ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 05 mars

Solidarité avec les grévistes du CASI SNCF région « Paris Rive Gauche »


Depuis le jeudi 29 juin, les salarié·e·s du Comité des Activités Sociales et culturelles Interentreprises (les anciens CE) de la SNCF sur le secteur Paris Rive Gauche sont en grève. Initialement appelée par la CGT et SUD Rail, les salarié·e·s réunis en AG continuent de la reconduire depuis.

Cette grève est très majoritairement suivie, avec des taux de grévistes entre 80 et 95 %. L’Assemblée Générale des grévistes a décidé de poursuivre la lutte avec des débrayages les prochains jours et des journées de grève complètes à certains moments, afin d’exiger l’ouverture de vraies négociations permettant de faire aboutir leurs revendications.

Les grévistes sont les salarié·e·s de droit privé, qui sont employé·e·s par le CASI pour fournir les activités sociales, la cantine, les actions culturelles, les bibliothèques ... aux cheminot·e·s du secteur Paris Rive Gauche.

Pourtant, si leurs activités sont très utiles aux cheminot·e·s, la situation de ces salarié·e·s est très loin d’être satisfaisante.

Ils/elles subissent le sous-effectif, de mauvaises conditions de travail, un manque de moyens qui entraîne des dégradations des services offerts aux cheminot·e·s, des difficultés à embaucher à cause de cette situation dégradée et en plus ont des salaires très bas, indignes par rapport au travail fourni et par rapport à l’image que veulent se donner leur employeur.

Car la particularité du CASI, c’est qu’il est géré par les élu·e·s du personnel SNCF et en particulier dans le cas du réseau PRG par le syndicat arrivé en tête aux élections. Mais étrangement, lorsque ces syndicalistes deviennent les patrons des salarié·e·s du CASI, ils/elles oublient aussitôt leurs revendications et leurs idées et se comportent comme n’importe quel patron, refusant toute augmentation de salaire, refusant de négocier, refusant de reconnaître la signification de la grève.

Ce double discours n’est pas acceptable et doit cesser.

L’Union Locale Solidaires des 5éme-13éme arrondissements de Paris et d’Ivry-sur-Seine est aux côtés des camarades de SUD Rail PRG, membres de notre UL et des grévistes du CASI. Nous soutenons pleinement leur lutte et nous appelons leur employeur à satisfaire immédiatement leurs revendications légitimes :
• L’augmentation des salaires
• La continuité du déroulement de carrière après 20 ans d’ancienneté, limite actuelle.
• Un déroulement de carrière amélioré dans son contenu par rapport à celui déjà existant.
• Des embauches supplémentaires.
• La revalorisation de toutes les primes accordées dans les accords locaux.

Nous appelons aussi à alimenter leur caisse de grève en ligne :
https://www.leetchi.com/fr/c/caisse-de-greve-des-salaries-du-casi-prg-9843631

Et à signer la pétition de soutien à cette grève : https://chng.it/mhf6ZB59kj

Mobilisons-nous pour nos droits, quelque soit le patronat !


Document à télécharger

Actualités

Doublement des franchises médicales : les assuré-es sociaux en seront de leur poche !

Le gouvernement l’a décidé, l’assuré social devra payer 1 euro par boite de médicament remboursée et par acte d’un auxiliaire médical et 2 euros pour une consultation chez le médecin ou examen/analyse, 4 euros par transport sanitaire ou taxi, le tout dans un plafond de 50 euros annuels.

10 milliards sur le dos de la justice sociale, des services publics et de l’écologie

Alors que le gouvernement fait depuis longtemps des cadeaux au patronat et se refuse à mettre en place notamment la conditionnalité des aides publiques aux entreprises ou à agir sur les exonérations de charges tant dans les politiques publiques que pour les ministères.

Contre les inégalités : grève et rapport de force !

Au nom d’une croissance moins forte que prévu, Bruno Le Maire annonce que l’État va devoir se serrer la ceinture de 10 milliards d’euros supplémentaires. Comme il est hors de question d’augmenter les recettes, donc les impôts, la calculette du ministre des finances est tombée sur les ministères chargés de trouver la plus grande partie des milliards qui ne seront pas dépensés.

Solidaires s’oppose à toute remise en cause du droit de grève

Ne nous laissons pas duper par ce chiffon rouge agité périodiquement. Le vrai problème ce sont bien les salaires qui stagnent voire régressent et la nécessité de se battre pour obtenir de vraies augmentations et un meilleur partage des richesses. L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien aux cheminot·es en grève ainsi qu’à toutes celles et ceux qui se battent pour vivre dignement de leur salaire.

Appel intersyndical 90 ans février 1934

Nos organisations syndicales ont décidé de se saisir de cet anniversaire pour organiser une journée de débats et d’action le samedi 10 février 2024 mettant en lumière les leçons de février 1934 qui sont toujours d’une brûlante actualité, portant fortement le combat contre les idées d’extrême droite et affirmant nos revendications sociales et démocratiques.

Facebook




Twitter