ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 17 septembre

Tou-te-s à l’ExisTrans à Paris le 15 octobre !


La transphobie est aujourd’hui encore très présente dans notre société. Que ce soit à l’école, au travail, dans les services publics ou dans les médias, les personnes trans sont régulièrement discriminées voire humiliées. Les personnes trans sont aussi davantage précarisées et isolées de leur milieu familial et amical, en raison du harcèlement et des violences qu’elles subissent et les mènent à l’exclusion.

L’enseignement supérieur n’échappe pas à la règle. Une étude américaine révélait ainsi récemment que 4 étudiant-e-s trans sur 5 sont victimes de harcèlement et qu’un-e sur 3 est victime de violences physiques. Rappelons également que les personnes trans ne peuvent s’inscrire à l’université avec leur prénom d’usage, ce qui renforce les risques harcèlement et de violences et constitue une négation de leur identité. Résultat : aux États-Unis, plus d’un-e étudiant-e trans sur 6 arrête ses études en raison de la transphobie de l’administration universitaire et/ou de ses enseignant-e-s et/ou de ses « camarades » de classe.

Ce que demandent les personnes trans, c’est un possible changement d’état civil libre et gratuit, sans opérations médicales ou stérilisation imposées et sans arbitraire judiciaire. Si la loi actuellement en débat à l’Assemblée pourrait aboutir à la fin de la médicalisation et de la stérilisation imposées, le parcours restera long et soumis à l’arbitraire judiciaire.

Dans l’enseignement supérieur, nous exigeons l’inscription et la délivrance de documents officiels faisant mention du prénom d’usage ainsi que la mise en place de cellules de veille réellement indépendantes contre les violences sexistes et LGBTIphobes.

Alors, pour faire avancer les droits des personnes trans, Solidaires Étudiant-e-s se joindra, ce 15 octobre, à la 20e édition de l’ExisTrans, marche des personnes trans et intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent.
 

 

Actualités

« Frappons un grand coup ! »
La période estivale n’a pas calmé la colère contre le projet de nouveau réseau de proximité de la DGFiP porté par le ministre Darmanin. Avec l’intersyndicale DGFiP Solidaires, CGT, FO, CFDT et CFTC, les personnels ont continué à afficher leur rejet de ce projet destructeur des missions de l’administration des Finances publiques.
Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit ! Soutien à Camille Halut
Les membres du Comité soutiennent Camille Halut et demandent à toutes les autorités administratives et juridictionnelles de respecter les normes internationales, européennes et internes (rappelées par le Défenseur des droits), en matière de liberté de réunion et de manifestation, et d’assurer la protection effective des observateurs et défenseurs des droits fondamentaux.
En grève et dans la rue le 24 septembre : Rassemblons nos luttes !
La rentrée sociale est marquée par l’accumulation de nombreux mouvements et une multitude de dates de mobilisation. La colère sociale loin de s’éteindre, s’amplifie face aux attaques du gouvernement sur l’assurance chômage, la fonction publique, les services publics, etc. dans un contexte répressif et autoritaire. Depuis des mois, le gouvernement balade les organisations syndicales dans des discussions sans fin autour de nouvelles attaques sur les retraites et recule sans cesse le lancement de cette réforme par crainte qu’elle catalyse la colère sociale.
Urgence écologique et urgence sociale
Devant l’urgence de la situation sur le plan social et environnemental, nos organisations font le choix d’agir pour une véritable politique écologique et sociale. Naturellement, nous nous inscrivons donc dans les initiatives prévues dans la période du 20 au 27 septembre 2019 autour des enjeux sociaux, climatiques et de paix.
Imposons un autre avenir
Les mobilisation de septembre peuvent paraître dispersées. Elles répondent à différents enjeux. Nous pensons qu’il faut créer les conditions pour les faire converger pour créer un rapport de force suffisant. Pour faire plier le gouvernement et les patrons et proposer des alternatives pour un autre avenir.

Facebook


Twitter