ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 18 août

Contre le viol de Théo et les violences policières


Cependant, cette initiative étant la seule qui existe, nous pensons qu’il y aura sur place des gens légitimement mobilisés contre le viol de Théo et les violences policières et que notre organisation syndicale a toute sa place pour y exprimer ses revendications. Nous appelons donc avec un appel distinct. Nos différences pourront être marquées dans les slogans, via des sucettes etc.

« Nous appelons à se rassembler le 18 février pour la Justice et la Dignité parce que :

- La revendication légitime de Vérité et de Justice portée par les familles victimes de violences
policières doit être soutenue.
- La banalisation des discours, des actes racistes et leur caractère structurel sont inacceptables.
- Les droits démocratiques doivent être les défendus face à l’État d’urgence et des mesures liberticides
qui touchent particulièrement celles et ceux qui subissent le racisme.

Samedi 18 février,
15h
place de la République

Actualités

Grâce au Conseil d’Etat, policiers et gendarmes pourront continuer à blesser, mutiler ou tuer des manifestant-es
Le Conseil d’Etat vient de rejeter les demandes de nombreuses organisations, dont l’Union syndicale Solidaires, visant à faire interdire l’utilisation des Lanceurs de balles de défense lors des manifestations. Le Conseil d’Etat a également débouté les organisations qui voulaient faire interdire le recours aux grenades de désencerclement GLI-F4.
Les travailleurs sans papiers de Chronopost Alforville au siège de la Poste à Paris
Parti s’amuser et danser, Steve a été retrouvé mort
Aux bords de la Loire, le 21 juin dernier, lors de la soirée de la fête de la musique plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre qui ont sans scrupule utilisé gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et usé de violence physique.
Femmes de chambre : la violence et l’exploitation, ça suffit !
Pas de vacances pour la lutte de classe. Encore cet été, des femmes de chambres, cessent le travail contre les cadences infernales que leur imposent les sous-traitants des grands groupes hôteliers et pour une véritable reconnaissance de leur travail
Pour une véritable citoyenneté de résidence
Appel unitaire dont Solidaires est signataire en faveur du vote des étranger-ères au niveau local.

Facebook


Twitter