ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 21 janvier

La démocratie en péril en Turquie


Meeting de soutien aux démocrates et aux défenseurs des droits de l’Homme en Turquie

Depuis la mise en échec de l’AKP aux élections de juin 2015, le gouvernement turc a décidé de mener une répression sanglante contre la population kurde et de criminaliser toute autre opposition (démocrates, militants syndicaux et des droits des LGBT, défenseurs des droits de l’Homme, avocats, universitaires pour la Paix, journalistes,…).

La tentative inacceptable de coup d’Etat du 15 juillet 2016 est devenue un prétexte à la mise en oeuvre d’une répression sans précédent contre l’ensemble des opposants démocrates et bien sur de la population kurde. L’établissement de l’état d’urgence permet au Conseil des ministres, depuis le 20 juillet dernier, de gouverner par décret en suspendant l’obligation du respect de la Convention européenne des droits de l’Homme.

Après l’arrestation de plus 50 000 fonctionnaires dans les premiers jours suivant la tentative du coup d’Etat, le gouvernement vient de destituer, par décret, plus de 11 301 enseignants dont plus de 9 843 membres du syndicat Egitim Sen. Dans un souci de faire taire l’opposition politique dans les régions en guerre, 28 mairies, dont 24 villes kurdes, sont placées sous tutelle administrative.

Nous dénonçons avec force la répression menée par le gouvernement turc et nous appelons l’UE et le gouvernement français à ne plus être complices, par leur silence, de l’installation d’un régime autoritaire en Turquie. Nous refusons que la démocratie et les droits fondamentaux en Turquie soient sacrifiés sur l’autel de l’opportunisme et au chantage aux réfugiés.

Nous appelons l’ensemble des organisations, des partis politiques, des syndicats et des citoyens épris des valeurs de démocratie et des droits humains à exprimer leur solidarité en participant au meeting de soutien aux démocrates et aux défenseurs des droits de l’Homme en Turquie.
Le mercredi 19 octobre 2016 à 18h30
Salle Olympe de Gouges
15, Rue Merlin – 75011 Paris (Métro : Père Lachaise – Voltaire)
En présence d’invités de Turquie

Premiers signataires :
· Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L’ACORT)
· Assemblée européenne des citoyens (AEC-HCA France)
· Association de Solidarité France-Kurdistan
· Association Européenne pour la défense des Droits de l’Homme (AEDH)
· CCFD – Terre Solidaire
· Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM)
· Comité pour le Respect des libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
· EuroMed Droits
· Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
· Initiatives pour un autre monde (Réseau IPAM)
· Ligue des droits de l’Homme (LDH)
· Solidaires
· Syndicat National des Journalistes- CGT (SNJ CGT)
·
Personnalités :
· Emmanuel Terray, anthropologue
· Gus Massiah, économiste altermondialiste
· Jean Bellanger, militant syndicaliste et associatif
· Bernard Dréano, responsable associatif
· Gille Lemaire, militant associatif
· Alima Boumediene-Thiery, militante associatif et avocate),
Avec le soutien des organisations politiques :
·
Partenaires Média : www.kedistan.fr

Pour signer et participer à cette mobilisation : acort@acort.org

Actualités

Non au Service national universel !
Sarah El Haïry, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, vient de réaffirmer que le Service national universel (SNU) serait obligatoire en 2026, pour 800 000 jeunes de 16 ans.
Contre le chômage et les licenciements : Indispensables 32 heures !
Depuis des années, patronat, lobbies libéraux et gouvernement ne cessent de saturer l’espace public français : il serait en effet indispensable d’augmenter le temps de travail. Pourtant les comparaisons internationales, notamment celles issues d’Eurostat, indiquent que la durée hebdomadaire du travail en France est supérieure d’une heure à celle de la moyenne de la zone euro et de deux à celle de 2019 en Allemagne !
Mobilisons-nous le 16 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.
200.000 personnes reprennent la marche des libertés
Les Marches des Libertés ont rassemblé, ce samedi 16 janvier partout en France, des centaines de milliers de personnes, toutes générations confondues, pour défendre nos libertés. 15000 personnes ont défilé à Paris, de la place Félix-Eboué à la Bastille.
Nos libertés sont en danger ! Le 16 janvier, reprenons la marche
Depuis le 17 novembre 2020, l’opposition à la proposition de loi Sécurité globale ne cesse de se renforcer. Initiée par une coalition inédite de la société civile, elle a été rejointe et amplifiée par des centaines de milliers de manifestant·e·s, dans plus de 150 villes de France, qui ont bravé dans certains cas les violences policières et les arrestations arbitraires pour dénoncer dans la rue cette proposition de loi, et exiger notamment le retrait de ses articles 21, 22, et 24.

Facebook


Twitter