MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   jeudi 19 avril

PLFSS Le trou de la sécu bouché sur le dos des salariés

  

La sécu... C’est l’affaire de toutes et tous

Elle contribue avec les subventions des collectivités territoriales au financement de nos établissements du médico-social et du social. Son budget, fixé par le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), détermine les conditions de prises en charge des usagers et les conditions de travail des salariés-es. Lors de sa présenta on, Mme Touraine, Ministre de la Santé et des affaires sociales, en a pro té pour annoncer un retour à l’équilibre des comptes, bien entendu, sur le dos des salarié-es et des prestations pour les usager-es.

Asphyxie budgétaire pour les équipes et les publics

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux ,après les coupes budgétaires imposées par les collectivités territoriales se traduisant sur le terrain par des fermetures de services ou des déconventionnements, le gouvernement entend poursuivre l’asphyxie financière des secteurs sociaux en les attaquant ce e fois ci via la sécurité sociale. Le PLFSS qui sera voté prévoit 4,1 Milliards d’euro « d’économies » supplémentaires imposé par le gouvernement VALLS dont 200 millions pour les secteurs Social et Médico-Social. Ces économies se feront, on le sait déjà, par des inégalités d’accès aux soins et aux services sociaux. Pour les salariés, les conséquences seront fatales : licenciements, précarité, bas salaires, surcharge et intensification du travail... C’est la goute d’eau qui fait déborder le vase. De trop nombreux collègues vivent de plus en plus mal la situa on qui leur est faite, le ras le bol se généralise. Le gouvernement reste sourd à la multiplication des cas de détresse. La sou rance au travail, la perte de sens professionnel, les burnout ou les suicides ne sont pas des fatalités !

Fusions et absorption, faites vos jeux !

Les contours de notre secteur se redessinent, de nombreux établissements ont été absorbés ou sont en cours de fusion. Pour SUD Santé Sociaux, la volonté de réduire le nombre d’acteurs dans le social et médico-social est évidente. Pour faire face aux nouveaux modes de financements (appel à projet et mise en concurrence, contrats à impacts sociaux...) et aux objectifs comptables, le regroupement de structures est une tendance de fond. Avec la loi Touraine, des Groupements de Coopéra- on Sociale et Médico-Social se metent en place, ils sont le pendant des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). Ils constituent un arsenal supplémentaire, qui permet aux gouvernements successifs de con nuer la poli que de destruction/ restructura on, fusion/absorption des structures de l’ensemble de nos secteurs. A ce rythme, c’est bien la richesse et la diversité de nos pratiques professionnelles qui sont menacées par la standardisa on et la recherche de résultats quantifiables.

Battons-nous pour nos salaires et nos Conventions Collectives !

Nos salaires sont gelés depuis de trop nombreuses années et la révision des classifications sont bloqués au nom des restrictions budgétaires et autres plans de retour à l’équilibre. Dans certaines Conventions Collectives, le pouvoir d’achat a diminué de quasi 25% en 20 ans... Avec la refonte des métiers et la volonté affichée du patronat de dénoncer les Conven ons Collec ves (CC 66, Croix Rouge...) en 2017. Une refonte des grilles salariales au prétexte des nouveaux diplômes n’est pas à exclure. L’objec f a ché est de réduire le coût du travail et de rer nos salaires vers le bas. Puisqu’il il n’y a plus de trou de la Sécu, les salaires doivent être revalorisés ! Prenons au mot la Ministre. La loi travail n’arrangera pas la situa on. Les logiques de dumping social sont à prévoir et à combattre !

AUJOURD’HUI, CA SUFFIT !

Depuis 6 mois, le mouvement social mène toujours la bataille pour obtenir le retrait de la Loi Travail. Dans la continuité de ce combat, ensemble, public, privé, sanitaire, médico-social, social, mobilisons-nous massive- ment sur les territoires pour exiger notre dû et des moyens pour un service de qualité et de proximité envers la population.

Il faut que ça change !

Nous qui tous les jours dans les services, les établissements prenons soin des populations les plus fragiles et dispensons une prise en charge de haute qualité, nous exigeons un plan d’urgence pour notre secteur et revendiquons :
• Une revalorisation statutaire et salariale
• L’abandon du projet de réingénierie de l’ensemble des métiers du social
• Des grilles de salaires linéaires sans barrage ni quota tenant compte de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes.
• La défense et l’améliora on des Conventions Collectives de nos secteurs...
• L’octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sociaux et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de transformer en CDI les contrats précaires.
• Des politiques sociales à hauteur des besoins de la population, quelques soient leurs lieux d’habitation
• L’abrogation de la loi travail

Le 8 novembre 2016, La Fédération SUD Santé Sociaux appelle à une mobilisa on d’ampleur et à la grève pour en finir avec les politiques d’austérité.


Rendez-vous

19 avril / 14h / place du 18 juin 1940
Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales
Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.
1er mai /
Journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur-euse-s !
Dans le contexte actuel de mobilisations face à l’ampleur des attaques de Macron et de son gouvernement, cette journée du 1er mai prendra une importance toute particulière et constituera une étape importante de la convergence des luttes.
2 mai / 18h30 / 31 rue de la Grange aux belles
Réunion publique sur le syndicalisme au Mexique et les communautés zapatistes
Syndicalisme de lutte, autonomie des communautés zapatistes au Chiapas. Interven on du collectif Paris-Ayotzinapa
4 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
22 mai /
Processus d’actions et nouvelle grève le 22 mai prochain pour donner un avenir à la Fonction publique
Réunies le 10 avril 2018, les organisations syndicales réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics »

Facebook


Twitter

  

Actualités

Visite de Justin Trudeau à Paris : le collectif Stop TAFTA/CETA alerte sur les dangers du CETA !
A l’occasion de la journée mondiale de solidarité avec les luttes paysannes et de l’allocution du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, devant l’Assemblée Nationale ce 17 avril 2018, le collectif Stop TAFTA/CETA organise une action symbolique à 13h Place Edouard Herriot.
Ils votent le pacte ferroviaire
Y’a pas d’arrangement, grève et manifestation
Suppression d’un second jour férié
Plus que jamais à relayer sur les réseaux sociaux suite aux annonces de Macron !
Secret des affaires : lettre ouverte au président de la République
Le Parlement s’apprête à voter une proposition de loi portant « sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites ». Dans cette lettre ouverte, de nombreux lanceurs d’alertes, syndicats, associations, journalistes, chercheurs dont l’union syndicale Solidaires, rappellent au chef de l’État sa promesse de défendre le droit à l’information et l’intérêt général.
Interview président de la république : Renforcer nos luttes face à un pouvoir qui ne veut rien entendre
Macron a pris la parole lors de deux longs moments de communication dont nous retiendrons son message principal : sa détermination à ne rien changer de sa politique (droit dans ses bottes comme Juppé en 1995…)