ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 16 janvier

Tout ça… pour ça !


Ouverture des magasins le dimanche : Anne Hidalgo rentre dans le rang !

Tout ça… pour ça : lors du prochain Conseil de Paris du 7 au 9 novembre 2016, la maire de Paris, Anne Hidalgo, va soumettre une proposition maximaliste du nombre de dimanches pouvant être travaillés dans les commerces de la capitale.

Jusqu’alors la Mairie de Paris avait une position claire : l’opposition à toute généralisation du travail dominical dans la capitale pour protéger les emplois et ne pas tuer le petit commerce.

C’est sur ce constat et cet engagement que la Mairie avait obtenu le soutien des organisations syndicales de salariés dans son combat devant le conseil constitutionnel pour récupérer le pouvoir de déterminer le nombre de dimanches travaillés à Paris, qui peut aller jusqu’à un maximum de douze.
Mais depuis qu’elle a eu gain de cause et obtenu le transfert de cette compétence qui était du ressort du Préfet, la Mairie de Paris a opéré une volteface et choisi de passer outre les conclusions de sa propre Mission d’Information et d’Évaluation sur le sujet.

Ainsi, alors que les consultations étaient toujours en cours, le directeur de cabinet de la maire, déclare à l’AFP : "Plus il y aura de dimanches ouverts, plus cela bénéficiera au petit commerce et permettra donc d’équilibrer la situation par rapport aux ZTI", Zones Touristiques Internationales où les magasins sont ouverts tous les dimanches. Or, c’est exactement le contraire qui se produira : plus les grandes chaînes de la distribution pourront ouvrir le dimanche et plus le petit commerce, qui ne pourra suivre, sera fragilisé : Nous ne sommes pas les seuls à le dire : ce sont les termes du rapport voté par le Conseil de Paris en février 2015.

Pour les salariés du Commerce parisiens et le CLIC-P (Comité de Liaison Intersyndical du Commerce de Paris) ce double discours est intolérable. Si la Mairie de Paris doit poursuivre la politique maximaliste du préfet, ils s’opposeront et se mobiliseront contre cette véritable duperie.

Contacts CLIC-P :
• SICD-CFDT : Alexandre Torgomian – 0660278124 - syndicat@cfdt-commerce.fr
• SECI-Unsa : Eric Scherrer - 06.62.46.25.43 - e.scherrer.seci@free.fr
• Section CGT Apple Retail : Franck Lalieux - 07.86.60.89.23 - flalieux@gmail.com
• CGT : Karl Ghazi - 06.81.36.04.59 - uscommerceparis@free.fr
• SUD : Laurent Degousée - 06.78.53.35.77 - sudcommerce@yahoo.fr

Facebook : https://facebook.com/ClicParis
Twitter : @ClicParis
Mail : clic-paris@gmail.com

Actualités

Nos libertés sont en danger ! Le 16 janvier, reprenons la marche
Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 150 villes de France, qui ont bravé dans certains cas les violences policières et les arrestations arbitraires pour dénoncer dans la rue cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.
Loi sécurité globale : Rien n’est joué ! tous en manifestation, samedi 16 janvier !
Depuis le 17 novembre dans plus de 150 villes de France des rassemblements dénonçant la fuite en avant répressive et liberticide du gouvernement ont eu lieu, à l’appel d’une coordination large d’associations, de familles de victimes des violences policières et d’organisations syndicales. Des centaines de milliers de manifestant-es sont déjà descendus dans la rue avec pour seules réponses volonté de passage en force et répression accrue.
Macron, hors de nos libertés !
Profitant du contexte sécuritaire et sanitaire anxiogène, le gouvernement a lancé cet automne une vaste offensive très cohérente contre les libertés politiques, qu’elles soient publiques ou individuelles. Tout cela dans un contexte déjà lourd de violences policières toujours plus documentées sans compter les répressions anti syndicales menées par le patronat qui, avec la complicité très active du gouvernement, tentent d’imposer par la force le silence aux oppositions exprimées démocratiquement tant au sein du monde du travail que dans l’espace public.
Prime de 900 euros pour les précaires : le compte n’y est pas !
Cette aide aux plus précaires annoncée en novembre a été finalement validée par un décret le 30 décembre. Elle concerne les salarié-es précaires ayant travaillé plus de 138 jours en 2019. Agir pour les plus précaires nécessite visiblement un certain temps, beaucoup plus quoi qu’il en soit que pour sauver les grandes entreprises ou « adapter » le droit du travail aux contraintes de la pandémie (augmentation du temps de travail, prise de congés…)
Marchons partout pour les libertés et contre l’arbitraire ce samedi 16 janvier
La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu puisqu’elle était tout simplement contraire au principe de séparation des pouvoirs.

Facebook


Twitter