ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail       jeudi 11 avril

Édito

Loi du plein emploi ou loi du travail forcé ?
Dissipons tout de suite un malentendu. La loi pour le « plein emploi » ne signifie pas que le gouvernement entend faire disparaître le chômage. Il joue en réalité sur les mots. Et compte bien que l’on retienne que le gouvernement aurait vaincu le chômage. Mais sa loi a surtout pour ambition de lutter contre les chômeurs et chômeuses.
Notre pays est en deuil et en colère
Notre pays est en deuil et en colère. Le meurtre de Nahel tué par un policier à bout portant à Nanterre, a mis à nu les effets de décennies de politiques publiques discriminatoires et sécuritaires ciblant notamment les quartiers populaires et la jeunesse qui y grandit et particulièrement les personnes racisées et précarisées. L’escalade des violences est une impasse et doit cesser.
Courrier intersyndical adressé aux parlementaires le 6 mai 2023
Parce que nous sommes profondément attachés à notre système de retraites par répartition et au principe de solidarité. Nous vous avions écrit le 14 février dernier pour vous interpeller de façon très solennelle et grave sur la crise politique et sociale que traverse actuellement notre pays, en raison de l’entêtement incompréhensible de l’exécutif sur le projet de réforme des retraites.
Toutes et tous ensemble le 1er mai
Le 1er mai est la journée internationale de lutte des travailleuses et des travailleurs. En France, la mobilisation pour la défense de nos retraites engagée depuis janvier est d’une intensité rare. Si nous n’avons pas pu passer un cran décisif, en particulier en mars par la grève reconductible et nos actions, nous n’avons cependant pas perdu.
Retraites : ce n’est pas fini !
Trois mois durant, à l’occasion de douze journées interprofessionnelles de grèves et de manifestations et d’une multitude d’actions locales et sectorielles, des millions de travailleurs et de travailleuses, de jeunes et de retraité-es se sont mobilisés pour exprimer le rejet de la réforme des retraites portée par le gouvernement.
Communiqué de presse intersyndical suite à la rencontre avec la Première ministre du 5 avril 2023
Soutenues par des millions de travailleuses et travailleurs mobilisés depuis bientôt 3 mois dans toute la France pour le retrait de la réforme des retraites, nos 8 organisations syndicales ont été reçues ce jour par la Première ministre.
Face au mépris et au déni de démocratie, pour nos retraites le 23 mars soyons des millions
En minorité, Macron et le gouvernement ont fait leur choix : ne pas risquer un vote contre leur réforme à l’Assemblée Nationale. C’est la mobilisation sociale massive et unitaire, par la grève, les actions et les manifestations qui a permis de repousser ce gouvernement dans ses retranchements.
Une semaine décisive. Reconduire, bloquer, gagner !
Depuis samedi soir, le gouvernement répète que l’adoption de la réforme par le Sénat … après avoir utilisé l’article 44-3 (vote bloqué) est une victoire. Il se raccroche à ce qu’il peut pour essayer de trouver une pseudo légitimité face à la majorité de la population qui rejette ce recul social. Aucune surprise pourtant que cette assemblée de droite ait validé ce projet de loi car elle correspond à son programme tout en préservant son très avantageux régime de retraite.
L’intersyndicale est prête à durcir le mouvement !
Depuis le 19 janvier dernier, la population ne cesse de démontrer sa très forte détermination à refuser le projet de réforme des retraites du gouvernement à travers les grèves, les manifestations mais aussi la pétition en ligne qui a atteint un million de signatures.
Réforme des retraites, les métiers pénibles pénalisés
L’objectif du gouvernement est clairement affiché : les salarié·es doivent travailler plus longtemps (et pour de petites retraites). Le but : baisser pour les entreprises les prélèvements obligatoires et le « coût du travail », c’est-à-dire tous les éléments des revenus des salarié·es. Dans cette logique libérale, pas question d’une véritable reconnaissance de la pénibilité qui générerait davantage des départs anticipés à la retraite pour les métiers pénibles. Le gouvernement a donc décalé de deux ans les départs anticipés, ce qui reporte d’autant la retraite des salarié-es concerné-es.
 
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90