ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 28 mars

Rencontre-débat « Pour une marée populaire antiraciste »


Ces mobilisations s’inscrivent dans un contexte où l’augmentation de la précarité, la persistance d’un chômage de masse, les difficultés quotidiennes auxquelles est confrontée la grande majorité de la population s’accompagnent du développement de pratiques discriminatoires, de la montée du racisme structurel sous toutes ses formes. La xénophobie gagne de plus en plus tous les espaces sociaux, faisant le miel de la droite dure et de l’extrême droite. L’attitude des gouvernements européens, dont le nôtre, vis-à-vis des migrant·e·s et des travailleurs et travailleuses détaché·e·s participe de ce climat et le renforce.

Le combat pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, qui est au coeur de notre démarche « Marée populaire », exige de prendre la mesure de tous les actes et prises de position qui stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, de sa couleur de peau, de sa culture, de son origine migratoire.

Afin de combattre ces constructions, nous appelons à organiser partout en France des initiatives unitaires et publiques contre le racisme.

En Île-de-France, une rencontre-débat aura lieu le mercredi 21 novembre de 18 heures à 22 heures à la Bourse du travail de Saint-Denis (93) – Métro : Porte de Paris / ligne 13.

Horaires

18h/18h15 : Accueil

18h15/19h40 : 2 ateliers
1. Rapport migrations / économie : dumping social au sein UE et au-delà de l’UE – intervenante : Patricia TEJAS (confirmée par la CGT)
2. Raisons des « routes » migratoires : guerres, écologie…

19h50 /21h20 : 2 ateliers
1. Racisme structurel : travail, police, école, logement… Comment le racisme est structuré ?
2. Montée des identitaires, des droites extrêmes au niveau européen et des réflexes identitaires en occident.

21h30 : Plénière : Collectif Rosa Parks ; Journée de mobilisation internationale contre le racisme le 18 décembre ; conclusions.

Signataires

Alternative et autogestion – Alternative Libertaire – APEIS – ATTAC – Climat social – Collectif des Associations Citoyennes – Collectif National pour les Droits des Femmes – Collectif La Fête à Macron – la CGT – Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité – Convergence nationale de défense des services publics –DIDF – DIEM25 – Droit au Logement – Écologie sociale – Europe Écologie Les Verts – Les Effronté.es – Ensemble ! – Femmes Égalité – Fondation Copernic – France Insoumise – Gauche Démocratique et Sociale – Génération.s – MJCF – Mouvement Écolo – Mouvement National des Chômeurs et Précaires – Nouvelle Donne – Nouveau Parti Anticapitaliste – Parti Communiste Français – Parti de Gauche – Parti Ouvrier Indépendant Démocratique – PCOF – PCRF – République et Socialisme – Résistance Sociale – Rosa Parks – Snesup-FSU – Solidaires – Syndicat des Avocats de France – Syndicat de la Magistrature – UEC – UNEF – UNL

Rencontre-débat « Pour une marée populaire antiraciste »

Actualités

Réunion des "partenaires sociaux", M. Macron choisi ses interlocuteurs
Ce matin le président de la république recevait les syndicats... mais pas Solidaires !
Macron est en guerre, nous sommes en lutte
En lutte contre le virus… et nos adversaires d’hier, d’aujourd’hui et de demain
Ce gouvernement est-il en "guerre" contre le coronavirus ou contre les droits des salarié-es ?
Les unions régionales Ile-de-France (URIF) CGT, FO, Solidaires, FSU, avec l’UNEF et l’UNL, rejettent la loi relative à l’ « état d’urgence sanitaire » adoptée hier à l’Assemblée nationale : cette loi ne prend aucune mesure destinée à fabriquer en urgence des stocks massifs de masques FFP2, aucune mesure pour ouvrir des lits de réanimation et de soins intensifs dans les hôpitaux, aucune mesure pour organiser le dépistage systématique comme c’est le cas dans d’autres pays.
Le capitalovirus à l’assaut de nos congés !
Tout à son obsession de faire primer la vie économique sur la santé et le bien être des travailleurs et travailleuses, le gouvernement entend profiter de la mise en place de l’état d’urgence sanitaire pour abattre définitivement ces 35 heures qu’il déteste tant.
Vigilants sur la situation des précaires et sans-abris dans cette période
Nos organisations ont appelé à manifester, le samedi 28 mars en France, dans le cadre de la journée européenne contre les expulsions, le logement cher et la spéculation qui impactent durement les sans-abris et les locataires. Compte tenu du développement de l’épidémie de Coronavirus, des mesures de confinement de la population, et de l’annonce du report de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai, nous avons décidé de reporter cette journée de manifestations.

Facebook


Twitter