ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 25 janvier

Négociation discrète chez Monoprix


En toute discrétion, Monoprix cherche à conclure un accord illégal
sur le travail de nuit

Depuis le 13 octobre 2016, la direction de Monoprix - groupe Casino – a ouvert des négociations
nationales pour essayer de contourner la législation en vigueur sur le travail de nuit.

Monoprix a parfaitement connaissance qu’une jurisprudence constante a confirmé ces dernières
années l’interdiction de faire travailler des salariés de nuit dans le commerce.

A l’initiative du Clic-P, les tribunaux ont en effet condamné à cesser d’employer des salariés après 21h00 des
entreprises dotées d’accord ou non (Sephora, Galeries Lafayette, Printemps, Apple, Uniqlo et de
très nombreuses supérettes appartenant au groupe Casino…).

Il y a un an à peine, la loi Macron a pourtant permis de déroger à ce principe dans les Zones
Touristiques Internationales, donnant ainsi toute satisfaction aux enseignes de la distribution,
grands magasins en tête. Comme les organisations du Clic-P le dénonçait : aussitôt la Loi votée,
les magasins l’ont violée en ouvrant après 21h00 hors du périmètre des ZTI sans que les pouvoirs
publics réagissent.

Avec le groupe Casino, c’est un poids lourd qui est maintenant à l’offensive sur tous les fronts :
outre les négociations menées au pas de charge sur Monoprix, de nombreuses supérettes
appartenant au même groupe violent déjà de manière concertée la loi et trois salariés de Monop’
ont été sanctionnés il y a quelques jours pour avoir refusé de travailler après 21h00 !

Les organisations du Clic-P feront donc tout pour s’opposer à la conclusion d’un accord
illégal chez Monoprix qui serait un pas de plus vers des déréglementations sur le temps de
travail et une détérioration générale des conditions d’emploi dans le commerce.

Contacts CLIC-P :
•SICD : Alexandre Torgomian – 06.60.27.81.24 - secretariat@syndicat-commerce.fr
•SECI-Unsa : Eric Scherrer - 06.62.46.25.43 - e.scherrer.seci@free.fr
•CGT US Commerce : Karl Ghazi - 06.81.36.04.59 - uscommerceparis@free.fr
•SUD Commerce : Laurent Degousée - 06.78.53.35.77 - sudcommerce@yahoo.fr
Facebook : https://facebook.com/ClicParis - Twitter : @ClicParis - Mail : clic-paris@gmail.com

Actualités

Manifestation nationale pour l’interdiction des licenciements et contre les suppressions d’emplois
Les plans de licenciements, les suppressions d’emplois seraient inéluctables… C’est ce qu’on veut nous faire croire ! On assiste à une avalanche de plans de licenciements dans le commerce, l’automobile, l’aérien, le tourisme... dont les patrons nous disent qu’ils sont totalement liés à la crise économique : ils sont surtout le résultat de leur choix de préserver et maintenir leurs niveaux de profits avant tout !
Le gouvernement (et le Sénat) sacrifient les jeunes en n’étendant pas le RSA aux 18-25 ans
Parmi les 5,3 millions de pauvres en 2017, plus de la moitié sont des jeunes de moins de 30 ans. Entre 18 et 29 ans, le taux de pauvreté est maximal à cause du chômage, des bas salaires et de la précarité de l’emploi. Aujourd’hui, cette tranche d’âge paye l’addition de la crise économique.
Non au Service national universel !
Sarah El Haïry, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, vient de réaffirmer que le Service national universel (SNU) serait obligatoire en 2026, pour 800 000 jeunes de 16 ans.
Contre le chômage et les licenciements : Indispensables 32 heures !
Depuis des années, patronat, lobbies libéraux et gouvernement ne cessent de saturer l’espace public français : il serait en effet indispensable d’augmenter le temps de travail. Pourtant les comparaisons internationales, notamment celles issues d’Eurostat, indiquent que la durée hebdomadaire du travail en France est supérieure d’une heure à celle de la moyenne de la zone euro et de deux à celle de 2019 en Allemagne !
Mobilisons-nous le 16 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.

Facebook


Twitter