ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 03 février

Protection sociale

Une puissante mobilisation qui oblige au retrait
Le 19 janvier plus de deux millions de travailleuses et travailleurs, et de jeunes se sont mobilisé·es mis en grève et/ou ont manifesté, dans le public comme dans le privé, contre la réforme des retraites de ce gouvernement. Nous sommes unis et déterminés à faire retirer ce projet de réforme des retraites, c’est pourquoi l’intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles le 31 janvier.
Comment gagner la bataille des retraites ?
La bataille pour nos retraites a commencé. Malgré la mobilisation massive qui s’annonce, Macron et Borne ne lâcheront pas facilement. Mais nous avons les moyens de les faire céder et de protéger nos retraites. Il n’y a pas de méthode “magique”. Nous avons construit notre tactique sur l’expérience des luttes précédentes.
Guerre au chômage pas aux chômeurs !
Occupation de l’agence Pôle-Emploi de Montreuil

Nous appelons l’ensemble des travailleur·euse·s à rejoindre les privé·e·s d’emploi et précaires en lutte en se rendant à l’agence située au 7 Rue Kléber à Montreuil. Depuis 10h, des travailleur·euse·s privé·e·s d’emploi et précaires occupent avec leurs organisations l’agence Pôle-Emploi
Prise en charge d’une partie du CPF : encore aux salarié-es de payer !
Cet amendement n’est pas sans conséquences pour les salarié-es : alors que leurs salaires sont en berne et l’inflation au plus haut, le gouvernement entend mettre en plus à leur charge une partie de leur compte personnel de formation (CPF) alors que celui-ci était abondé notamment par les employeurs et divers organismes publics.
Communiqué de presse de 6 organisations de retraité·e·s :
Appel des retraité·e·s à la mobilisation du 29 septembre

Les mesures gouvernementales sur le pouvoir d’achat ne suffisent pas à mettre fin à la paupérisation de la population. La loi votée cet été pose seulement quelques rustines à travers des primes qui n’ouvrent aucun droit et qui à travers les exonérations de cotisations, ampute le salaire socialisé, fragilisant la protection sociale et le système de retraite.
La priorité de la rentrée sociale n’est pas la baisse des droits au chômage !
En cette rentrée sociale, le pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires, des pensions, des retraites, minimas sociaux et bourses d’études demeurent un sujet majeur pour nombre de travailleuses, travailleurs et jeunes. Comme nous le déclarions le 12 juillet, la préservation du pouvoir d’achat nécessite toujours un meilleur partage de la richesse.
Pour les salaires, les pensions, les bourses d’études, les minima sociaux : en grève le 29 septembre !
Les mesures gouvernementales annoncées sur le pouvoir d’achat sont en dessous de la situation de paupérisation de la population. La loi votée cet été se contente de poser quelques rustines et, à travers les exonérations de cotisations, ampute le salaire socialisé, fragilisant la protection sociale.
Faire les poches des chômeurs/ses, y’a décidément pas de petit profit pour Macron !
Lorsqu’il a imposé sa contre-réforme qui réduit les droits des chômeurs/ses à l’automne 2021, le gouvernement a voulu donner un peu de vernis social à son forfait.
Retraités : le 27 janvier, mobilisation pour les pensions, les salaires, les emplois, les conditions de travail et d’études !
Nous subissons de plein fouet les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie, de l’alimentation ... du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, demandeurs d’emploi et retraités. Dans le même temps, les pensions, ainsi que les salaires, les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation.
Un revenu sans condition pour pouvoir vivre dignement !
Le gouvernement met en place un revenu d’engagement jeunes. En subordonnant l’obtention d’une indemnité très en deçà du seuil de pauvreté contre l’acceptation d’un emploi, le gouvernement esquive une nouvelle fois la mise en place d’un RSA pour les moins de 25 ans ainsi qu’un véritable salaire étudiant. Ces revendications seront au coeur des mobilisations sociales à venir pour nos salaires, pensions et minimas sociaux, notamment le 27 janvier prochain
 
0 | 10 | 20 | 30 | 40