ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 05 décembre

ANPE République

  

Rendez-vous

Le 5 décembre 2020
Journée nationale de mobilisation contre le chômage et la précarité
mobilisation contre le chômage et la précarité : exiger l’abrogation de la présente réforme de l’assurance chômage et que tous et toutes les chômeurs-euses dont le nombre ne cesse d’amplifier chaque jour soient indemnisé-es pour leur permettre de vivre décemment.
Le 18 décembre 2020
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
Malgré les centaines de kms parcourus par les Sans-Papiers lors de l’Acte 3, la Marche nationale des Sans-Papiers du 19 septembre au 17 octobre, les milliers de villes et villages traversés, les centaines de réseaux mobilisés, les multiples rencontres et les dizaines de milliers de participantEs à la manifestation du 17 octobre à Paris… rien. Emmanuel Macron n’a pas eu un mot pour les Sans-Papiers.

Facebook


Twitter


Actualités

Les droits sociaux et les libertés ne sont pas négociables !
Suite à la crise du covid, mais aussi dans la continuité d’une logique de profit à tout prix, les plans de licenciements se multiplient de la part des grandes entreprises. Sur l’ensemble du territoire, des petites entreprises, des commerces ferment, mettant de plus en plus de personnes au chômage et dans la précarité
« Plus jamais ça » : huit mois après, où en sommes-nous ?
Le 27 mars dernier, 18 organisations appelaient, dans une tribune commune, le gouvernement à préparer « le jour d’après » en considérant que la crise sanitaire mettait au jour l’urgence sociale et environnementale et donc la nécessité d’une remise à plat totale des orientations politiques en France et dans le monde, tant en matière économique, sociale, qu’environnementale et démocratique.
Retrait de la loi Sécurité globale : Marche des libertés et des justices le 5 décembre
La cacophonie la plus complète règne au sein du gouvernement et de la majorité parlementaire après l’annonce, ce lundi 30 novembre, de la réécriture intégrale de l’article 24 de la proposition de loi Sécurité globale. Pour faire bonne figure aux yeux de l’opinion après le succès sans précédent des mobilisations populaires du 28 novembre, le gouvernement et la majorité parlementaire tentent d’éteindre le feu qu’ils ont eux-mêmes allumé.
Retrait de la loi sur la sécurité globale ! Défendons nos droits sociaux et nos libertés démocratiques ! Contre la violence sociale et les violences policières, restons mobilisé-es !
Nous invitons les salarié.e.s à se réunir en Assemblée Générales avec leurs organisations syndicale sur leurs lieux de travail pour adopter leurs propres revendications et venir dans la rue ce samedi les exprimer, les conjuguer avec la détermination à obtenir le retrait de la Loi Sécurité Globale et à rejeter la politique anti-sociale du gouvernement.
Pour la défense de nos libertés : retrait du projet de loi « sécurite globale »
Depuis le 17 novembre a débuté l’examen à l’Assemblée nationale de la proposition de loi relative à « la sécurité globale », dans le cadre d’une procédure accélérée. Ce texte contient de nombreuses atteintes à nos libertés publiques notamment sur des questions comme celles liées au droit à la vie privée, à la liberté d’informer, au principe d’égalité et à des principes constitutionnels de légalité des peines et délits comme l’a dénoncé la défenseure des droits dans son avis publié le 5 novembre.