Manifestation commune en soutien aux inculpés et contre les violences policières


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   vendredi 19 janvier

Manifestation commune en soutien aux inculpés et contre les violences policières

  

Convergences des luttes contre la répression, contre les violences policières et la justice expéditive. Solidarité avec les habitantes des quartiers populaires, les syndicalistes, les migrantes, les manifestant.e.s, les zadistes, les squatteuses.eurs, les personnes sans papiers...

La logique enclenchée ne semble pas s’arrêter : les morts violentes dont la police refuse d’endosser la responsabilité continuent encore et encore.

Des dizaines de manifestant.e.s ont comparu ou vont comparaître devant les tribunaux correctionnels.

A l’exemple de Nina, Martin, Jules et Ivan, à Saint-Étienne : relaxés une première fois le l3 juillet, le parquet a fait appel et Martin comparaissait le 6 septembre, accusé d’avoir à lui seul blessé 7 policiers ! Le procureur exige 18 mois de prison dont 3 fermes et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la Fonction publique. Les policiers réclament, eux, des indemnités.

Le 15 septembre à Paris, place de la République, à l’arrivée de la manifestation contre la Loi Travail, c’est Laurent, militant de SUD santé Sociaux 94 qui est touché par un morceau de grenade lancée par les forces de l’ordre. Il perd l’usage de son œil.

Après la mort par étouffement d’Adama Traoré cet été, à Beaumont sur Oise le 21 septembre à Béziers, un homme de 43 ans est interpellé par la BAC et des policiers municipaux. Aspergé de gaz lacrymogène, puis menotté, il montre des signes de détresse. Il est couché au sol, « en position de sécurité » affirment les policiers. Il meurt sur le trottoir.

Le 22 septembre à Paris, des lycéens bloquent l’entrée du lycée Voltaire, avec quelques poubelles. Un policier les tient en joug avec un Lanceur de Balles de Défense. Il dissimule son visage derrière un masque.

Il est dangereux et menaçant.

Le même jour à Toulouse, 4 militants du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanction sont jugés pour « entrave à l’exercice normal d’une activité économique ».

Toujours le 22 septembre, un contrôle d’identité d’une femme a Saint-Denis, filmé par un professeur de la Sorbonne, donne lieu à un déchaînement de violences policières : cartilages déchirés, coups de Taser et menace de viol.

Le 28 septembre à Villejuif, une équipe de cinq policiers en civil arrêtent et menottent un militant, qui sort de chez lui. Une arrestation violente et ciblée dont les méthodes policières sont volontairement choquantes.

Samedi ler octobre, c’est la manifestation de soutien aux migrantes a Calais qui est interdite et largement réprimée à coups répétés de gaz lacrymogène, alors que le 5 septembre l’action de blocage de la rocade et de l’autoroute A16 contre la présence des migrantes avait été aidée par la préfecture.

Le cynisme du gouvernement va jusqu’à mettre en concurrence l’évacuation de la jungle de Calais avec celle de la ZAD à Notre Dame des Landes. Comme si le nombre de flics disponibles déterminait les actions politiques.

Nous y voyons tout un symbole. Celui d’une police aux ordres et d’une justice expéditive, toutes deux au service d’un Etat qui ne gouverne que par la peur.


Documents à télécharger

  Manifestation commune en soutien aux inculpés et contre les violences policières

Rendez-vous

23 janvier / 9h / à la Bourse du Travail
AG des Hôpitaux en Lutte
En 2018, tous ensemble on se relève… Tous ensemble on sauve notre Hôpital Public... Rien que ça !
25 janvier / 8h / devant le Palais de justice de Paris
Toutes et tous au côté de Loïc de la compagnie Jolie môme
Rebondissement dans l’affaire Intermittents/MEDEF le procès de Loïc est une nouvelle fois reporté !
27 janvier / 9h / 29 boulevard du Temple
Tout le monde déteste le travail
Rencontres pour qui en a, en cherche, l’évite, s’organise au delà...
30 janvier /
EHPAD : Journée nationale d’action
Ces dernières années, la presse a relayé les luttes des salarié-es, mettant en lumière la situation dégradée des établissements prenant en charge les personnes âgées. Les politiques d’austérité budgétaires successives ont transformé ces lieux de vie en mouroir pour les résident-es et en lieux de souffrance pour les personnels qui y travaillent.
30 janvier / 18H30 / dans les nouveaux locaux de Solidaires
Soirée de présentation/discussion du numéro 6 des Utopiques le 30 janvier !
Pour sa sixième livraison, les cahiers de réflexion Les Utopiques édités par l’Union syndicale Solidaires se penchent sur nos luttes contre leurs lois travail. Revenant pour l’essentiel sur le mouvement de 2016 (mais avec quelques pistes également concernant celui de 2017…) le dossier central de la revue offre de nombreux témoignages sur l’expérience de Nuits debout à Avignon, Nîmes ou Saint-Denis, mais aussi sur l’intersyndicale du Havre ou encore sur l’appel On bloque tout ! et ses suites.

Facebook


Twitter

  

Actualités

Assises pour la liberté du travail
Macron veut libérer le travail ? Nous aussi ! Mais nous voulons le libérer de l’emprise des actionnaires et des objectifs chiffrés. Lui redonner du sens. Conquérir le pouvoir d’agir sur comment et pourquoi nous travaillons. Rendre le travail vivable et soutenable, pour nous et pour la planète.
Vérité et Justice pour Sakine, Fidan et Leyla
5 ans de déni de justice pour les familles, 5 ans d’impunité pour les commanditaires de l’assassin, alors que ce dernier décédait quelques jours avant son procès. Alors que les avocats des familles tentent de faire rouvrir le dossier, et que d’autres menaces d’attentats visant des figures du mouvement kurde en Europe ont été mises à jour, nos camarades kurdes appellent à une mobilisation massive pour la manifestation en hommage aux trois femmes, le samedi 06 janvier à Paris, à 11h gare du Nord.
Tribunal Permanent des Peuples
Le TPP est un tribunal d’opinion qui agit de manière indépendante des États et répond aux demandes des communautés et des peuples dont les droits ont été violés. Le but des audiences est de « restaurer l’autorité des peuples lorsque les États et les organisations internationales ont échoué à protéger les droits des peuples ».
Madame Pénicaud, qui profite (vraiment) du système ?
Jeudi 4 janvier, Murielle Pénicaud, ministre de la casse du droit du travail et de la chasse aux chômeur-euses, s’en prenait au micro de France Inter à « ceux qui profitent du système ».
En 2018 tout est possible