ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mercredi 29 janvier

O’TACOS : l’exploitation et la violence, ça suffit !


Nous sommes tous et toutes, caissiers et cuisiniers de la franchise O’Tacos « La Maison de Pigalle » situé à Paris 18ème, en grève illimitée à compter de ce jour car nous ne pouvons plus continuer à travailler dans les conditions suivantes :

  • chacun-e d’entre nous, lorsqu’il est embauché, doit faire une période d’essai non rémunérée de plusieurs semaines au motif, selon notre employeur, que c’est une formation,
  • nos salaires ne sont quasiment pas versés depuis plusieurs mois alors que le gérant est en train d’acquérir un troisième restaurant O’Tacos et, quand ils le sont, c’est le plus souvent en espèces afin que ce dernier ne paie pas les cotisations sociales sur la totalité des heures effectuées,
  • il nous a également annoncé qu’aucun salaire ne serait versé ce mois-ci car il prétend qu’il y aurait eu un vol dans la caisse,
  • il n’existe pas de congés payés,
  • les caissiers n’ont plus de bulletin de salaire depuis juillet 2017, les cuisiniers doivent eux effectuer 48 h à 50 h par semaine sans que les heures supplémentaires ne leurs soient rémunérées et les salariées mineures doivent travailler jusqu’à 5 h du matin.

A ces agissements déplorables s’ajoute la violence de notre employeur qui n’hésite pas à nous frapper et à nous insulter quand il est mécontent des résultats ou que nous demandons à être payé ainsi que des comportements sexistes.

L’inspection du travail a pu constater ces manquements lors d’une visite de contrôle et a convoqué le patron mais nous restons dans l’attente du paiement de nos salaires et du retour à des conditions de travail décentes.

Actualités

Un 24 massif et déterminé pour le retrait
Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel qui impliqueraient des conséquences désastreuses pour toute la population.
Soirée projection/débat "MINIMUM SYNDICAL !" Luttes et résistances contre l’homophobie et la transphobie au travail et dans le syndicat.
En présence de membres de la commission Genres & Sexualités de l’Union syndicale SOLIDAIRES & de la réalisatrice Alexandra Dols. Dans le documentaire « Minimum Syndical » des personnes syndiqué-es à Solidaires - Trans et/ou PD, Gouine, Bi-es, gay, lesbienne, queer, intersexe (tpgqi+) etc nous parlent des discriminations et violences auxquelles iels font face au travail et des obstacles dans le syndicat pour changer les mentalités. Ces personnes parlent aussi de leurs stratégies, de leurs ripostes et des victoires de la commission Genres & Sexualités de l’Union syndicale SOLIDAIRES.
Public / privé : tous concernés ! Plus d’hésitation : en grève jusqu’au retrait du plan Macron-Philippe !
Une nouvelle fois depuis le 5 décembre, des milliers de salariés de très nombreuses entreprises ferons grève et participerons aux manifestations du 16 janvier.
42 JOURS PLUS TARD : Un mouvement majoritaire et inédit !
La mobilisation se poursuit les 14, 15 et 16 janvier pour le retrait du projet de réforme des retraites, entraînant chaque jour de nouveaux travailleur.euses, de la jeunesse,... De nombreuses initiatives se tiennent sur tout le territoire : grève, manifestations, rassemblements, piquets de grève, etc… rassemblant à nouveau plusieurs centaines de milliers de personnes.
Leurs violences, notre détermination.
La liberté de manifester doit être respectée !

Facebook


Twitter