MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 18 juin

Impasse de l’ubérisation : quelles solutions ?

  

Après les protestations des chauffeurs VTC de la compagnie Uber, les rassemblements récents des livreurs à vélo de la société Deliveroo ont encore une fois montré que l’ubérisation est une impasse : des sociétés vivant grâce aux levées de fonds, sans rentabilité, qui ont recours à des auto-entrepreneurs, qui ne cotisent ni au chômage, ni à la retraite.

Quand on tend l’oreille, ce n’est pas le travail indépendant qui est critiqué : c’est la précarité du statut auto-entrepreneur, qui se généralise à l’ensemble de la société.

Au mois d’août dernier, les livreurs à vélo ont été le symbole du refus de cette précarisation croissante.
Ils ont peut-être aussi commencé à créer une nouvelle forme de syndicalisme.

Dans le même temps, des travailleurs indépendants s’organisent sous la forme de coopératives d’activité.
Un nouveau salariat, sans subordination, mais avec toujours plus de protections, est aujourd’hui nécessaire.

Nous proposons une option radicale : permettre aux travailleurs de gérer collectivement les plateformes sous le statut juridique de la coopérative, grâce à un logiciel open source géré comme un bien commun.
Mais ce n’est pas si simple.

  1. Quel statut pour les travailleurs ?
  2. Quel syndicalisme ?
  3. Quelles structures macroéconomiques ?
  4. Quelle gouvernance ?



           

Rendez-vous

18 juin / 12h / devant le Ministère de l’Économie,
Mobilisation à l’occasion de l’ouverture des négociations salariales dans la Fonction publique
A l’initiative de l’intersyndicale Fonction publique, des initiatives seront organisées sur l’ensemble du territoire ce 18 juin à l’occasion de l’ouverture des négociations salariales dans la fonction publique.
19 juin / 12h / parvis du Musée-d’Orsay
Mobilisation 2018 à la BnF : poursuivons la lutte ! Grève samedi 16 juin à la BnF !
Malgré trois journées de grève nationale très suivies à la BnF et une grève locale réussie samedi 26 mai pendant le festival « BnF parlante », la direction de la BnF continue de faire la sourde oreille à nos revendications.
19 juin / 13h / 16 rue de Tournon
Rassemblement contre le projet de loi « Asile et immigration » et pour une autre politique de l’asile
Critiqué par tous les acteurs de l’asile, qu’ils soient institutionnels, syndicaux ou associatifs, le projet de loi « Asile et Immigration » a pourtant été conforté dans sa philosophie et ses orientations répressives par l’Assemblée nationale. L’examen en séance publique au Sénat, prévu du 19 au 26 juin est l’occasion de persister dans la dénonciation de ce texte inefficace et dangereux et d’œuvrer à sa modification en profondeur.
19 juin / 18h / esplanade devant la préfecture à Bobigny
Défense des services publics dans le 93
Pas de « plan banlieue », c’est un plan d’urgence pour les services publics du 93 que nous voulons !
19 juin / 18h30 / Bourse du Travail de Saint-Denis
Permanence pour les travailleuses et travailleurs sociaux
se défendre et lutter

Facebook


Twitter


Actualités

Les utopiques 1968/2018
On se rencontre, on réfléchit, on échange, on invente et on passe un bon moment
Soutien aux inculpé-es d’Arago
L’union syndicale Solidaires appelait, comme beaucoup d’autres organisations aux manifestations du 22 mai 2018 qui réunissaient à la fois les agent-es de fonction publique, les cheminot-es engagé-es dans un long conflit, les salarié-es du privé et les lycéen-nes et étudiant-es engagé-es contre la politique de sélection profondément inégalitaire de Parcoursup. A Paris, notamment, cette manifestation a été marquée par de nombreuses violences policières contre les participant-es du cortège.
Mondial 2018 : Les travailleur-euses sur la touche !
Rapport du Collectif Ethique sur l’étiquette et du BASIC
Retraité-es : Journée nationale de manifestations décentralisées
Les propos tenus le 12 et le 15 avril à la télévision par le Président de la République confirment qu’il ne veut toujours rien comprendre de la colère des retraité-e-s. Il nous dit qu’il ne prend pas les retraité-e-s « pour un portefeuille », peut-être, mais il les prend bien pour un porte-monnaie ... dans lequel il tape pour aller grossir les portefeuilles d’une minorité privilégiée.
Dialogue social : inexistant !
Le gouvernement joue sur les mots pour mieux se moquer des agents !