ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 25 février

Non au licenciement de Moussa !


La direction convoque ce jour au siège de la société Moussa KOÏTA, vendeur au New Look Saint Antoine, à un entretien préalable à licenciement assorti d’une mise à pied à titre conservatoire.

Il lui est reproché ni plus, ni moins de... harceler l’encadrement du magasin de Créteil ! Derrière ce grief outrancier, désavoué il y a quelques années chez Virgin, il s’agit, pour la DRH, de soutenir inconditionnellement des managers dont Moussa n’a cessé, en sa qualité de délégué du personnel, de dénoncer les agissements : ces derniers ont donné lieu à des droits d’alerte, suivis de plusieurs dépôts de plainte et de la saisine des prud’hommes par deux salarié-es de cet établissement, licenciés depuis (leur audience est prévue le 24 mars prochain).

Plus généralement, elle cherche à dissuader l’action de notre syndicat dont les représentant-es, depuis les élections de 2015, n’ont eu de cesse d’agir contre la détérioration des conditions de travail et les pressions subies par nombre d’employé-es, faisant entendre une voix sans concession dans l’ensemble des instances où nous siégeons.

Pour monter de toutes pièces cette procédure, Madame Cordin, qui crie elle aussi au dénigrement vis à vis de sa (petite) personne, n’a pas répugné à manipuler un autre membre de notre organisation, ni a instrumentaliser une partie du CHSCT dont les secrétaires feraient mieux, si elles voulaient se montrer dignes de leur fonction, de s’indigner des accidents de travail non portés à sa connaissance...

Si d’aventure la direction poursuivait la procédure de licenciement de notre camarade, qu’elle sache qu’elle s’expose à un conflit inédit sur l’enseigne : un coup porté contre l’un-e d’entre nous est un coup porté contre tous !
 
 


Documents à télécharger > Non au licenciement de Moussa !

Actualités

Solidaires s’oppose à toute remise en cause du droit de grève

Ne nous laissons pas duper par ce chiffon rouge agité périodiquement. Le vrai problème ce sont bien les salaires qui stagnent voire régressent et la nécessité de se battre pour obtenir de vraies augmentations et un meilleur partage des richesses. L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien aux cheminot·es en grève ainsi qu’à toutes celles et ceux qui se battent pour vivre dignement de leur salaire.

Appel intersyndical 90 ans février 1934

Nos organisations syndicales ont décidé de se saisir de cet anniversaire pour organiser une journée de débats et d’action le samedi 10 février 2024 mettant en lumière les leçons de février 1934 qui sont toujours d’une brûlante actualité, portant fortement le combat contre les idées d’extrême droite et affirmant nos revendications sociales et démocratiques.

Ensemble, désmicardisons-nous !

Des dividendes qui explosent (près de 100 milliards d’euros versés par les entreprises du CAC 40 en 2023), une inflation importante et persistante (encore + 5% en 2023, soit + 11% en deux ans), une hausse des tarifs du gaz et de l’énergie qui continue, et des salaires qui stagnent : il y a urgence à augmenter les salaires et à permettre à toutes et tous de vivre dignement de son travail.

Un discours antisocial, ultralibéral et autoritaire

Le discours de politique générale à l’Assemblée Nationale de G. Attal renforce une politique libérale, dure et autoritaire qui ne cède aucune place à une quelconque remise en cause des effets délétères de 7 années de politique Macron. Si le 1er ministre « voit une société qui se perd quand elle doute d’elle-même et de ses capacités », il omet d’en nommer les causes.

Abrogation de la loi immigration !

Continuons le combat contre cette loi raciste et xénophobe. Touchée… mais pas coulée par le Conseil constitutionnel, la loi immigration reste toujours la plus régressive en matière d’immigration depuis 40 ans. Gérald Darmanin s’est d’ailleurs félicité que le projet de loi initial du gouvernement ait été intégralement conservé ou presque.

Facebook




Twitter