MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 25 juin

Merci Macron ! Quel plaisir d’être exploité par vous !

  

Pas de Loi Travail sans loi Macron Alors que depuis 4 mois les manifestations et la mobilisation battent le pavé contre la loi travail n’oublions pas que Macron a préparé le terrain avec ses lois au service du patronat. Le champion du libéralisme mais surtout champion du travail dominical et de la casse de la justice prud’homale vient nous narguer avec son meeting à la Mutualité, pour lancer son mouvement "En Marche".

Prétendant faire du neuf avec du vieux, il s’inscrit dans une logique libérale -toujours plus au patronat- au même titre que la loi travail avec la même méthode anti-démocratique avec l’utilisation du 49-3.

Le chouchou des banques vient nous faire la leçon, comme il a pu donner des leçons de travail avec son fameux "la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler", on sent tout de suite l’homme qui a le sens des réalités contrairement à ce qu’il assène sur son site "Partir du réel pour construire des idées neuve".

L’été sera chaud

Les vacances arrivent, les départs en congés se font sentir, qu’a cela ne tienne, la mobilisation reste et aucun-e membre du gouvernement ne se sentira seul-e car il sera sans cesse accompagné-es par les opposant-es à la Loi Travail et aux lois Macron.

Nous exigeons le retrait des lois et des cadeaux faits aux sociétés toujours plus avides, comme le CICE qui n’a eu aucun effet sur l’emploi.

4 mois n’ont pas suffit pour que le gouvernement comprenne une bonne fois pour toute que la majorité de la population s’oppose à leurs lois... alors continuons toutes et tous ensemble ici (par exemple la Loi Peeters en Belgique).

En plus du 49-3, ils usent de la matraque et des fouilles pour nous faire taire, un tel déploiement répressif reste encore du jamais vu !

Nous resterons mobilisé-es, fermes et déterminé-es, ensemble nous gagnerons !
- 

Le saviez-vous ? L'inversement de la hiérarchie des normes -les accords d'entreprise au lieu des accords de branche présents dans la Loi Travail- a été inaugurée en 1979 par José Piñera, alors ministre du Travail de Pinochet, il fut formé par l'économiste Milton Friedman qui inspira aussi Thatcher...

Rendez-vous

28 juin / 9h30 / 31 rue de la Grange aux belles
Ateliers « La digitalisation du travail »
Digitalisation, automatisation, robotisation, dématérialisation, intelligence artificielle...
28 juin / 14h30 / place de la Bastille
Journée nationale de mobilisation interprofessionnelle
L’Union syndicale Solidaires a décidé d’appeler sur ses propres bases à la journée de mobilisation du 28 juin.
6 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
16 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter


Actualités

Nos services publics Zone à Défendre
Les services publics sont un bien commun essentiel. Ils se sont imposés aux pouvoirs publics au fil des luttes sociales pour la reconnaissance des besoins et des droits collectifs pour toutes et tous
Journée nationale de mobilisation pour les Services publics
La Convergence nationale de défense et développement des services publics appelle à mobilisation sur l’ensemble du territoire
Cours de droit du travail
Un samedi par mois, l’Union Locale SUD/Solidaires Aubervilliers organise des cours de droit du travail, à destination de toutes et tous
Rassemblement devant l’hôpital Henri Mondor
contre la disparition de la greffe hépatique
Mettre en concurrence les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, une nouvelle stratégie du gouvernement ?
L’Association Européenne contre les Violences Faites aux Femmes au Travail (AVFT) tirait en début d’année la sonnette d’alarme : face à l’augmentation des appels téléphoniques suscités par #MeToo et #BalanceTonPorc, elle était obligée de fermer son accueil téléphonique, faute de moyens supplémentaires pour y faire face.