ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 26 octobre

Halte à la violence sociale : la direction de Renault doit rendre des comptes


Vendredi 25 novembre, les représentants du personnel d’un des CHSCT (Comité Hygiène Sécurité Conditions de Travail) du Technocentre Renault à Guyancourt ont décidé à l’unanimité de mener une enquête afin d’élucider les circonstances du décès d’un salarié du Technocentre mort suite à un entretien préalable à son licenciement.

Lors de cet entretien, notre collègue a en effet déclaré avoir « ressenti le stress monter et une sensation de malaise suite à de fausses accusations » proférées par des représentants de la direction de Renault à son encontre. Il est décédé quelques heures plus tard à l’Hôpital Mignot au Chesnay dans des circonstances non encore élucidées.

Le CHSCT va tâcher de comprendre les circonstances de son décès, pourquoi il était menacé de licenciement, quelles pressions il a éventuellement subi…

Mais dès à présent, le syndicat SUD dénonce les conditions de travail de l’ingénierie Renault.

Le dernier accord de compétitivité signé en 2013 par certains syndicats a laissé l’Ingénierie Renault exsangue : suppression de milliers d’emplois engendrant un sous-effectif, hausse de la charge de travail, pression sur les coûts et les délais…

A ce contexte général s’ajoute un management par la terreur, illustré par les propos de Gaspar Gascon lors d’une réunion de négociation du nouvel accord de compétitivité le 15 novembre dernier. Le directeur de l’Ingénierie produit de Renault a alors donné sa conception du management, en déclarant que les « techniciens et ingénieurs se sont ringardisés et lorsqu’ils n’ont plus les compétences, ils se sentent menacés et bloquent le système », menaçant dans un exemple prémonitoire que « si demain un ingénieur passe une étape de réalisation d’outillage sans réunir les conditions, je le vire, je le change de poste » !

De telles déclarations d’un des directeurs de l’Ingénierie ne peuvent qu’engendrer une violence insupportable des rapports sociaux dans l’entreprise, une violence qui transpire chaque jour à travers les nombreux cas de burn-outs et d’épuisement professionnels dénoncés également par les médecins du travail.

Après la vague de suicides qu’a connu le Technocentre en 2006/2007 et les bonnes résolutions de la direction qui s’en sont suivies, le naturel est vite revenu au galop. Les mesures annoncées par la direction de Renault dans son nouvel accord de compétitivité, notamment concernant l’Ingénierie, montrent que la direction récidive dans sa politique mortifère et qu’elle est prête à en rajouter afin d’augmenter les bénéfices de l’entreprise pour le plus grand profit de Carlos Ghosn et des actionnaires.

Il est temps que les salariés expriment leur colère et leur dégoût en participant notamment aux prochaines actions appelées par SUD et d’autres syndicats Renault, mardi 29 novembre lors de la 7ème réunion de négociation sur l’accord de compétitivité.


Communiqué SUD Renault suite au décès d’un salarié du Technocentre

Actualités

Le pouvoir organise la chasse aux sorcières
Depuis l’ignoble assassinat de Samuel Paty, condamné par l’ensemble du mouvement social, les débats sur la liberté d’expression et sur la laïcité ont très vite évolué vers des attaques de la part d’une partie de la classe politique, des éditorialistes, mais aussi de ministres. Cela s’accompagne d’un déferlement haineux dans les médias et sur les réseaux sociaux contre l’ensemble des musulman∙es et celles et ceux qui luttent contre le racisme spécifique qu’elles et ils subissent.
Crise sanitaire. Contre le tout répressif : sortons la santé de la marchandisation, des moyens maintenant !
Le couvre-feu est un choix politique conséquence de politiques de santé délétères : le gouvernement avait 8 mois pour prendre des mesures pour que la catastrophe sanitaire que nous vivons ne se reproduise plus jamais. Il pouvait investir massivement dans la santé cet été en ouvrant des lits et en embauchant du personnel dans les hôpitaux, les EHPAD et toutes ces structures de la santé et du médico-social
Personnes vulnérables : une victoire indispensable !
Le gouvernement avait drastiquement (et sournoisement) limité par décret pendant un week-end de la fin de l’été l’accès au dispositif d’activité partielle des personnes dites vulnérables, en limitant le nombre de pathologies visées. Et rendu impossible la possibilité du chômage partiel pour leurs proches vivants sous le même toit également. En cause évidemment le coût pour la collectivité publique du chômage partiel mis en place pour contenir les effets dévastateurs sur l’économie de la pandémie de Covid-19 depuis mars dernier.
Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle
Une fois encore, le visage horrible du terrorisme nous met au défi. Assassiner et décapiter un enseignant, un professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique, c’est s’attaquer au cœur de notre société. C’est s’attaquer à ces hommes et ces femmes qui se chargent sur tout le territoire national d’enseigner les savoirs, d’initier au débat argumenté, d’éveiller l’esprit critique et d’assurer la liberté de conscience.
Murielle Guilbert, Solidaires : "Toutes les composantes d’une colère sociale sont réunies"
Avec Simon Duteil, Murielle Guilbert est la nouvelle co-déléguée de Solidaires, qui vient de tenir son congrès à Saint Denis. La syndicaliste dénonce la primauté donnée à la croissance au détriment de la santé des salariés et de l’environnement, et l’absence de débat sur l’utilité sociale des activités économiques. Il faut, dit-elle, retrouver le sens du collectif. Interview.

Facebook


Twitter