ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 27 novembre

Nos droits, leurs privilèges


Préparons nous à 1826 journées de résistance et d’alternatives ! le 20 mai, la place est à nous !

La période qui s’ouvre sous la présidence de Macron nous impose un engagement à faire des 1826 jours à venir de ce quinquennat 1826 journées de résistance multiples et convergentes pour faire face aux mauvais coups inscrits dans le programme électoral du nouvel élu. Nous savons que sans luttes, nos revendications ne seront ni entendues ni satisfaites.
Les alternatives portées par nos mouvements ne verront pas le jour sans mobilisations sociales d’ampleur !
Les inégalités augmentent, le chômage, la précarité et la pauvreté touchent de plus en plus de personnes, en particulier les femmes, les jeunes, les habitant.es des quartiers populaires, les migrant.e.s
L’explosion de la spéculation, des privilèges et de la richesse de quelques-uns, se renforce au détriment de toutes et tous.
Le racisme, sous toutes ses formes, en premier lieu le racisme institutionnel, gangrène notre société. Les noirs.es, les musulman.es, les arabes, les rrom.es, les asiatiques… sont accusés de tous les maux de notre société alors que discriminations et violences policières à leur égard se multiplient.
Les droits des salarié.es, des chômeurs et chômeuses, des locataires, la protection sociale et les services publics déjà affaiblis sont menacés dans leurs fondements. Les enjeux écologiques sont remisés au second plan.

Nous débattrons ensemble de nos droits fondamentaux, des libertés publiques et de l’état d’urgence, des violences policières et du racisme, du partage des richesses et de l’évasion fiscale… Nous exigerons nos droits et dénoncerons leurs privilèges.
Nous mettrons en commun les perspectives de mobilisations sociales !
Nous partagerons ensemble un moment festif : fanfare, bal populaire, bouffe et boissons…


On en débat tous/toutes ensemble...

Actualités

Réforme de l’assurance chômage : la clause du grand-père pour les chômeurs-ses ?

Le gouvernement a présenté le 21 novembre son projet de décret d’application de la loi portant réforme de l’assurance chômage et son concept de « contracyclicité » qui est au cœur de sa réforme. Pour dire les choses simplement, plus le marché du travail se porte bien, moins le ou la chômeur-se touche d’allocations, plus le marché est dégradé, meilleure sera son indemnisation.

20 novembre : Journée du souvenir trans, solidaires appelle à rejoindre les différents événements du TDOR !

Le 20 novembre, la communauté trans commémore ses adelphes assassiné·es à l’occasion de la journée du souvenir trans, déclinaison française du Trans Day of Remembrance (TDoR). Cette journée est apparue en 1999 suite au meurtre d’une femme trans du nom de Rita Hester.

Lettre ouverte aux parlementaires au sujet de la proposition de loi « visant à protéger les logements contre l’occupation illicite »

En prenant prétexte de quelques cas d’occupations soit-disant illégales exposés par les médias, il est envisagé de renforcer voire même de criminaliser les occupations de logement vides par des squatteurs ainsi que les défauts d’acquittement de loyers par des locataires en difficulté.

Réforme retraite : Les mesurettes ne compenseront pas les reculs !

Non pas qu’on puisse penser un seul instant que ce gouvernement va écouter les revendications des organisations syndicales combatives, y compris la nôtre, mais c’est quand même largement un déni de démocratie. Aucune réponse quant à la demande de participer au deuxième round sur “l’équité et la justice” qui va commencer.

PLFSS 2023 : Derrière les beaux discours et les promesses, Macron continue de saper la sécurité sociale !

Dans son projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), le gouvernement a beau parler prévention, accès à la santé, aide à l’autonomie des personnes âgées ou en situation de handicap, force est de constater qu’au final tout cela n’est qu’enfumage pour tenter de masquer sa véritable politique : réduire coûte que coûte les dépenses de la sécurité sociale, soit ce qu’il appelle la baisse du « déficit ».

Facebook




Twitter