ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mercredi 26 février

Agir ensemble contre la répression


Infos et calendrier des « RÉPRESSIONS »

Sont répertoriés sous cette rubrique les poursuites contres des militant-es, manifestant-es (suite au conflit Loi travail, ou suite à d’autres luttes ou actions syndicales), ainsi que les expressions et actions de soutien.
Les informations ci-dessous proviennent des remontées d’informations des syndicats de Solidaires Paris ou de nos « partenaires ».
Parfois, des militant-es poursuivi-es ne souhaitent pas que les poursuites à leur encontre soient publiques.
Nous respectons leurs choix.
Par ailleurs, il est certain que des informations sont manquantes donc à compléter...
 

Actualités et actions recentes

  • 7 février : procès d’un manifestant interpellé devant l’Assemblée Nationale le 5 juillet.
  • 6 février : appel du procès intenté par Emmaüs contre des personnes qui s’étaient rendues à un appel de migrant.e.s en lutte dans leur centre d’hébergement.
  • 13 décembre : procès d’Adil (Postier du 92) au TGI Paris.
  • 8 décembre : procès de Loïc de la Compagnie Jolie Môme.
  • 25 novembre : deux dockers du Havre comparaîtront pour violences lors du défilé du 14 juin.
  • 25 novembre : procès d’un militant suite à un mouvement spontané de migrants le 12 août.
  • 14 novembre : appel des condamnés du centre de rétention de Vincennes en 2008
  • 9 novembre : comparution en correctionnelle d’Aubépine et Houssam, dépositaires du rassemblement de République en solidarité avec les migrants.
  • 24 octobre : procès de l’Attiéké à Saint-Denis.
  • 16 octobre : Cabaret d’Urgence organisé par la Compagnie Jolie Môme dédié aux réprimé.e.s de l’occupation du Medef et à tou.te.s les réprimé.e.s des mouvements sociaux.
  • 15 octobre la coordination anti-répression appelle à une manifestation de la Place de la République à l’Avenue de Flandres.
  • 6 octobre : procès de Fred relaxé une première fois, le parquet a fait appel.
  • 6 octobre : soutien à Alain, militant de SUD Rail, qui passe en conseil de discipline pour faits syndicaux.
  • 6 octobre : à Tolbiac, meeting « violences policières, racisme, islamophobie : faisons front ! »
  • 1er octobre : interdiction de manifester à Calais.
  • 22 sept : devant le lycée Voltaire, mise en joug de mineurs avec un Lanceur de Balles de Défense lors du blocage du lycée.
  • 31 août : arrestation de deux dockers du Havre avec garde à vue à Paris suite à la manif du 14 juin.
  • 6 aout : procès de deux militants commémorant Hirohsima contre l’arme nucléaire ayant collé des autocollants sur des vitrines du local LR
  • 31 juillet : rafles violentes de migrants à Paris, plusieurs réfugiés placés en Centre de Rétention Administrative et pour d’autres remise d’Obligation de Quitter le Territoire Français.
  • 3 juillet : procès d’un salarié de Renault Guyancourt licencié pour avoir diffusé le film "Merci patron".
  • 12 juin : Meaux, poursuite de deux militants associatifs pour avoir mis à l’abri deux réfugiés.
  • 9 juin : Loïc de la Compagnie de Jolie Môme poursuivi pour occupation du siège du Medef.
  • 31 mai : un syndicaliste d’une filiale de RENAULT est licencié pour grève.
  • 18 mai : 6 inculpés dans la manifestation contre celle des policiers d’Alliance.
  • 29 avril : Bobigny, procès suite au blocage du port de Gennevilliers le 28 contre la loi El Khomri.
  • 5 avril : Levallois-Perret, 22 conseils de disciplines, auditions au commissariat, poursuites pour des dizaines de lycéens du lycée Léonard de Vinci pour leur lutte contre la loi travail.
  • 1er avril : lycée Voltaire, poursuite d’un lycéen pour dégradation volontaire.

 

Sans omettre les victimes de violences policières

  • 15 septembre : Laurent Théron de Sud Assistance Publique Hôpitaux de Paris a perdu l’usage de son œil lors de la manifestation contre la loi travail
  • 19 juillet : décès d’Adama Traoré, mort des suites de son arrestation par placage ventral.

 

 
"Pas de prisonniers politiques en France" […] Comment pourrait-il en être autrement dans le pays de la liberté ? Pourtant les interpellations, les perquisitions, les arrestations, se multiplient depuis quelques mois ; le pays de la liberté a la police la plus voyante du monde ; il n’est pas de jour où l’on ne lise dans la presse que les jeunes gens – toujours des jeunes – ont été condamnés pour des violences dont le sens nous demeure obscur. Il faut donc que la France soit submergée par une vague de délinquance : le gouvernement forge des lois pour nous défendre contre la nouvelle génération ; les tribunaux rendent des sentences de plus en plus sévères […]

Qui sont ces gens ? Des furieux ? Des ivrognes ? Et pourquoi s’obstinent-ils à battre des agents et à casser des carreaux ? Cela n’est point dit. Ni non plus pourquoi.

[Les] inculpés au cours de ces derniers mois […] sont en vérité des militants révolutionnaires arrêtés pour des motifs politiques. Le gouvernement, en effet, a un but précis : désorganiser les groupes gauchistes en emprisonnant le plus grand nombre possible de leurs militants […] En d’autres termes, il s’agit d’éviter à tout prix que se produise ce cauchemar des gouvernements autoritaires : un progrès politique.

[…] On nous demandait de dire toute la vérité. […]

Pour nous, toute la vérité, c’est la vérité tout entière. Et d’abord la faillite d’un ordre social qui impose une vie abjecte et parfois une mort atroce aux travailleurs recrutés à l’étranger, rejette les travailleurs vieillis et les condamne à une ignobles misère, contraint des millions de salariés à vendre leur force de travail pour le salaire minimum, oblige les ouvriers à maintenir des cadences arbitraires et souvent insupportables sous peine d’être licenciés, fait de l’usine un bagne, emprisonne les militants qui manifestent […].

Toute la vérité : cette oppression permanente suscite, par choc en retour, la violence populaire.

[…] Ce que le pouvoir veut cacher, c’est que les militants qu’il condamne ne sont pas des trublions isolés et que, choisissant délibérément l’illégalité – ce qui est tout simplement refuser la légalité bourgeoise -, ils expriment par leurs actes la violence du peuple.

Toute la vérité : le pouvoir, en s’attaquant à ces jeunes gens, vise à les couper des masses. […]

Quand il prétend défendre la liberté des citoyens – quelle liberté ? de quels citoyens ? – contre les folies de quelques énergumènes […] c’est, en vérité, à l’ensemble des travailleurs que sa répression s’étend. […] la bourgeoisie est en danger, elle se défend ; mais ceux qui veulent toute la vérité doivent exiger qu’elle éclate au tribunal même et que le procès intenté aux militants devienne le procès du régime. […] il faut que ce soit en accusateurs et non en défendeurs, pour dénoncer, en politiques, la politique répressive du pouvoir.
 


Article de Jean-Paul Sartre paru dans Le Monde du 27 mai 1970.

Actualités

Les rendez-vous de ce mois de mars sont autant d’étapes vers un 31 mars qui doit être une journée massive
Après quasiment 3 mois de luttes, de grèves et de mobilisations dans la rue, ce n’est pas l’adoption de la loi (avec ses nombreux « trous » et incertitudes qui nécessiteront moult ordonnances) ni l’éventuel 49.3 qui vont faire faillir notre détermination : au contraire. Parce que cette lutte est inédite, par sa force, sa durée, son originalité, parce que défendre coûte que coûte un système de retraite par répartition qui soit juste pour toutes et tous est un choix fondamental de société, parce que nous voulons vivre et non survivre, nous ne capitulerons pas !
Arrivée des marcheurs-es de Mayenne à Paris
Parce qu’ils restent sourds à nos grèves et manifs. Parce qu’ils nous gazent et nous violentent. Parce qu’ils criminalisent nos blocages et nous peignent en fascistes, en khmers verts. Parce qu’on veut montrer à tous combien on est déterminés, mais pas violents. Parce que la lutte est plus belle quand elle rime avec aventure. Parce qu’on veut leur reprendre le terme de "marcheurs" qu’ils ont sali. Parce que face à leur logique de marché et au-delà de la question des retraites, on oppose le désir d’un monde socialement et écologiquement cohérent.
Filmer, photographier, enregistrer les forces de l’ordre dans l’exercice de leur métier, est un droit et doit le rester
Tant qu’il le faudra
Les Organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF soulignent la détermination affichée encore ce 20 février, par les manifestants et manifestantes dans tout le pays, après plus de deux mois et demi de mobilisation continue malgré les entraves au droit de manifester et aux libertés syndicales.
Après le blocage de BlackRock : nous sommes fier·e·s de cette jeunesse !
En juillet 2019, Emmanuel Macron exhortait les manifestant·e·s pour le climat à « rendre la vie impossible aux dirigeants ». Lundi 10 février, il a été pris au mot : des centaines de manifestante·s Youth for Climate et d’autres collectifs ont envahi le siège de la multinationale BlackRock et l’ont bloqué pendant deux heures en empêchant son fonctionnement.

Facebook


Twitter