ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 25 février

Tout ça… pour ça !


Ouverture des magasins le dimanche : Anne Hidalgo rentre dans le rang !

Tout ça… pour ça : lors du prochain Conseil de Paris du 7 au 9 novembre 2016, la maire de Paris, Anne Hidalgo, va soumettre une proposition maximaliste du nombre de dimanches pouvant être travaillés dans les commerces de la capitale.

Jusqu’alors la Mairie de Paris avait une position claire : l’opposition à toute généralisation du travail dominical dans la capitale pour protéger les emplois et ne pas tuer le petit commerce.

C’est sur ce constat et cet engagement que la Mairie avait obtenu le soutien des organisations syndicales de salariés dans son combat devant le conseil constitutionnel pour récupérer le pouvoir de déterminer le nombre de dimanches travaillés à Paris, qui peut aller jusqu’à un maximum de douze.
Mais depuis qu’elle a eu gain de cause et obtenu le transfert de cette compétence qui était du ressort du Préfet, la Mairie de Paris a opéré une volteface et choisi de passer outre les conclusions de sa propre Mission d’Information et d’Évaluation sur le sujet.

Ainsi, alors que les consultations étaient toujours en cours, le directeur de cabinet de la maire, déclare à l’AFP : "Plus il y aura de dimanches ouverts, plus cela bénéficiera au petit commerce et permettra donc d’équilibrer la situation par rapport aux ZTI", Zones Touristiques Internationales où les magasins sont ouverts tous les dimanches. Or, c’est exactement le contraire qui se produira : plus les grandes chaînes de la distribution pourront ouvrir le dimanche et plus le petit commerce, qui ne pourra suivre, sera fragilisé : Nous ne sommes pas les seuls à le dire : ce sont les termes du rapport voté par le Conseil de Paris en février 2015.

Pour les salariés du Commerce parisiens et le CLIC-P (Comité de Liaison Intersyndical du Commerce de Paris) ce double discours est intolérable. Si la Mairie de Paris doit poursuivre la politique maximaliste du préfet, ils s’opposeront et se mobiliseront contre cette véritable duperie.

Contacts CLIC-P :
• SICD-CFDT : Alexandre Torgomian – 0660278124 - syndicat@cfdt-commerce.fr
• SECI-Unsa : Eric Scherrer - 06.62.46.25.43 - e.scherrer.seci@free.fr
• Section CGT Apple Retail : Franck Lalieux - 07.86.60.89.23 - flalieux@gmail.com
• CGT : Karl Ghazi - 06.81.36.04.59 - uscommerceparis@free.fr
• SUD : Laurent Degousée - 06.78.53.35.77 - sudcommerce@yahoo.fr

Facebook : https://facebook.com/ClicParis
Twitter : @ClicParis
Mail : clic-paris@gmail.com

Actualités

Solidaires s’oppose à toute remise en cause du droit de grève

Ne nous laissons pas duper par ce chiffon rouge agité périodiquement. Le vrai problème ce sont bien les salaires qui stagnent voire régressent et la nécessité de se battre pour obtenir de vraies augmentations et un meilleur partage des richesses. L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien aux cheminot·es en grève ainsi qu’à toutes celles et ceux qui se battent pour vivre dignement de leur salaire.

Appel intersyndical 90 ans février 1934

Nos organisations syndicales ont décidé de se saisir de cet anniversaire pour organiser une journée de débats et d’action le samedi 10 février 2024 mettant en lumière les leçons de février 1934 qui sont toujours d’une brûlante actualité, portant fortement le combat contre les idées d’extrême droite et affirmant nos revendications sociales et démocratiques.

Ensemble, désmicardisons-nous !

Des dividendes qui explosent (près de 100 milliards d’euros versés par les entreprises du CAC 40 en 2023), une inflation importante et persistante (encore + 5% en 2023, soit + 11% en deux ans), une hausse des tarifs du gaz et de l’énergie qui continue, et des salaires qui stagnent : il y a urgence à augmenter les salaires et à permettre à toutes et tous de vivre dignement de son travail.

Un discours antisocial, ultralibéral et autoritaire

Le discours de politique générale à l’Assemblée Nationale de G. Attal renforce une politique libérale, dure et autoritaire qui ne cède aucune place à une quelconque remise en cause des effets délétères de 7 années de politique Macron. Si le 1er ministre « voit une société qui se perd quand elle doute d’elle-même et de ses capacités », il omet d’en nommer les causes.

Abrogation de la loi immigration !

Continuons le combat contre cette loi raciste et xénophobe. Touchée… mais pas coulée par le Conseil constitutionnel, la loi immigration reste toujours la plus régressive en matière d’immigration depuis 40 ans. Gérald Darmanin s’est d’ailleurs félicité que le projet de loi initial du gouvernement ait été intégralement conservé ou presque.

Facebook




Twitter