Solidaires Paris

Site de l'union syndicale Solidaires Paris. Un site pour vous informer sur l'actualité syndicale, pour défendre nos acquis sociaux, pour revendiquer de nouveaux droits !

      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 09 décembre

Pas de retour à l’anormal !

  

Ne leur laissons pas nous imposer un retour qui s’annonce cauchemardesque. La période qui vient de finir n’est en rien banale. Et le retour à la « normale » n’est qu’une illusion.

La responsabilité de la gestion de cette crise devrait être reposée rapidement, loin du satisfecit de Macron et de son gouvernement : pourquoi n’avons-nous pas eu les masques, les tests qui auraient pu limiter ou retarder le confinement, limiter la contagion, mieux protéger ceux et celles qui ont continué à travailler pour nous soigner, faire fonctionner la société, limiter le nombre de décès… ? Pourquoi les hôpitaux publics ont ils été débordés, les places en réanimations insuffisantes, les personnels soignant·es exposé·es sans protection, et épuisé-es vu leur nombre insuffisant ?

Au-delà de la responsabilité politique individuelle et directe des membres de ce gouvernement qui devrait être pénale, c’est bien la politique néolibérale au service du système capitaliste pratiqué depuis des années qui est en cause, ce qui n’efface pas pour autant les responsabilités directes.Lors de ce confinement, on a mesuré les dégâts de la marchandisation de la santé, on a encore une fois compté sur les services publics alors que leur casse est sciemment organisée.
On a vu de manière visible le travail de tous les invisibles et précaires, le plus souvent des femmes, qui ont des salaires de misère et des conditions de travail dégradées et qui pourtant ont assuré la survie de millions de personnes. Il y a aussi ceux et celles qui ont vu leur activité et leurs revenus stoppés nets, et les femmes, les enfants, victimes de violences conjugales et domestiques durant le confinement.

Le désir de vouloir effacer de nos mémoires cette période de confinement, de revenir à la « normale » est compréhensible. Mais les dégâts humains de cette crise sont importants et le resteront après le déconfinement avec un chômage massif et les drames humains qui en résulteront.
Pourtant rien n’est « normal » ou fondamentalement différent dans le monde d’après que veut nous imposer ceux et celles qui restent les principaux acteur.trices et promotteur·trices du capitalisme : discours sur le « travailler plus », discours sur les sacrifices à faire au niveau du droit du travail ou du droit de manifester, et une répression policière encore accentuée.

A la sortie du confinement, il n’est pas anodin que les premières manifestations importantes l’aient été pour demander la régularisation des sans-papiers, contre les violences policières et le racisme. Les quartiers populaires ont dégusté à tous les niveaux dans cette période qui a fait ressortir tous les traits saillants de l’injustice structurelle de notre société : stigmatisation, discrimination, racisme institutionnel... « Black lives matter ! » est devenu le slogan des manifestations partout dans le monde. Déboulonnons les idoles de l’ancien monde, enfin.

Le capitalisme et ses dégâts ne peut s’imposer à terme que par la force, que ce soit par la violence sociale ou la domination des populations les plus précaires.
Dans ce système, la santé et la vie des personnes passent après les profits.
L’hôpital, dépouillé de ses moyens depuis des années, en est le pire exemple dans la période.

Les manifestations pour l’hôpital public le 16 juin, qui l’ont rappelé, ont été un véritable succès et ne sont qu’un premier round ! La transformation sociale, écologique, féministe est plus que jamais fondamentale et d’actualité.

A nous, par nos luttes et notre détermination, de changer la donne ; fondamentalement, l’enjeu est vital !


Edito du journal "Expressions Solidaires" paru le 22 juin 2020.


Édito

           

Rendez-vous

Le 10 décembre 2022 à 14h - place du Trocadero

Manifestation à Paris le 10 décembre : Troupes de Poutine hors de toute l’Ukraine !

Une crise humanitaire sans précédent menace la population d’Ukraine cet hiver. Depuis février 2022 et l’invasion du territoire ukrainien par les forces de Vladimir Poutine, les victimes se comptent en dizaines de milliers, les personnes déplacées en millions, les dommages en dizaines de milliards d’euros.

Le 13 décembre 2022 à 19h - 31 rue de la Grange aux Belles

Soirée « Mon corps, mes choix » question de l’accessibilité à la santé reproductive en France et dans le monde"

La santé des femmes est à l’image du contexte global et sociétal des violences faites aux femmes, qu’elles soient conjugales, professionnelles, économiques… Toutes et tous, nous devons nous réapproprier notre corps et notre santé.

Le 15 décembre 2022 à 18h30 - 29 boulevard du Temple

Assurance chômage : ne laissons pas faire !

Au-delà des habillages (soi-disant modulation selon le taux de chômage, incitations à la reprise d’emploi), il s’agit bien d’une attaque contre la protection sociale, un appui au patronat pour forcer aux contrats précaires et des économies sur les plus pauvres. Venez nombreuses et nombreux au meeting unitaire à la Bourse du travail - salle Eugène Hénaff

Le 18 décembre 2022 à 11h - porte de la Chapelle

Appel à des manifestations sur tout le territoire à l’occasion de la journée internationale des migrant·e·s

Le monde aujourd’hui incarné par Darmanin chasse, agresse, tue, expulse, discrimine, surexploite et divise sur la base de l’origine, la couleur de peau, la nationalité, la religion. Ce monde qui brise les solidarités détruit aussi la planète, développe toutes les inégalités et s’attaque à tous nos droits.

Facebook




Twitter


Actualités

CGT, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR & Ensemble & solidaires : Les retraités veulent vivre !

Depuis de nombreux mois, les retraités agissent et « battent le pavé » pour exiger une augmentation des retraites de base et complémentaires, par rapport à la baisse de leur pouvoir d’achat et à l’inflation galopante pour 2022.

Communiqué intersyndical : Retraites : prêt-es à la mobilisation

Les consultations en cours concernant notre système de retraite ont été une nouvelle occasion pour les organisations syndicales de faire des propositions dont aucune ne nécessite une réforme paramétrique.

Réforme de l’assurance chômage : le Parlement de la régression sociale !

La commission mixte paritaire a trouvé début novembre un accord satisfaitant le Parlement et le gouvernement. Mais certainement pas les premiers concerné-es, les chômeurs et chômeuses à qui le représentation nationale vient une nouvelle fois de raboter les droits en imposant le principe de « contracyclicité » qui fait dépendre la durée de versement des allocations de l’état du marché du travail.

Non les 65 ans (ni 64 ou même 63) ne passeront pas !

Tandis que le 3eme cycle de concertation portant sur le financement commence, la première ministre a jugé bon d’annoncer dans une interview les grandes lignes du contenu du futur projet de loi sur les retraites. Le gouvernement sort donc du bois. Rien de très surprenant, ni dans la méthode (des annonces à la presse, sans attendre la fin du cycle de concertation), ni sur le fond.

Réforme de l’assurance chômage : la clause du grand-père pour les chômeurs-ses ?

Le gouvernement a présenté le 21 novembre son projet de décret d’application de la loi portant réforme de l’assurance chômage et son concept de « contracyclicité » qui est au cœur de sa réforme. Pour dire les choses simplement, plus le marché du travail se porte bien, moins le ou la chômeur-se touche d’allocations, plus le marché est dégradé, meilleure sera son indemnisation.