ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 31 octobre

A propos de l’extrême droite à Charlottesville, des bateaux en Méditerranée et des réfugié-es


À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.
Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux États Unis (cf le communiqué des IWW du 13 août), comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne).
Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.

Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici », quelques médias français ont montré que des drapeaux de Génération identitaire étaient présents lors du rassemblement raciste de Charlottesville...
Ce sont ces mêmes drapeaux que l’on voit sur les vidéos de propagande de « Defend Europ », l’opération menée par quelques fascistes européens pour empêcher les associations humanitaires de sauver des vies humaines en Méditerranée en portant secours à celles et ceux qui se noient en essayant de rejoindre les rives de l’Europe.

Les Identitaires, de l’agitation médiatique à la volonté de tuer
Les Identitaires étaient jusqu’à maintenant connus comme les rois de la manipulation médiatique, et n’apparaissaient pas très dangereux. Mais comme le disent nos camarades du collectif antifasciste La Horde, « Lancé au mois de mai dernier, le projet des identitaires européens a donc fini par devenir réalité : mettre à la mer un bateau pour empêcher les associations humanitaires de sauver des vies humaines, dont de nombreux enfants.
Alors que plus de 2000 personnes fuyant la misère et la guerre ont perdu la vie en Méditerranée cette année, et plus de 5000 l’an passé, des groupuscules d’extrême droite de plusieurs pays d’Europe se sont mobilisés, logistiquement et financièrement, pour que ces chiffres soient plus importants encore.
Quand il s’agissait de faire du saucisson un emblème ou de jouer à la dînette avec des soupes au cochon, les agit-prop’ racistes des Identitaires pouvaient prêter à rire : mais désormais des vies humaines sont en jeu... ».
Le collectif rappelle qui sont les animateurs de Défend Europ, qui semble la première réelle campagne coordonnée des Identitaires au niveau européen : Patrick Lenart et Martin Sellner, les deux chefs d’Identitäre Bewegung Österreich (IBO) la branche autrichienne des Identitaires. Daniel Fiß, leader d’Identitäre Bewegung Deustchland, la branche allemande du mouvement, Lorenzo Fiato, chef de Generazione Identitaria, la branche italienne des Identitaires. Clément Galand qui semble être le seul français impliqué dans la préparation de cette opération crapuleuse, se présente comme un « cadre » de Génération identitaire. Les identitaires suisses sont aussi représentés dans cette « opération » avec Jean- David Cattin .
En France, ces dernières années, Génération identitaire a échoué à créer un véritable parti concurrent du FN, préférant se redéfinir comme une « centrale d’agitation et de formation », participant notamment à la diffusion de la thèse du « grand remplacement ». Après avoir misé sur une implosion du FN suite à l’arrivée à sa tête de Marine Le Pen, et alors que d’autres organisations plus « radicales » leur faisait de l’ombre, plusieurs dirigeants historiques du mouvement identitaire, sans renier leur idéologie, se sont rapprochés ou ont rejoint le Front national, que ce soit par « entrisme » ou par « carriérisme ».
Si, officiellement, le parti de Marine Le Pen nie tout lien avec ce mouvement, il peine à cacher que responsables du FN , dont les très proches de la présidente, et identitaires font la fête ensemble, comme lors des assises présidentielles.

Les mobilisations contre le navire C-star
Ce navire a été financé par une campagne participative sur Paypal qui s’est arrêtée du fait de Paypal suite à une campagne de dénonciation par des organisations de soutien aux réfugié-es et une pétition sur internet.
Néanmoins le navire a pu être affrété et a navigué en Méditerranée plusieurs semaines.
Son objectif est de contrer la présence des bateaux des ONG qui portent assistance aux réfugié-es dont les embarcations sont en détresse.
L’action du navire a été gênée par des actions militantes en particulier en Crète.
Il a été accepté par les autorités de Chypre Nord.
Il a été empêché d’accoster en Tunisie grâce aux actions de pêcheurs et des militant-es tunisien-nes. Mobilisation en Sicile aussi.

L’attitude des gouvernements et de l’Europe : l’Italie en première ligne et la France continue à ne pas accueillir les réfugié-es
Ces mobilisations sont particulièrement importantes car elles interviennent dans un contexte où les ONG qui agissent en Méditerranée sont prises à partie par les autorités italiennes et pour certaines dénoncées de complicité avec les passeurs.
C’est ainsi que les autorités italiennes ont décidé d’imposer aux ONG la signature d’un code de conduite, ce que certaines ont refusé.
Mais dans les faits de nombreuses ONG, telle MSF, ont renoncé à leur mission en Méditerranée estimant qu’elles n’ont plus les moyens d’agir.
Il faut rappeler que les bateaux affrétés par les ONG étaient responsables dans l’été du sauvetage de 35% des migrant-es aujourd’hui, ce qui veut dire que leur intervention est tout à fait importante.
Dans les faits l’Italie est la destination principale des réfugié-es aujourd’hui depuis qu’ils-elles sont bloqué-es en Turquie et que leur point de départ est la Libye où ils et elles sont soumis-ses à des conditions de vie, d’exploitation voire d’esclavage dans un contexte politique et militaire complètement dégradé.
L’Italie, comme la Grèce hier ne bénéficie d’aucune aide de la part des États européens et de La France en particulier.

  • le point de passage de la frontière italienne à Vintimille est fermé par la France aux migrant-es , les militant-es qui les aident dans la vallée de la Roya (Cédric Herou en particulier) sont trainés devant les tribunaux et menacés de prison.
  • le règlement de Dublin (qui impose à une personne migrante de faire sa demande d’asile dans le premier pays européen où elle est arrivée) qui avait été en partie suspendu lors de la discussion entre pays européen sur l’accueil des réfugié-es est aujourd’hui rétabli en particulier en France qui s’autorise à renvoyer les migrant-es vers l’Italie entre autres (vers d’autres pays parfois qui les renvoient dans leur pays d’origine au mépris des risques qu’ils encourent).

Dans le même temps, Gérard Collomb le ministre de l’intérieur fait état de sa volonté de construire des centres d’accueils supplémentaires tout en faisant le tri entre les migrant-es ayant droit à l’asile (dont la France considère qu’ils sont très peu nombreux puisqu’elle renvoie des migrant-es en Afghanistan par exemple) et les migrant-es « économiques » qu’il faut renvoyer.
Macron a de plus été à l’initiative d’une tentative de mettre en place en Libye des accords et des mécanismes de contrôle du type de celui qui a été réalisé en Turquie (tri des réfugié-es, renvoi vers les pays d’origine...).

Si le C-star des identitaires n’est pas responsable de l’arrêt de ces opérations de sauvetage, il a contribué à sa manière aux initiatives de communication visant à décrédibiliser les ONG et tous ceux et celles qui aident les réfugié-es.
Elle contribue avec les pression italiennes et européennes sur les ONG à rendre la route de la Méditerranée plus dangereuse encore

Dans cette situation nous rappelons nos exigences :

  • personne n’est illégal : liberté de circulation et d’installation
  • la France doit accueillir les réfugié-es dignement, ce qui implique le droit au logement, à l’éducation, à la santé et au travail
  • solidarité avec les personnes migrantes ou soutiens réprimé-es

[url=https://flic.kr/p/XGavDc][img]https://farm5.staticflickr.com/4333/36554137801_83d88c0c12_b.jpg[/img][/url][url=https://flic.kr/p/XGavDc]Loi Travail 2[/url] by [url=https://www.flickr.com/photos/153911001@N02/]Solidaires Paris[/url], sur Flickr


Documents à télécharger > A propos de l’extrême droite à Charlottesville...

Actualités

Face au Covid et à ce pouvoir
Le covid se répand à nouveau d’une façon exponentielle. La crise sanitaire est grave. La première des priorités doit être la lutte pour limiter la contagion. Il faut faire en sorte que le maximum de vies soient épargnées et faciliter le travail du personnel de santé. La pauvreté explose depuis le début de l’année en France. Nous savons que ce sont les plus précaires, les plus démuni∙es, les “sans” qui vont encore subir le plus la situation.
Lutte contre la précarité : un plan toujours aussi pauvre !
Alors que la crise nécessite de renforcer les amortisseurs sociaux, d’abroger définitivement la réforme de l’assurance chômage, le gouvernement s’empêtre dans une pauvreté d’analyse pour ne pas répondre aux besoins sociaux mais aux injonctions de la finance et du grand patronat qui n’ont pourtant eux subi aucun dommage, bien au contraire.
Des mesures sanitaires, sociales et écologiques plutôt que la restriction des libertés
L’urgence sanitaire et la nécessité de freiner autant que possible les contagions est un enjeu majeur. Les hôpitaux publics, les soignant.es sont déjà sous une grande pression. Nous dénonçons les défaillances graves du gouvernement, qui nous ont menés à une telle situation. L’instauration d’un couvre-feu depuis le 17 octobre dans certaines villes de France, et étendu ensuite, pose grandement la question quant à la capacité du gouvernement à gérer la crise sanitaire.
Le pouvoir organise la chasse aux sorcières
Depuis l’ignoble assassinat de Samuel Paty, condamné par l’ensemble du mouvement social, les débats sur la liberté d’expression et sur la laïcité ont très vite évolué vers des attaques de la part d’une partie de la classe politique, des éditorialistes, mais aussi de ministres. Cela s’accompagne d’un déferlement haineux dans les médias et sur les réseaux sociaux contre l’ensemble des musulman∙es et celles et ceux qui luttent contre le racisme spécifique qu’elles et ils subissent.
Crise sanitaire. Contre le tout répressif : sortons la santé de la marchandisation, des moyens maintenant !
Le couvre-feu est un choix politique conséquence de politiques de santé délétères : le gouvernement avait 8 mois pour prendre des mesures pour que la catastrophe sanitaire que nous vivons ne se reproduise plus jamais. Il pouvait investir massivement dans la santé cet été en ouvrant des lits et en embauchant du personnel dans les hôpitaux, les EHPAD et toutes ces structures de la santé et du médico-social

Facebook


Twitter