MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 22 avril

L’Elysée n’a pas à « réguler » la Liberté de la presse !

  

Ce jeudi 18 mai 2017, lors du premier Conseil des ministres du quinquennat Macron, les journalistes ont été étrangement poussés à l’extérieur de la cour du Palais de l’Elysée.

Ils n’ont donc pas pu photographier ou filmer la sortie du conseil, ni interroger les nouveaux ministres. Raison invoquée : l’organisation de la photo officielle du gouvernement, prise à l’intérieur de l’Élysée. Les journalistes ont donc été empêchés d’exercer leur mission d’informer leurs concitoyens.

De plus, pour le premier déplacement de chef d’État d’Emmanuel Macron au Mali, ce vendredi 19 mai, les rédactions ont appris que les journalistes autorisés à suivre la délégation avaient été « choisis » par l’équipe du nouveau président. Loin de constituer une exception, cette disposition pourrait se généraliser, les journalistes politiques être ainsi écartés de leur périmètre de travail habituel au profit de certains de leurs confrères, sélectionnés selon les dossiers, les interventions et/ou la volonté du Président de la République. Tollé de la profession, lettre ouverte publiée à l’initiative d’une vingtaine de rédactions, interpellation multiples des conseillers nouvellement en poste à l’Élysée.

« Nous ne choisissons pas les journalistes, assure-t-on au palais. Nous indiquons notre préférence pour chaque déplacement, en raisonnant par domaines. Par exemple, on préfère avoir un journaliste défense sur un déplacement consacré à la défense. Si une rédaction veut quand même envoyer un journaliste politique, effectivement, ça peut créer de la tension », peut-on lire sur le site de l’hebdomadaire Marianne.

Le Syndicat National des Journaliste (SNJ) dénonce cette atteinte aux droits d’informer et d’être informé, et rappelle qu’il n’appartient pas aux instances gouvernementales, quelles qu’elles soient, de « réguler » l’organisation du travail des rédactions et de décider des choix éditoriaux des entreprises de presse.

Par ailleurs, une organisation systématique par « pools » exclut de facto les journalistes des rédactions les moins « huppées », les journalistes pigistes et en particulier une large proportion de photojournalistes pigistes, pour lesquels cette restriction peut avoir des conséquences professionnelles et financières conséquentes.

Départ désastreux pour le quinquennat du Président nouvellement élu. De quel droit Emmanuel Macron se permet-il de contrevenir aux principes de la Constitution française et de la Convention européenne des Droits de l’Homme ? Le Président est à l’évidence très mal conseillé. Les Français n’ont pas voté pour voir restreindre leur droit à l’information.

Première organisation de la profession, le SNJ lui demande de revenir sur des dispositions contraires à la liberté de la presse, et aux conséquences néfastes pour le pluralisme, nécessaire dans toute démocratie digne de ce nom. Afin d’éviter que le quinquennat ne démarre sur ces bases déplorables, le SNJ demande à être reçu par le nouveau Président et son équipe.




           

Rendez-vous

1er mai /
Journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur-euse-s !
Le 1er mai est une journée d’action et de mobilisation internationale pour les droits des travailleur-se-s, le progrès social, la paix et la solidarité. Dans la continuité des nombreuses luttes menées, il s’agit de poursuivre et amplifier les batailles pour que les urgences sociales et climatiques soient enfin prises en compte par le gouvernement et le patronat.
3 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
9 mai /
Pour la fonction publique, amplifions la mobilisation !
Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, elles constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique néfaste pour la population, pour les missions publiques et pour les agent-e-s.
11 mai / 9h30 / Bourse du Travail de Paris
Rencontre nationale contre la criminalisation des luttes
À l’initiative de : Comité Adama Traoré, ATTAC, Solidaires, Front de Mères, Collectif « Tous Migrants », Désarmons Les !, Confédération Paysanne, Réseau « Sortir du Nucléaire », des participant-e-s à la lutte de Bure, et d’autres...
18 mai / 9h30 / Bourse du Travail de Paris
Un forum syndical antiraciste
Le 18 mai se tiendra un forum syndical antiraciste à l’appel de militant-es de la CGT, FSU, Solidaires et d’autres organisations syndicales. Cette initiative fait suite aux appels de syndicalistes qui avaient soutenus les marches de la dignité et de Rosa Parks.

Facebook


Twitter


Actualités

Minimum syndical
Des personnes syndiqué·es à Solidaires ; Trans, PD, Gouines, Bi·es, gay, lesbienne... nous parlent des discriminations et violences auxquelles iels font face au travail et des obstacles dans le syndicat pour changer les mentalités. Ils et Elles parlent aussi de leurs stratégies, leurs ripostes et des victoires de la commission Genres & Sexualités de Solidaires.
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières
Le Comité national de l’Union syndicale Solidaires réuni le 3 et le 4 avril dénonce et condamne fermement toutes les répressions et violences policières à l’encontre du mouvement social. Nous syndicalistes, combattons depuis plusieurs années des politiques qui vont à l’encontre des droits des salarié-es du privé comme de la fonction publique, du pouvoir d’achat, des conditions de travail, de la protection sociale et qui laissent sur le bord du chemin nombre de personnes dans la précarité, au nom de la productivité et d’un capitalisme qui compromet l’avenir de la société elle même.
Le report de l’âge de départ en retraite : vraie menace et faux semblants
Les déclarations gouvernementales, patronales, syndicales se multiplient sur le sujet, sans même parler du Haut Commissaire à la réforme des retraites lui même, qui s’est fendu d’une menace de démission si cet âge devait être reporté.
Mobilisation unitaire dans le cadre d’un « Printemps des retraité-es »
Dès son arrivée à la présidence de la République M. Macron a attaqué les retraité-e-s : gel des pensions pour 2018 et 2019, augmentation de 25 % de la CSG, soit une perte de pouvoir d’achat de 5 % en deux ans !
Les utopiques - Soirée de présentation du n° 10
Le dernier numéro des Utopiques nous invite à emprunter les chemins de l’émancipation. Et de le faire du côté de l’autogestion, une voie pour dépasser le capitalisme, en idée comme en pratiques. En cela, elle ne peut que rencontrer le projet d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. Ce fût le cas pour la « CFDT autogestionnaire » des années 1970, ça l’est toujours pour de nombreux syndicats SUD.