MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mercredi 20 février

PLFSS Le trou de la sécu bouché sur le dos des salariés

  

La sécu... C’est l’affaire de toutes et tous

Elle contribue avec les subventions des collectivités territoriales au financement de nos établissements du médico-social et du social. Son budget, fixé par le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), détermine les conditions de prises en charge des usagers et les conditions de travail des salariés-es. Lors de sa présenta on, Mme Touraine, Ministre de la Santé et des affaires sociales, en a pro té pour annoncer un retour à l’équilibre des comptes, bien entendu, sur le dos des salarié-es et des prestations pour les usager-es.

Asphyxie budgétaire pour les équipes et les publics

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux ,après les coupes budgétaires imposées par les collectivités territoriales se traduisant sur le terrain par des fermetures de services ou des déconventionnements, le gouvernement entend poursuivre l’asphyxie financière des secteurs sociaux en les attaquant ce e fois ci via la sécurité sociale. Le PLFSS qui sera voté prévoit 4,1 Milliards d’euro « d’économies » supplémentaires imposé par le gouvernement VALLS dont 200 millions pour les secteurs Social et Médico-Social. Ces économies se feront, on le sait déjà, par des inégalités d’accès aux soins et aux services sociaux. Pour les salariés, les conséquences seront fatales : licenciements, précarité, bas salaires, surcharge et intensification du travail... C’est la goute d’eau qui fait déborder le vase. De trop nombreux collègues vivent de plus en plus mal la situa on qui leur est faite, le ras le bol se généralise. Le gouvernement reste sourd à la multiplication des cas de détresse. La sou rance au travail, la perte de sens professionnel, les burnout ou les suicides ne sont pas des fatalités !

Fusions et absorption, faites vos jeux !

Les contours de notre secteur se redessinent, de nombreux établissements ont été absorbés ou sont en cours de fusion. Pour SUD Santé Sociaux, la volonté de réduire le nombre d’acteurs dans le social et médico-social est évidente. Pour faire face aux nouveaux modes de financements (appel à projet et mise en concurrence, contrats à impacts sociaux...) et aux objectifs comptables, le regroupement de structures est une tendance de fond. Avec la loi Touraine, des Groupements de Coopéra- on Sociale et Médico-Social se metent en place, ils sont le pendant des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). Ils constituent un arsenal supplémentaire, qui permet aux gouvernements successifs de con nuer la poli que de destruction/ restructura on, fusion/absorption des structures de l’ensemble de nos secteurs. A ce rythme, c’est bien la richesse et la diversité de nos pratiques professionnelles qui sont menacées par la standardisa on et la recherche de résultats quantifiables.

Battons-nous pour nos salaires et nos Conventions Collectives !

Nos salaires sont gelés depuis de trop nombreuses années et la révision des classifications sont bloqués au nom des restrictions budgétaires et autres plans de retour à l’équilibre. Dans certaines Conventions Collectives, le pouvoir d’achat a diminué de quasi 25% en 20 ans... Avec la refonte des métiers et la volonté affichée du patronat de dénoncer les Conven ons Collec ves (CC 66, Croix Rouge...) en 2017. Une refonte des grilles salariales au prétexte des nouveaux diplômes n’est pas à exclure. L’objec f a ché est de réduire le coût du travail et de rer nos salaires vers le bas. Puisqu’il il n’y a plus de trou de la Sécu, les salaires doivent être revalorisés ! Prenons au mot la Ministre. La loi travail n’arrangera pas la situa on. Les logiques de dumping social sont à prévoir et à combattre !

AUJOURD’HUI, CA SUFFIT !

Depuis 6 mois, le mouvement social mène toujours la bataille pour obtenir le retrait de la Loi Travail. Dans la continuité de ce combat, ensemble, public, privé, sanitaire, médico-social, social, mobilisons-nous massive- ment sur les territoires pour exiger notre dû et des moyens pour un service de qualité et de proximité envers la population.

Il faut que ça change !

Nous qui tous les jours dans les services, les établissements prenons soin des populations les plus fragiles et dispensons une prise en charge de haute qualité, nous exigeons un plan d’urgence pour notre secteur et revendiquons :
• Une revalorisation statutaire et salariale
• L’abandon du projet de réingénierie de l’ensemble des métiers du social
• Des grilles de salaires linéaires sans barrage ni quota tenant compte de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes.
• La défense et l’améliora on des Conventions Collectives de nos secteurs...
• L’octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sociaux et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de transformer en CDI les contrats précaires.
• Des politiques sociales à hauteur des besoins de la population, quelques soient leurs lieux d’habitation
• L’abrogation de la loi travail

Le 8 novembre 2016, La Fédération SUD Santé Sociaux appelle à une mobilisa on d’ampleur et à la grève pour en finir avec les politiques d’austérité.




           

Rendez-vous

25 février / 12h / devant la Direction Fret à Clichy
Tous unis contre la violence patronale
À la veille de dossiers importants (passage des EPIC SNCF en Sociétés Anonymes, transfert des cheminots, casse du statut des fonctionnaires, privatisation des entreprises publiques, retraite par points), les syndicalistes SUD-Rail (Solidaires) porteurs d’un projet de progrès social, représentent, avec toutes celles et tous ceux qui s’opposent, une menace pour les profits de celles et ceux qui dirigent.
1er mars / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
8 mars /
8 mars, grève des femmes
Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais cette égalité est loin d’être effective. C’est pourquoi la journée du 8 mars ne se « fête » pas et n’est pas la « journée de la femme » mais bien celle de lutte pour les droits des femmes ! Le 8 mars est une journée internationale de convergence de toutes nos luttes, celles des femmes d’ici et d’ailleurs.
16 mars /
Marches pour le climat
Après le succès des précédentes "Marches pour le climat" dont la dernière le 8 décembre a rassemblé 230 000 personnes dans 191 villes afin de dénoncer l’inaction climatique et appeler à une réponse à la hauteur de l’urgence
16 mars /
Marche des Solidarités
Ensemble face à l’oppression et la répression Riposte populaire !

Facebook


Twitter


Actualités

Stop à la répression antisyndicale et défendons la liberté d’expression à Korian !
Non à la discrimination anti-syndicale ! Non à l’acharnement à l’encontre des salarié-es qui dénoncent la maltraitance ! Des collègues travaillant dans l’entreprise Korian sont menacées de sanction. Une d’entre elles est mise à pied et risque son poste !
Faire travailler plus pour avoir une retraite correcte…
Alors que la mobilisation sociale continue, le gouvernement refuse d’entendre. Il n’entend pas en particulier la colère des retraité-es qui ont répondu massivement aux mots d’ordre syndicaux et qui sont très présentes dans les manifestations de gilets jaunes.
L’hiver fut chaud, le printemps pourrait bien bouillir !
La justice et l’égalité sont au cœur des mobilisations sociales, celles des gilets jaunes ou celles des syndicats. Justice sociale, fiscale, environnementale, égalité des droits sont des conditions indispensables à un système réellement démocratique, dans le monde du travail comme dans la société entière.
Combattons plus que jamais l’extrême droite
L’antisémistisme est un poison ancien dans la société française qui resurgit crescendo depuis plusieurs années et encore aujourd’hui. L’extrême droite s’en nourrit aussi avec toute sa sphère complotiste. Elle n’a pas surgit de nulle part dans les manifestations des gilets jaunes. Elle était là avant, déjà en première ligne contre les migrants au Col de l’Echelle, contre les militant-es antiracistes et de gauche à Lyon…
Exigeons les vrais chiffres de tous-tes les blessé-es depuis l’Acte I !
Les rues de France connaissent l’épisode de répression le plus violent depuis 1968. Une marseillaise est décédée, Zineb Redouane, des lycéens ont été éborgnés, des ados sont mutilés, des femmes et des hommes apprennent à vivre avec des gueules cassées, avant des mois, voire des années, de réparations esthétiques.