MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 16 novembre

L’Elysée n’a pas à « réguler » la Liberté de la presse !

  

Ce jeudi 18 mai 2017, lors du premier Conseil des ministres du quinquennat Macron, les journalistes ont été étrangement poussés à l’extérieur de la cour du Palais de l’Elysée.

Ils n’ont donc pas pu photographier ou filmer la sortie du conseil, ni interroger les nouveaux ministres. Raison invoquée : l’organisation de la photo officielle du gouvernement, prise à l’intérieur de l’Élysée. Les journalistes ont donc été empêchés d’exercer leur mission d’informer leurs concitoyens.

De plus, pour le premier déplacement de chef d’État d’Emmanuel Macron au Mali, ce vendredi 19 mai, les rédactions ont appris que les journalistes autorisés à suivre la délégation avaient été « choisis » par l’équipe du nouveau président. Loin de constituer une exception, cette disposition pourrait se généraliser, les journalistes politiques être ainsi écartés de leur périmètre de travail habituel au profit de certains de leurs confrères, sélectionnés selon les dossiers, les interventions et/ou la volonté du Président de la République. Tollé de la profession, lettre ouverte publiée à l’initiative d’une vingtaine de rédactions, interpellation multiples des conseillers nouvellement en poste à l’Élysée.

« Nous ne choisissons pas les journalistes, assure-t-on au palais. Nous indiquons notre préférence pour chaque déplacement, en raisonnant par domaines. Par exemple, on préfère avoir un journaliste défense sur un déplacement consacré à la défense. Si une rédaction veut quand même envoyer un journaliste politique, effectivement, ça peut créer de la tension », peut-on lire sur le site de l’hebdomadaire Marianne.

Le Syndicat National des Journaliste (SNJ) dénonce cette atteinte aux droits d’informer et d’être informé, et rappelle qu’il n’appartient pas aux instances gouvernementales, quelles qu’elles soient, de « réguler » l’organisation du travail des rédactions et de décider des choix éditoriaux des entreprises de presse.

Par ailleurs, une organisation systématique par « pools » exclut de facto les journalistes des rédactions les moins « huppées », les journalistes pigistes et en particulier une large proportion de photojournalistes pigistes, pour lesquels cette restriction peut avoir des conséquences professionnelles et financières conséquentes.

Départ désastreux pour le quinquennat du Président nouvellement élu. De quel droit Emmanuel Macron se permet-il de contrevenir aux principes de la Constitution française et de la Convention européenne des Droits de l’Homme ? Le Président est à l’évidence très mal conseillé. Les Français n’ont pas voté pour voir restreindre leur droit à l’information.

Première organisation de la profession, le SNJ lui demande de revenir sur des dispositions contraires à la liberté de la presse, et aux conséquences néfastes pour le pluralisme, nécessaire dans toute démocratie digne de ce nom. Afin d’éviter que le quinquennat ne démarre sur ces bases déplorables, le SNJ demande à être reçu par le nouveau Président et son équipe.




           

Rendez-vous

17 novembre /
Rencontre intersyndicale contre l’extrême droite
En France comme en Europe, l’extrême droite est de plus en plus menaçante et violente. Et même quand elle n’est pas directement au pouvoir, ses idées nauséabondes sont reprises par d’autres, gagnent du terrain et gangrènent la société.
19 novembre / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
21 novembre / 18h / à la Bourse du travail de Saint-Denis
Rencontre-débat « Pour une marée populaire antiraciste »
Regroupées dans la diversité de leur champ d’intervention, nos organisations – associations, syndicats, organisations de jeunesse, forces politiques – ont été à l’initiative des mobilisations citoyennes « Marée populaire » du 26 mai contre la politique mise en oeuvre par le gouvernement, pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.
24 novembre / 14h / place de la Madeleine
#NousToutes - Marchons contre les violences sexistes et sexuelles
Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.
30 novembre /
Soutien aux mobilisations du Collectif Rosa Parks
Disparaitre ensemble, marcher ensemble, en soutien au Collectif Rosa Parks

Facebook


Twitter


Actualités

Maudite soit la guerre !
Pétain ne sera donc pas honoré ce week-end, le chef de l’État ayant fait machine arrière, au vu du tollé provoqué par ses propos. Évidemment, il aurait été scandaleux de réhabiliter l’homme qui mena la politique antisémite et de collaboration avec les nazis. Mais nous n’oublions pas qu’avant cela, il fut aussi, comme d’autres qui seront honorés dimanche, le responsable de la mort de tous les « fusillés pour l’exemple ».
Soutien à Yannis Youlountas et Jean Jacques Rue
Quelques jours après l’attentat antisémite de Pittsburgh aux Etats-Unis et l’élection de Bolsonaro à la tête de l’état brésilien, nos camarades antifascistes Yannis Youlountas et Jean Jacques Rue ont été condamnés par un tribunal français dans le procès qui leur était intenté par les fascistes de Défend Europ.
Liberté et relaxe pour les 7 de Briançon
Leur seul tort : avoir participé le 22 avril dernier, dans un contexte de militarisation croissante de la frontière franco-italienne, à une marche solidaire pour dénoncer les agissements du groupuscule Génération Identitaire qui menait une opération d’intimidation violente et d’incitation à la haine au col de l’Echelle (Briançon).
"Ripostes syndicales face à l’extrême droite"
Oui, notre camarade Clément Méric a été assassiné par l’etrême droite
Sécurité sociale : hold-up au bénéfice de qui ?
Le gouvernement fait voter le projet de loi de financement de la sécurité sociale, PLFSS, pour 2019. Derrière des annonces rassurantes sur l’équilibre financier (liées aux déremboursements et aux économies réalisées au détriment des patient-es et des hôpitaux), le 100 % en optique, audiologie et dentaire (il reste à vérifier dans quelles conditions et à quel prix), les augmentations du minimum vieillesse et de l’allocation adulte handicapé (en revanche, les pensions de retraites, les prestations familiales, les aides personnelles au logement vont stagner et perdre en pouvoir d’achat pour les deux années à venir) des modifications importantes de la sécurité sociale sont annoncées.