ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 27 janvier

Les utopiques n° 5 - juin 2017


Si des collectifs syndicaux ont besoin d’exemplaires en nombre (pour une fête locale, un rassemblement unitaire, une formation syndicale, un salon du livre, ...), c’est toujours possible. De même, comme nous l’avons déjà fait, des membres du comité éditorial peuvent se rendre disponibles pour être présent-es.

Pour ce qui est du sommaire, le mieux est de reprendre l’édito :

Cette cinquième livraison des Utopiques est pour l’essentiel organisée autour d’un épais dossier sur les répressions, l’état d’urgence… et les désobéissances qui ne peuvent qu’intéresser au plus haut point celles et ceux qui aspirent à bouleverser l’ordre des dominants.

À quelques semaines près ce numéro aurait pu paraître en même temps que la sixième prolongation de l’état d’urgence décidée fin mai par le Président Macron. Ce régime d’exception, né de la Guerre d’Algérie, a été décrété au soir du 13 novembre 2015. Depuis, nous n’en sommes pas sorti.es.

Le 30 mai 2017, Amnesty international publiait un rapport à l’intitulé sans équivoques : « “Un droit, pas une menace”. Restrictions disproportionnées à la liberté de réunion pacifique sous couvert de l’état d’urgence en France ». Basé sur des observations et des entretiens avec des syndicalistes, des manifestant.es, des journalistes mais aussi des institutionnels, le rapport démontre clairement que l’état d’urgence a été détourné de son but proclamé, la lutte contre le terrorisme, pour servir à réprimer les luttes sociales et entraver le droit de manifester.

Les chiffres sont édifiants : 155 manifestations interdites, 639 interdictions individuelles de manifester… dont 574 durant la lutte contre la loi travail et son monde ! Durant les grèves et manifestations du printemps dernier à Paris on dénombre plus de 1000 blessé.es, certain.es gravement comme notre camarade Laurent Theron de SUD Santé qui a perdu l’usage d’un œil le 15 septembre 2016 suite à l’explosion d’une grenade lancée par un CRS.

Pourtant, lorsqu’il a été instauré, l’état d’urgence a rencontré des résistances et un mouvement de protestation sur lequel nous revenons dans ce numéro. Jean-Jacques Gandini du Syndicat des avocats de France s’interroge lui sur cette seconde nature de l’État qu’il représente. N’oublions pas qu’il sert aussi au contrôle des populations sous d’autres latitudes : en Éthiopie par exemple. Nous verrons aussi que tout cela n’est pas arrivé par hasard dans la France de 2015 : des inculpés dans « l’affaire de Tarnac » nous livrent leur analyse de la doctrine antiterroriste.

Mais répression et dérives autoritaires ne vont pas sans contestations : nous en déroulons le fil avec les désobéissances, au long cours, des cheminot.es, les 20 années de résistance aux OGM ou encore l’expérience des Comités de soldats dans les années 70, de son articulation à l’antimilitarisme et au syndicalisme. Les désobéissances à l’usine autour de la pratique de la Perruque, ou celles dans le secteur du nettoyage nous rappellent que l’insubordination s’exprime aussi au quotidien. Les désobéissances sont d’ailleurs multiples et nous avons d’ors et déjà prévu d’en aborder bien d’autres dans nos prochains numéros.

Ce numéro des Utopiques sera aussi l’occasion de poursuivre le chantier engagé dans le précédent autour de l’unité syndicale : dans le secteur des Impôts, parmi les chômeurs et chômeuses ou chez les retraité.es ; au sein même de la CGT, divisée en 1921 puis réunifiée en 1936 ; à Notre-Dame-Des-Landes, avec la création d’un collectif syndical… nous continuons de penser qu’interroger nos démarches unitaires est nécessaire.

S’en suit un article lui aussi d’actualité puisqu’il revient sur l’intolérable révisionnisme sur le colonialisme sévissant aujourd’hui. Révisionnisme qui n’est pas sans conséquences sur le développement du racisme et qu’il est plus qu’urgent de combattre.

Enfin, nous concluons cette livraison en traitant de la représentativité syndicale, un sujet loin d’être anecdotique quand il rime avec développement et structuration des collectifs militants.


Les utopiques n° 5 - juin 2017

Actualités

(Réforme des retraites) Déclaration du 25 janvier 2023 de l’intersyndicale nationale

Nous sommes aujourd’hui présents, responsables de nos organisations, pour réaffirmer collectivement notre opposition au projet de réforme qui va à l’encontre des intérêts des travailleurs en décalant l’âge légal de départ en retraite à 64 ans et en accélérant l’allongement de la durée de cotisation.

Retraites : première journée de mobilisation le 19 janvier

Cette réforme va frapper de plein fouet l’ensemble des travailleurs et travailleuses, et plus particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires, dont l’espérance de vie est inférieure au reste de la population, et celles et ceux dont la pénibilité des métiers n’est pas reconnue.
Elle va aggraver la précarité de celles et ceux n’étant déjà plus en emploi avant leur retraite, et renforcer les inégalités femmes-hommes.

Comment gagner la bataille des retraites ?

La bataille pour nos retraites a commencé. Malgré la mobilisation massive qui s’annonce, Macron et Borne ne lâcheront pas facilement. Mais nous avons les moyens de les faire céder et de protéger nos retraites. Il n’y a pas de méthode “magique”. Nous avons construit notre tactique sur l’expérience des luttes précédentes.

L’extrême droite n’est pas du côté des travailleur·euses ! C’EST UNE IMPOSTURE !

Le RN a changé plusieurs fois de positionnement sur les retraites, et a abandonné la revendication de la retraite à 60 ans. Pire, il demande des augmentations de salaires en échange de baisses des cotisations patronales qui servent à financer, les retraites ! Le RN mène bel et bien une politique en faveur du patronat et au service de son idéologie nauséabonde.

Nous luttons pour gagner !

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne décident de voler nos vies et notre droit à la retraite en bonne santé. La société qu’ils nous construisent est mortifère sur tous les plans. Rien ne justifie économiquement, ni aujourd’hui ni demain, une telle réforme. Elle s’inscrit dans l’idéologie capitaliste qui vise à nous faire travailler toujours plus pour enrichir, préserver et augmenter les revenus des actionnaires et des plus riches, pour attirer leurs capitaux.

Facebook




Twitter