ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 06 juin

Négociation discrète chez Monoprix


En toute discrétion, Monoprix cherche à conclure un accord illégal
sur le travail de nuit

Depuis le 13 octobre 2016, la direction de Monoprix - groupe Casino – a ouvert des négociations
nationales pour essayer de contourner la législation en vigueur sur le travail de nuit.

Monoprix a parfaitement connaissance qu’une jurisprudence constante a confirmé ces dernières
années l’interdiction de faire travailler des salariés de nuit dans le commerce.

A l’initiative du Clic-P, les tribunaux ont en effet condamné à cesser d’employer des salariés après 21h00 des
entreprises dotées d’accord ou non (Sephora, Galeries Lafayette, Printemps, Apple, Uniqlo et de
très nombreuses supérettes appartenant au groupe Casino…).

Il y a un an à peine, la loi Macron a pourtant permis de déroger à ce principe dans les Zones
Touristiques Internationales, donnant ainsi toute satisfaction aux enseignes de la distribution,
grands magasins en tête. Comme les organisations du Clic-P le dénonçait : aussitôt la Loi votée,
les magasins l’ont violée en ouvrant après 21h00 hors du périmètre des ZTI sans que les pouvoirs
publics réagissent.

Avec le groupe Casino, c’est un poids lourd qui est maintenant à l’offensive sur tous les fronts :
outre les négociations menées au pas de charge sur Monoprix, de nombreuses supérettes
appartenant au même groupe violent déjà de manière concertée la loi et trois salariés de Monop’
ont été sanctionnés il y a quelques jours pour avoir refusé de travailler après 21h00 !

Les organisations du Clic-P feront donc tout pour s’opposer à la conclusion d’un accord
illégal chez Monoprix qui serait un pas de plus vers des déréglementations sur le temps de
travail et une détérioration générale des conditions d’emploi dans le commerce.

Contacts CLIC-P :
•SICD : Alexandre Torgomian – 06.60.27.81.24 - secretariat@syndicat-commerce.fr
•SECI-Unsa : Eric Scherrer - 06.62.46.25.43 - e.scherrer.seci@free.fr
•CGT US Commerce : Karl Ghazi - 06.81.36.04.59 - uscommerceparis@free.fr
•SUD Commerce : Laurent Degousée - 06.78.53.35.77 - sudcommerce@yahoo.fr
Facebook : https://facebook.com/ClicParis - Twitter : @ClicParis - Mail : clic-paris@gmail.com

Actualités

Tout comme la santé, nos libertés ne sont pas négociables !
Alors que la population a consenti de façon responsable à une restriction de ses libertés, en particulier à travers le confinement, le gouvernement a poursuivi une politique répressive et liberticide se traduisant par des pratiques autoritaires et des violences policières, sans aucun lien avec la situation sanitaire mais entendant profiter de l’effet de sidération qu’elle a produit pour accélérer sa politique.
30 mai : par milliers les Sans-Papiers imposent le droit de manifester !
Des milliers de sans-papiers ont bravé l’interdiction de la Préfecture de police de Paris et ont réussi à manifester entre 14h30 et 17h de Madeleine et Opéra vers la Place de la République, pendant qu’un cortège d’un millier de personnes parti de Montreuil a été empêché de les rejoindre.
Campagne collective -Pour l’égalité des droits : des papiers pour toutes et tous !
Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux collectifs et organisations se sont mobilisés pour la régularisation pérenne et inconditionnelle de toutes les personnes sans-papiers. Aujourd’hui, ils s’associent pour lancer une campagne commune, et annoncent une journée nationale de mobilisation le 13 juin prochain.
Journée de mobilisation pour les sans-papiers
Sur la base de l’appel « Foyers, Centres de Rétention, Sans-Papiers : des mesures immédiates contre la bombe sanitaire ! »* soutenu à ce jour par 180 collectifs et organisations sur tout le territoire, la Marche des Solidarités appelle à une journée de mobilisation nationale le samedi 30 mai.
Déconfinement phase 2 : presque tous les droits sauf celui de manifester !
Nous exigeons le rétablissement immédiat du droit de manifester et mettrons tout en œuvre pour qu’en tous lieux puissent s’exercer nos droits sociaux et nos libertés publiques pour une véritable démocratie sociale.

Facebook


Twitter