Droit à l’avortement en Pologne comme partout !


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   samedi 18 novembre

Droit à l’avortement en Pologne comme partout !

  

L’avortement, déjà très restrictif, est menacé d’être totalement interdit en Pologne par le gouvernement très conservateur. Jusqu’à présent, l’avortement était autorisé dans seulement trois cas : quand il existait un risque pour la vie ou la santé de la mère, lors d’une grave pathologie de l’embryon ou quand la grossesse était le résultat d’un viol ou d’un inceste. Si la loi passe, elle exposerait les femmes et adolescentes, comme les médecins et personnels soignants, à une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement !

« Seulement 39% de la population mondiale vit dans des pays où l’IVG, pratiquée à la demande de la femme, est autorisée. Autre chiffre qui fait particulièrement froid dans le dos : 47 000 femmes décèdent chaque année des suites d’un avortement illégal, soit une femme toutes les 9 minutes.

Parmi celles qui en réchappent, beaucoup devront vivre avec des séquelles, et pour d’autres c’est l’incarcération qui les attend ! »*
Pour l’Union syndicale Solidaires, maîtriser sa fécondité permet de vivre une sexualité plus épanouie, dégagée de la peur constante d’une grossesse non désirée.
C’est aussi pour les femmes échapper à l’assignation à la maternité et à la sphère domestique, acquérir leur autonomie en particulier en investissant le monde du travail.
Enfin, la dissociation de la sexualité et de la procréation a fait émerger la question encore souvent méprisée de la sexualité et du plaisir au féminin.
Comme tous les sujets touchant à la sexualité et la famille, le droit à disposer de son corps est ciblé par les tenants de l’ordre moral ou religieux.
C’est ce qui se passe en Pologne. Il reste donc un acquis à protéger et à développer partout, notamment là où il n’existe pas.
Solidaires tient à apporter son soutien aux femmes polonaises, mais aussi à toutes les organisations qui luttent là-bas pour le droit des femmes à disposer librement de leur corps et appelle à participer à tous les rassemblements organisés contre cette loi.


https://www.solidaires.org/Droit-a-...

Rendez-vous

18 novembre / dans la rue partout sur le territoire
Journée de mobilisation contre le CETA !
Il n’est pas trop tard pour stopper le CETA !! Dès maintenant mobilisons nous pour interpeller nos parlementaires et exiger un referendum sur le CETA !
18 novembre /
Venez fêter 7 ans de lutte avec le syndicat ASSO
Bloquez la date dans votre agenda, avant de bloquer la rue contre la précarité et la casse des politiques sociales et environnementales.
20 novembre /
Manifestation nationale du travail social, médico-social et sanitaire
Nous appelons à la mobilisation des secteurs sociaux et médicosociaux dans une logique de convergence entre les secteurs publics et les secteurs privés.
23 novembre / rassemblement national à Paris
Non au sabordage de la DGFiP !
Sous l’impact combiné des suppressions d’emplois et des évolutions du paysage institutionnel, la DGFiP et ses personnels subissent de multiples restructurations (ASR), fermetures et autres transferts de missions, dans un mouvement de concentration de plus en plus fort.
25 novembre /
Mobilisation contre les violences faites aux femmes
Lutte contre le sexisme, le harcèlement sexuel

Facebook


Twitter

  

Actualités

STOP MACRON !
Toutes et tous le 16 novembre en grève et dans la rue et les jours qui suivront !
Contrats aidés : Journée de mobilisation interprofessionnelle
Le gouvernement vient d’annoncer une baisse drastique des contrats aidés qui vont passer de 459.000 contrats signés en 2016 à 310.000 en 2017 puis 200.000 en 2018 avant une suppression totale prévue en 2020.
Boycott du CCFP
Rassemblement unitaire Fonction publique
Palestine à St Denis : il y a 100 ans Balfour
Alors que l’occupation de la Palestine tente de s’inscrire comme une donnée indépassable en dépit des résistances et des conséquences internationales de ce conflit
Veillée "Vive l’APL"
Recours contre la baisse des APL