ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 16 janvier

Liberté pour Loup Bureau : le journalisme n’est pas un crime


Il est soupçonné d’activités "terroristes". Collaborateur de la chaîne française TV5 Monde, il a été interpellé la semaine dernière au poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie, avant d’être incarcéré dans la ville de Sirnak, une zone à majorité kurde située dans le sud-est de la Turquie et frontalière de l’Irak et de la Syrie.
Les autorités turques affirment que le journaliste était en possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG.
Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé l’arrestation de notre confrère soulignant "suivre avec la plus grande attention la situation de notre compatriote détenu en Turquie et être en relation avec sa famille. L’ambassade de France à Ankara est en contact avec les autorités locales afin de pouvoir exercer au plus vite la protection consulaire".
Cette nouvelle arrestation survient après la récente affaire Mathias Depardon, le photographe français qui avait été arrêté dans le sud-est de la Turquie en mai dernier. Il avait été expulsé au bout d’un mois de détention grâce à une forte mobilisation des syndicats français de la FIJ, des ONG, et des défenseurs des droits de l’Homme.
Depardon était accusé, comme d’habitude désormais de "propagande terroriste" pour le compte du PKK, pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des photos prises au cours d’un reportage.
Il est clair que les dirigeants turcs et le président Erdogan en tête abhorrent les journalistes étrangers trop curieux et n’hésitent pas à les arrêter pour imposer un mur du silence sur la réalité de ce pays qui est la plus grande prison au monde pour les journalistes où 160 de nos confrères sont derrière les barreaux.
La répression s’abat en effet sur les journalistes turcs et kurdes de façon redoublée depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 avec des fermetures de media par dizaines, tuant la liberté d’expression.

En témoigne le procès récent à Istanbul de 19 journalistes du quotidien de l’opposition turque Cumhuriyet. Ils risquent jusqu’à 43 ans de prison, accusés d’aide aux "organisations terroristes armées"
Les syndicats SNJ - SNJ-CGT - CFDT-journalistes, membres de la Fédération internationale des journalistes (FIJ - 600 000 adhérents dans 149 pays) :
- appellent à la libération immédiate de notre confrère Loup Bureau ;
- exigent que le gouvernement français mette tout en œuvre pour ce faire. Les propos convenus ne suffisent plus.
- SNJ - SNJ-CGT - CFDT-journalistes tiennent les autorités turques pour responsables du sort de Loup Bureau.

Avec la FIJ et la Fédération européenne des journalistes (FEJ), ils demandent la saisie du Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la liberté des medias, dont le représentant est Harlem Désir depuis le mois dernier.

Voir aussi la campagne intersyndicale de solidarité avec les syndicalistes de Turquie.

Actualités

Nos libertés sont en danger ! Le 16 janvier, reprenons la marche
Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 150 villes de France, qui ont bravé dans certains cas les violences policières et les arrestations arbitraires pour dénoncer dans la rue cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.
Loi sécurité globale : Rien n’est joué ! tous en manifestation, samedi 16 janvier !
Depuis le 17 novembre dans plus de 150 villes de France des rassemblements dénonçant la fuite en avant répressive et liberticide du gouvernement ont eu lieu, à l’appel d’une coordination large d’associations, de familles de victimes des violences policières et d’organisations syndicales. Des centaines de milliers de manifestant-es sont déjà descendus dans la rue avec pour seules réponses volonté de passage en force et répression accrue.
Macron, hors de nos libertés !
Profitant du contexte sécuritaire et sanitaire anxiogène, le gouvernement a lancé cet automne une vaste offensive très cohérente contre les libertés politiques, qu’elles soient publiques ou individuelles. Tout cela dans un contexte déjà lourd de violences policières toujours plus documentées sans compter les répressions anti syndicales menées par le patronat qui, avec la complicité très active du gouvernement, tentent d’imposer par la force le silence aux oppositions exprimées démocratiquement tant au sein du monde du travail que dans l’espace public.
Prime de 900 euros pour les précaires : le compte n’y est pas !
Cette aide aux plus précaires annoncée en novembre a été finalement validée par un décret le 30 décembre. Elle concerne les salarié-es précaires ayant travaillé plus de 138 jours en 2019. Agir pour les plus précaires nécessite visiblement un certain temps, beaucoup plus quoi qu’il en soit que pour sauver les grandes entreprises ou « adapter » le droit du travail aux contraintes de la pandémie (augmentation du temps de travail, prise de congés…)
Marchons partout pour les libertés et contre l’arbitraire ce samedi 16 janvier
La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu puisqu’elle était tout simplement contraire au principe de séparation des pouvoirs.

Facebook


Twitter