes de chambre : la violence et l’exploitation, ça suffit !
Pas de vacances pour la lutte de classe. Encore cet été, des femmes de chambres, cessent le travail contre les cadences infernales que leur imposent les sous-traitants des grands groupes hôteliers et pour une véritable reconnaissance de leur travail

Facebook


Twitter