ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 16 janvier

La vidéosurveillance au travail


Les environnements de travail sont de plus en plus équipés de dispositifs de vidéosurveillance.
S’ils sont légitimes pour assurer la sécurité des biens et des personnes, de tels outils ne peuvent pas conduire à placer les employés sous surveillance constante et permanente.
Chaque salarié-e doit être informé-e individuellement de l’existence ou mise en place de la vidéosurveillance (avenant au contrat de travail, note de service, par exemple).
Quelles règles les employeurs doivent-ils respecter ?
Quels sont les droits des employé-es ?

Est-ce que la direction peut installer la vidéosurveillance pour surveiller les salarié-e-s ?

Non ! La vidéosurveillance ne peut être installée sur un lieu de travail qu’à des fins de sécurité des biens et des personnes à titre dissuasif ou pour identifier les auteurs de vols, de dégradations ou d’agressions.

Les caméras peuvent être installées au niveau des entrées et sorties des bâtiments, des issues de secours et des voies de circulation. Elles peuvent aussi filmer les zones où de la marchandise ou des biens de valeur sont entreposés.

Elles ne doivent pas filmer les salariés sur leur poste de travail (sauf circonstances particulières : salarié manipulant de l’argent, mais la caméra doit davantage filmer la caisse que le caissier).

Les caméras ne doivent pas filmer les zones de pause ou de repos des employés, ni les toilettes. Si des dégradations sont commises sur les distributeurs alimentaires par exemple, les caméras ne doivent filmer que les distributeurs et pas toute la pièce.

Les caméras ne doivent pas non plus filmer les lieux de pause, les toilettes ou les locaux syndicaux.

Sur le lieu de travail comme ailleurs, les salarié-e-s ont droit au respect de leur vie privée.

Quelles sont les formalités avant la mise en place de la vidéosurveillance ?

S’il s’agit d’un lieu non ouvert au public , le dispositif doit être déclaré à la CNIL. Si la Société comprend plusieurs sites ou plusieurs établissements, il faut qu’il y ait autant de déclaration qu’il y a de projet de mise en place.

S’il s’agit d’un lieu ouvert au public , le dispositif doit être autorisé par le Préfet du département.

Qui peut visionner les images ?

Seules les personnes habilitées, désignées au moment de la déclaration à la CNIL ou à la Préfecture, et dans le cadre de leurs fonctions peuvent visionner les images enregistrées (le responsable de la sécurité de l’entreprise, par exemple).

Quelle information ?

Les personnes concernées (employés et visiteurs) doivent être informées, au moyen d’un panneau affiché de façon visible dans les locaux sous vidéosurveillance :

  • de l’existence du dispositif,
  • du nom de son responsable,
  • de la procédure à suivre pour demander l’accès aux enregistrements visuels les concernant.

Combien de temps sont archivées les images ?

Le délai de conservation ne doit pas excéder un mois.

En règle générale, conserver les images quelques jours suffit à effectuer les vérifications nécessaires en cas d’incident, et permet d’enclencher d’éventuelles procédures disciplinaires ou pénales. Si de telles procédures sont engagées, les images sont alors extraites du dispositif (après consignation de cette
opération dans un cahier spécifique) et conservées pour la durée de la procédure.

Est-ce que je peux être filmé à mon insu ?

Non. Les locaux placés sous vidéosurveillance doivent être dotés de panneaux affichés de façon visible et reprenant ces trois précisions :

  • L’existence de la Vidéosurveillance,
  • Le nom du responsable de la vidéosurveillance,
  • La procédure à suivre pour permettre de demander l’accès aux enregistrements visuels vous concernant.

Quelles missions pour les Instances Représentatives du Personnel ?

Les IRP ont un rôle consultatif : avant toute décision d’installation ou de modification de caméras, les élus CE, le CHSCT, doivent être consultés (avec la possibilité de désigner un expert sur la pertinence de cette installation).
Dans ce cadre, les élu-es doivent poser un maximum de questions précises.

Les IRP ont également un rôle de contrôle :
Si les caméras ont été installées, vérifier l’orientation des caméras, l’existence de la déclaration à la CNIL ou la demande d’autorisation à la Préfecture… que l’employeur obtient bien souvent sans souci. L’existence des affiches de signalisation de la vidéosurveillance de manière réglementaire.

Si la Direction à l’intention de mettre la Vidéosurveillance, informer les salariés, vérifier que la procédure d’installation se fait conformément à la législation.

Un-e salarié-e ne peut être sanctionné-e avec la vidéosurveillance comme preuve, si le processus réglementaire n’a pas été appliqué au moment de son installation, ou si la vidéo provient d’une autre entreprise que celle du salarié.

Et si la Direction ne respecte pas les procédures ?

Vous pouvez saisir :

  • le service des plaintes de la CNIL : 01 53 73 22 22 ou par courrier : CNIL 8 rue Vivienne, CS 30223, 75083 Paris cedex 02
  • l’Inspection du Travail de votre département (numéro affiché dans le cadre obligatoire de votre entreprise)
  • les services de la Préfecture si les caméras filment des lieux publics
  • les services de police ou de gendarmerie
  • le Procureur de la République

Quels textes de référence ?

  • La loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, lorsque les caméras filment des lieux non ouverts au public

Le code de la sécurité intérieure :

  • Articles L223-1 et suivants (lutte contre le terrorisme)
  • Articles L251-1 et suivants, lorsque les caméras filment
  • des lieux ouverts au public.

Le code du travail :

  • Article L2323-32 (information/consultation des instances représentatives du personnel)
  • Articles L1221-9 et L1222-4 (information individuelle
  • des salariés)
  • Article L1121-1 (principe de proportionnalité)

Le code civil :

  • Article 9 (protection de la vie privée)

Le code pénal :

  • Article 226-1 (enregistrement de l’image d’une personne à son insu dans un lieu privé)
  • Article 226-16 (non déclaration auprès de la CNIL)
  • Article 226-18 (collecte déloyale ou illicite)
  • Article 226-20 (durée de conservation excessive)
  • Article 226-21 (détournement de la finalité du dispositif)
  • Article R625-10 (absence d’information des personnes)

 
Documents à télécharger : La vidéosurveillance au travail

Actualités

Nos libertés sont en danger ! Le 16 janvier, reprenons la marche
Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 150 villes de France, qui ont bravé dans certains cas les violences policières et les arrestations arbitraires pour dénoncer dans la rue cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.
Loi sécurité globale : Rien n’est joué ! tous en manifestation, samedi 16 janvier !
Depuis le 17 novembre dans plus de 150 villes de France des rassemblements dénonçant la fuite en avant répressive et liberticide du gouvernement ont eu lieu, à l’appel d’une coordination large d’associations, de familles de victimes des violences policières et d’organisations syndicales. Des centaines de milliers de manifestant-es sont déjà descendus dans la rue avec pour seules réponses volonté de passage en force et répression accrue.
Macron, hors de nos libertés !
Profitant du contexte sécuritaire et sanitaire anxiogène, le gouvernement a lancé cet automne une vaste offensive très cohérente contre les libertés politiques, qu’elles soient publiques ou individuelles. Tout cela dans un contexte déjà lourd de violences policières toujours plus documentées sans compter les répressions anti syndicales menées par le patronat qui, avec la complicité très active du gouvernement, tentent d’imposer par la force le silence aux oppositions exprimées démocratiquement tant au sein du monde du travail que dans l’espace public.
Prime de 900 euros pour les précaires : le compte n’y est pas !
Cette aide aux plus précaires annoncée en novembre a été finalement validée par un décret le 30 décembre. Elle concerne les salarié-es précaires ayant travaillé plus de 138 jours en 2019. Agir pour les plus précaires nécessite visiblement un certain temps, beaucoup plus quoi qu’il en soit que pour sauver les grandes entreprises ou « adapter » le droit du travail aux contraintes de la pandémie (augmentation du temps de travail, prise de congés…)
Marchons partout pour les libertés et contre l’arbitraire ce samedi 16 janvier
La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu puisqu’elle était tout simplement contraire au principe de séparation des pouvoirs.