MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 23 juin

Négociation discrète chez Monoprix

  

En toute discrétion, Monoprix cherche à conclure un accord illégal
sur le travail de nuit

Depuis le 13 octobre 2016, la direction de Monoprix - groupe Casino – a ouvert des négociations
nationales pour essayer de contourner la législation en vigueur sur le travail de nuit.

Monoprix a parfaitement connaissance qu’une jurisprudence constante a confirmé ces dernières
années l’interdiction de faire travailler des salariés de nuit dans le commerce.

A l’initiative du Clic-P, les tribunaux ont en effet condamné à cesser d’employer des salariés après 21h00 des
entreprises dotées d’accord ou non (Sephora, Galeries Lafayette, Printemps, Apple, Uniqlo et de
très nombreuses supérettes appartenant au groupe Casino…).

Il y a un an à peine, la loi Macron a pourtant permis de déroger à ce principe dans les Zones
Touristiques Internationales, donnant ainsi toute satisfaction aux enseignes de la distribution,
grands magasins en tête. Comme les organisations du Clic-P le dénonçait : aussitôt la Loi votée,
les magasins l’ont violée en ouvrant après 21h00 hors du périmètre des ZTI sans que les pouvoirs
publics réagissent.

Avec le groupe Casino, c’est un poids lourd qui est maintenant à l’offensive sur tous les fronts :
outre les négociations menées au pas de charge sur Monoprix, de nombreuses supérettes
appartenant au même groupe violent déjà de manière concertée la loi et trois salariés de Monop’
ont été sanctionnés il y a quelques jours pour avoir refusé de travailler après 21h00 !

Les organisations du Clic-P feront donc tout pour s’opposer à la conclusion d’un accord
illégal chez Monoprix qui serait un pas de plus vers des déréglementations sur le temps de
travail et une détérioration générale des conditions d’emploi dans le commerce.

Contacts CLIC-P :
•SICD : Alexandre Torgomian – 06.60.27.81.24 - secretariat@syndicat-commerce.fr
•SECI-Unsa : Eric Scherrer - 06.62.46.25.43 - e.scherrer.seci@free.fr
•CGT US Commerce : Karl Ghazi - 06.81.36.04.59 - uscommerceparis@free.fr
•SUD Commerce : Laurent Degousée - 06.78.53.35.77 - sudcommerce@yahoo.fr
Facebook : https://facebook.com/ClicParis - Twitter : @ClicParis - Mail : clic-paris@gmail.com




           

Rendez-vous

28 juin / 9h30 / 31 rue de la Grange aux belles
Ateliers « La digitalisation du travail »
Digitalisation, automatisation, robotisation, dématérialisation, intelligence artificielle...
28 juin /
En grève, dans la rue, dans l’action le 28 juin !
Pour les services publics, nos biens communs, notre richesse, nos zones à défendre ; pour nos salaires et pour nos pensions, dans les entreprises et les services où se crée la richesse ; pour la liberté d’expression, de lutter, de revendiquer, d’agir et de créer notre avenir…
6 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
16 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter


Actualités

Nos services publics Zone à Défendre
Les services publics sont un bien commun essentiel. Ils se sont imposés aux pouvoirs publics au fil des luttes sociales pour la reconnaissance des besoins et des droits collectifs pour toutes et tous
Journée nationale de mobilisation pour les Services publics
La Convergence nationale de défense et développement des services publics appelle à mobilisation sur l’ensemble du territoire
Cours de droit du travail
Un samedi par mois, l’Union Locale SUD/Solidaires Aubervilliers organise des cours de droit du travail, à destination de toutes et tous
Rassemblement devant l’hôpital Henri Mondor
contre la disparition de la greffe hépatique
Mettre en concurrence les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, une nouvelle stratégie du gouvernement ?
L’Association Européenne contre les Violences Faites aux Femmes au Travail (AVFT) tirait en début d’année la sonnette d’alarme : face à l’augmentation des appels téléphoniques suscités par #MeToo et #BalanceTonPorc, elle était obligée de fermer son accueil téléphonique, faute de moyens supplémentaires pour y faire face.