ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 25 septembre

Journée d’expression des revendications Fonction Publique


Dans cette période si troublée, les agents de la fonction publique ne doivent pas rester silencieux !

Les agents publics ont des revendications légitimes qui doivent trouver une réponse positive :

  • défense du statut général de la fonction publique qui, en assurant l’indépendance des fonctionnaires, garantit un traitement égal des usagers. A cet égard, le CPA (compte personnel d’activité), ensemble de droits attachés à la personne, constitue une brèche au statut. Il a de surcroît pour objectif d’instaurer une mobilité public-privé.
  • résorption de la précarité dans la fonction publique (20 % de contractuels dans la fonction publique, soit près de un million d’agents publics).
  • créations d’emplois de fonctionnaires titulaires.
  • respect des 35h, arrêt de la flexibilisation, pour les 32h dans la fonction publique.
  • réelle revalorisation des rémunérations, avec intégration des primes dans le traitement. Le point d’indice est passé de 4,63 € à 4,65€ au 1er juillet 2016 puis à 4,68€ au 1er février 2017, soit + 1,2%, après six ans de gel. Cette mesure électoraliste ne peut faire oublier 18% de perte de pouvoir d’achat depuis 2000.
  • égalité de traitement des agents publics : mise en œuvre de mesures assurant l’égalité femmes/ hommes, réduction des écarts entre catégories et harmonisation par le haut des rémunération et règles de gestion entre versants de la fonction publique.
  • amélioration des conditions de travail, les agents publics souffrent de restructurations incessantes qui ont pour seul but de suivre la réduction de la dépense publique, et ont pour résultat l’affaiblissement et la déshumanisation du service public, la désorganisation des missions, et la mobilité forcée des agents publics. Pour une mobilité choisie, avec une formation professionnelle continue qui réponde aux besoins des agents.

Documents à télécharger >Journée d’expression des revendications Fonction publique

Actualités

Note de veille : passe sanitaire, obligation vaccinale et extrême droite
La crise sanitaire et sa mauvaise gestion par le gouvernement constituent, depuis le printemps 2020, un terreau extrêmement favorable à la propagation des fake news et des théories complotistes. Ces dernières profitent directement à l’extrême-droite en lui permettant d’imposer sa vision du monde. Des gouvernements d’extrême-droite ont adopté une posture « négationniste », au Brésil, le décès d’un million de personnes dont 64% de personnes noires est clairement voulu par le gouvernement de “nettoyage ethnique”.
Fichage de militant-es antiracistes : l’extrême droite est bien notre ennemie !
Vendredi 17 septembre, des centaines de militant-es antiracistes ont appris qu’elles/ils étaient fiché-es et répertiorié-es par le site d’extrême droite Françaisdesouche qui a mis en ligne ce document. Dans la période actuelle, cela ne peut pas être minimisé. Les idées d’extrême-droite se propagent : les agressions racistes se banalisent, des personnes notoirement racistes, trouvent des tribunes et une exposition médiatique sans précédent, les attaques physiques envers les anti-fascistes se multiplient, sans parler des dégradations de tombes, ou des tags sur les locaux syndicaux.
Rassemblons nous tout-es contre l’antisémitisme et le racisme !
Face à la vague de propagande et d’actes antisémites, le RAAR organise un rassemblement public de protestation et de mobilisation le 19 septembre à Paris. Nous appelons toutes celles et ceux qui rejettent l’antisémitisme et toutes les formes de racisme à se rassembler avec le RAAR et les organisations soutenant cette démarche, sur la Place de l’Hôtel de Ville à Paris le dimanche 19 Septembre 2021 à 15h.
Agir contre la réintoxication du monde - acte IV
Partout, localement, des foyers de résistance se multiplient et émergent là où les industriels souhaitent étendre leur emprise. C’est bien simple : ils ne peuvent plus bétonner en rond ! Face à des instances gouvernementales hors-sol, c’est au plus proche de nos territoires de vie et de luttes que nous avons arraché un nombre croissant de victoires ces dernières années.
Le 5 octobre : mettre un coup d’arrêt aux régressions sociales !
Depuis 18 mois, le gouvernement et le patronat utilisent la crise sanitaire pour accélérer la remise en cause des conquis sociaux, du droit du travail et des libertés individuelles et collectives, provoquant un accroissement des inégalités et de l’exclusion sociale. Les Unions Régionales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL d’Île-de-France appellent à participer à toutes les mobilisations sociales en cours s’inscrivant dans un processus de lutte visant à bloquer la politique de régression sociale du gouvernement, notamment à la grève du 23 septembre dans l’éducation nationale et à la manifestation du 1er octobre des retraités.

Facebook




Twitter