ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 23 mai

Victimes d’actes lesbophobes, gayphobes, biphobes, transphobes, c’est le moment de parler


Cette année, elle organise, pour la première fois, une semaine du témoignage contre l’homophobie, du lundi 21 au dimanche 27 novembre.

A cette occasion, la ligne d’écoute anonyme sera exceptionnellement ouverte, pendant 10 heures d’affilée, le samedi 26 novembre de 10h à 20h, afin de pouvoir recueillir la parole des victimes et leur apporter du soutien. Une permanence supplémentaire du Chat’Ecoute se tiendra aussi, le mardi 22 novembre, de 21h à 22h30.

La ligne d’écoute offre un espace de parole libre et anonyme pour toute personne qui en éprouve le besoin, qu’elle ait été victime ou témoin d’agression verbale ou physique, de discrimination ou de rejet lié à son orientation sexuelle ou son identité de genre. Et aussi, pour un certain nombre d’appelant-e-s, un moyen de rompre la solitude dont elles et ils peuvent souffrir.

SOS homophobie recueille aussi, chaque année, des centaines de témoignages sur son site internet, ses pages Facebook, grâce au Chat’Ecoute et à ses actions sur le terrain. Ces témoignages permettent d’alimenter le rapport annuel de l’association, seul état des lieux des LGBTphobies, en France, qui paraît chaque 17 mai.

Pendant cette Semaine du témoignage contre l’homophobie, les bénévoles de l’association seront mobilisés dans toute la France. L’objectif est de permettre aux victimes de pouvoir parler, leur assurer une écoute bienveillante et un soutien actif.

Ligne d’écoute anonyme : 01.48.06.42.41

Lundi à vendredi : 18h-22h Samedi : 14h-16h Dimanche : 18h-20h

Samedi 26 novembre : 10h-20h

Témoignage en ligne sur www.sos-homophobie.org : https://www.sos-homophobie.org/temoigner

Chat’Ecoute : https://www.sos-homophobie.org/chat

Les jeudis de 21h à 22h30 et les dimanches de 18h à 19h30

Mardi 22 novembre : 21h à 22h30.

Actualités

Nouveau gouvernement : c’est sa politique régressive néolibérale que nous continuerons à combattre !

La nomination d’un nouveau gouvernement donne lieu à de nombreux commentaires, le choix des ministres supposant incarner l’orientation politique. D’expérience, les têtes ne changent souvent pas grand-chose sur le fond de la politique qui restera ultralibérale et autoritaire.

La Commune de Paris, 151 ans !

Plus que d’autres révolutions, la Commune de Paris a durablement marqué la conscience collective en France et dans le monde. Après une montée historique au mur des Fédérés 2021 (15000 personnes dans les rues entre République et le cimetière du Père Lachaise), nous rendons de nouveau hommage, 151 ans plus tard, à ceux qui se sont élancés à l’assaut du ciel.

Appel unitaire pour le 17 mai 2022, journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT)

Ce 17 mai, journée internationale de lutte contre les LGBTphobies, est importante dans la lutte pour l’égalité et contre les discriminations. Après deux années de pandémie, les vies militantes associative et syndicale notamment pour les personnes LGBTQI+, reprennent enfin leur cours. Il est temps aussi de remettre leurs revendications en avant !

Un syndicalisme de lutte et de tranformation sociale, c’est quoi ?

Beaucoup confondent indépendance du syndicalisme par rapport aux partis politiques et apolitisme. En vérité, le fait que Solidaires se réclame d’un syndicalisme de transformation sociale montre bien que ses militant-e-s s’impliquent concrètement dans l’organisation de la cité, et cela procède à l’évidence d’un acte profondément politique et citoyen, cependant très éloigné des pratiques politiciennes dont le but et de conquérir le pouvoir.

1er mai : journée internationale des droits des travailleur·euses. Pour la Paix, les libertés et contre toutes régressions sociales !

En cette journée internationale des droits des travailleur.euses les unions régionales Ile-de- France CGT FO FSU Solidaires UNSA, avec les organisations UNEF, Voix lycéenne et MNL, tiennent à réaffirmer leur opposition résolue à toute forme de guerre dont elles constatent que ce sont toujours les travailleur.euses qui en payent le prix fort.

Facebook




Twitter