ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 27 janvier

Chômage

Réforme chômage : reculer pour mieux sauter ?
La première ministre E. Borne a annoncé ce 3 janvier sur l’antenne de France Info le retrait de la mesure scandaleuse annoncée avant Noël par son ministre du travail O. Dussopt, à savoir la baisse de la durée d’indemnisation des chômeurs·euses de 40 % au cas où le taux de chômage (par rapport à la « population active ») descendait sous la barre des 6 %.
Guerre au chômage pas aux chômeurs !
Occupation de l’agence Pôle-Emploi de Montreuil

Nous appelons l’ensemble des travailleur·euse·s à rejoindre les privé·e·s d’emploi et précaires en lutte en se rendant à l’agence située au 7 Rue Kléber à Montreuil. Depuis 10h, des travailleur·euse·s privé·e·s d’emploi et précaires occupent avec leurs organisations l’agence Pôle-Emploi
Réforme chômage : la voix de son maître !
Alors que bien des juristes mettent sérieusement en doute le sérieux de la légalité des dispositifs apportés pendant les débats parlementaires comme la présomption de démission pour un abandon de poste d’un-e salarié-e, disposition qui pourrait être contraire à la Convention 158 de l’OIT, le Conseil Constitutionnel n’en a eu cure et a validé le dispositif.
Assurance chômage : ne laissons pas faire !
Au-delà des habillages (soi-disant modulation selon le taux de chômage, incitations à la reprise d’emploi), il s’agit bien d’une attaque contre la protection sociale, un appui au patronat pour forcer aux contrats précaires et des économies sur les plus pauvres. Venez nombreuses et nombreux au meeting unitaire à la Bourse du travail - salle Eugène Hénaff
Réforme de l’assurance chômage : le Parlement de la régression sociale !
La commission mixte paritaire a trouvé début novembre un accord satisfaitant le Parlement et le gouvernement. Mais certainement pas les premiers concerné-es, les chômeurs et chômeuses à qui le représentation nationale vient une nouvelle fois de raboter les droits en imposant le principe de « contracyclicité » qui fait dépendre la durée de versement des allocations de l’état du marché du travail.
Qui accepterait de perdre 25% de ses revenus quand la situation économique s’améliore ?
Les chômeurs indemnisés bien entendu ! Ils profitent déjà tellement du système !! C’est à peu de choses près ce que le gouvernement nous explique en annonçant une baisse programmée de la durée d’indemnisation des chômeurs quand la situation du “marché de l’emploi” passera sous le seuil des 9%
Réforme de l’assurance chômage : la clause du grand-père pour les chômeurs-ses ?
Le gouvernement a présenté le 21 novembre son projet de décret d’application de la loi portant réforme de l’assurance chômage et son concept de « contracyclicité » qui est au cœur de sa réforme. Pour dire les choses simplement, plus le marché du travail se porte bien, moins le ou la chômeur-se touche d’allocations, plus le marché est dégradé, meilleure sera son indemnisation.
Le gouvernement, la droite et l’extrême-droite détestent les chômeurs-ses
Après avoir voté la possibilité pour le gouvernement de réglementer le régime d’assurance chômage par décret en court-circuitant l’UNEDIC et les organisations syndicales qui seront simplement « consultées », les député-es des formations de droite et d’extrême-droite ont aggravé le projet de loi présenté par le gouvernement au sujet de la réforme chômage.
Nouvelle réforme de l’assurance chômage :
les chômeurs/ses coupables ?

Avant d’enclencher une nouvelle réforme des retraites, le nouveau ministre du Travail Olivier Dussopt entend tout comme ses prédécesseurs porter lui aussi fortement atteinte aux droits et allocations déjà bien faibles des chômeurs/ses.
La priorité de la rentrée sociale n’est pas la baisse des droits au chômage !
En cette rentrée sociale, le pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires, des pensions, des retraites, minimas sociaux et bourses d’études demeurent un sujet majeur pour nombre de travailleuses, travailleurs et jeunes. Comme nous le déclarions le 12 juillet, la préservation du pouvoir d’achat nécessite toujours un meilleur partage de la richesse.
 
0 | 10 | 20 | 30 | 40