ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 20 août

La grève redouble de vitesse à DELIVEROO


Ils seront rejoints par leurs collègues allemands, anglais et belges qui ont prévus de cesser le travail par la même occasion.
Les Deliveroo montrent la voie à suivre : avec la manifestation unitaire prévue lors de l’Université d’été du MEDEF le 30 août et à partir de la journée de grève interprofessionnelle du 12 septembre, libérons nos énergies pour mettre en échec le projet de loi Travail XXL par lequel Macron et son gouvernement veulent étendre l’insécurité sociale dont les bikers sont déjà les victimes.
C’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires apporte de nouveau son soutien à leur lutte et participera, à Paris comme en région, aux quatre rassemblements organisés à ces dates : Deliveroo doit entendre cette colère et négocier !


Documents à télécharger > La grève redouble de vitesse à DELIVEROO

Actualités

Les Chronos font leur cinéma !
Projection débat sur le piquet de grève des travailleurs sans-papiers de Chronopost
Grâce au Conseil d’Etat, policiers et gendarmes pourront continuer à blesser, mutiler ou tuer des manifestant-es
Le Conseil d’Etat vient de rejeter les demandes de nombreuses organisations, dont l’Union syndicale Solidaires, visant à faire interdire l’utilisation des Lanceurs de balles de défense lors des manifestations. Le Conseil d’Etat a également débouté les organisations qui voulaient faire interdire le recours aux grenades de désencerclement GLI-F4.
Les travailleurs sans papiers de Chronopost Alforville au siège de la Poste à Paris
Parti s’amuser et danser, Steve a été retrouvé mort
Aux bords de la Loire, le 21 juin dernier, lors de la soirée de la fête de la musique plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre qui ont sans scrupule utilisé gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et usé de violence physique.
Femmes de chambre : la violence et l’exploitation, ça suffit !
Pas de vacances pour la lutte de classe. Encore cet été, des femmes de chambres, cessent le travail contre les cadences infernales que leur imposent les sous-traitants des grands groupes hôteliers et pour une véritable reconnaissance de leur travail

Facebook


Twitter