MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 17 décembre

Un délégué rectoral exclu de l’enseignement après 4 ans de suppléance.

  

A la rentrée 2016, le rectorat de Toulouse a décidé de ne pas renouveler le contrat à durée déterminée d’un Délégué rectoral en poste dans le même établissement depuis 4 ans.

Sa suppléance a pourtant toujours été renouvelée par le chef d’établissement qui lui a fait confiance durant ces années et le poste occupé les années précédentes était toujours vacant à la rentrée.

Cet enseignant en mathématiques a été inspecté en novembre 2015, ce qui est relativement exceptionnel pour un remplaçant.
Bien entendu, après cette inspection, il a tenu compte des remarques et recommandations formulées par l’inspectrice.
Cette amélioration de sa pratique pédagogique n’a cependant pas pu être constatée par l’IPR qui n’est pas revenue le voir à la fin de l’année.
Pourtant, cela n’a pas empêché la rectrice de refuser à cet enseignant toute possibilité de renouveler son contrat de suppléant.
Ce collègue a donc été congédié de l’éducation nationale après 4 ans de bons et loyaux services.
Nous ne pouvons qu’être scandalisés devant tant de mépris des enseignants et notamment des plus précaires.

D’autre part, le rectorat n’a même pas daigné respecter les textes pour informer ce collègue de sa décision.
En effet, lorsque le DA a une ancienneté supérieure à 3 ans, la notification de la décision doit être précédée d’un entretien (Décret n° 2014-1348 du 3 novembre 2014 article 9).
Nous avons saisi le Tribunal administratif pour faire valoir les droits de cet enseignant.

Est-ce ainsi que doivent être traitées des personnes que l’enseignement catholique et le rectorat sont bien contents de trouver pour éviter que les élèves se retrouvent sans professeur ?
Peut-on décider, sans réelle explication et sur une seule inspection, d’exclure un enseignant et lui refuser un avenir d’enseignant ?
Le rectorat ne développe-t-il pas une politique qui vise à exclure les délégués rectoraux qui ont une ancienneté de 4 ans et plus ?
Nous revendiquons le droit, pour les précaires, à une réelle formation et à être intégrés sur l’échelle de rémunération des certifiés.
Nous continuerons à défendre les enseignants en situation précaire avec la plus grande détermination.




           

Rendez-vous

17 décembre / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
18 décembre /
Journée Internationale des Migrant-es
Nous, Collectifs de Sans-papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations et Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements dans tout le pays le 18 décembre à l’occasion de la Journée Internationale des MigrantEs.
4 janvier / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter


Actualités

On veut pouvoir vivre
Les annonces de Macron ne répondent ni à l’urgence sociale ni à l’injustice fiscale ou aux mobilisations des jeunes. Pire encore : une partie de ce qui est dit par le gouvernement sera payé sur nos impôts pendant que les riches s’en sortent tranquillement.
Journée nationale de mobilisation contre le projet de loi Justice
Contre la casse du service public défendons ensemble « une justice pour toutes et tous » Continuons la mobilisation partout en France !
Macron reçoit les "partenaires sociaux" : Solidaires n’ira pas !
A 19h30 dimanche soir, l’Union syndicale Solidaires a reçu une invitation du Président de la République nous conviant « à une réunion avec les forces politiques, territoriales, économiques et sociales en présence du Premier Ministre et des membres du Gouvernement », annoncée à grands renforts de publicité, demain matin, lundi 10 décembre.
Noël aura-t-il lieu cette année ?
L’acte 4 de la mobilisation des gilets jaunes a vu une participation aussi forte que celle de la semaine dernière. Tout cela malgré les jours précédents où tout aura été fait pour discréditer et décourager cette participation.
Marches pour le climat
Malgré les dizaines de tribunes, d’appels publiées, le changement de trajectoire nécessaire à une lutte efficace n’a pas encore eu lieu. Nous sommes aujourd’hui au stade où un autre monde est nécessaire.