ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 15 août

Le suivi médical des salarié-e-s au 1er janvier 2017


Depuis la réforme de 2002 qui a transformé les services de médecine du travail en services de santé au travail et imposé la pluridisciplinarité grâce à l’apport de compétences diversifiées et complémentaires, la réglementation relative au suivi individuel des salarié-e-s a été modifiée à deux reprises.

  • La réforme de 2011-2012 a redéfini les missions et modifié l’organisation des services de santé au travail, revu la compétence de l’équipe pluridisciplinaire, modifié le suivi individuel des salarié-e-s.
  • La loi Rebsamen de 2015 puis la loi El Khomri de 2016 modifient en profondeur les conditions de la surveillance médicale des salarié-e-s ainsi que le dispositif de l’inaptitude.

Si nous pouvons souligner l’avancée que représente la suppression (partielle) de l’avis d’aptitude tant contestée pendant des décennies, nous devons en revanche insister sur le fait que cette réforme n’est pas là pour assurer une meilleure protection de la santé au travail des salarié-e-s mais pour l’adapter à une démographie médicale déclinante et alléger les obligations des employeurs vécues comme des contraintes.

Après avoir espacé les visites médicales à deux ans, allégé les visites de reprise pour libérer du temps au médecin du travail en 2011, aujourd’hui ce sont les visites médicales d’embauche et la périodicité des visites médicales qui sont ciblées et toujours pour les mêmes raisons.

Des tâches précédemment confiées au médecin du travail pourront être assurées par l’équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé sous son autorité.
Cette fiche fait le tour des principaux changements intervenus avec la loi Rebsamen du 17 août 2015, la loi Santé du 27 janvier 2016 et en n la loi travail du 8 août 2016 et son décret d’application n°2016-1908 du 27 décembre 2016.

Pour la plupart d’entre elles ces modifications sont entrées en vigueur au 1er janvier 2017.
 

Documents à télécharger : Le suivi médical des salarié-e-s au 1er janvier 2017

Actualités

Le droit de vote pour tous les résidentes et résidents de nos communes !

Une proposition de loi constitutionnelle visant à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux personnes non ressortissantes de l’Union européenne résidant en France. Bien que le texte proposé n’aborde que la question des élections municipales, le collectif « J’y suis, j’y vote » soutient cette proposition de loi constitutionnelle.

Pour la rentrée préparons la riposte !

Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat. Le 29 septembre 2022, ensemble dans la rue, pour l’augmentation des salaires, des retraites et des minimas sociaux, et à l’opposé du RN qui a voté contre l’augmentation du SMIC à 1500 euros, contre le blocage des prix, contre le blocage des loyers et pour la monétisation des RTT.

Défendre les droits reproductifs des femmes ukrainiennes en Ukraine, à travers et au-delà de l’Union européenne : une lutte féministe mondiale

Les violences domestiques à l’encontre des femmes et des enfants se sont nettement amplifiées. Les femmes réfugiées en Ukraine et à l’étranger, à la recherche d’un refuge sûr, font face à un risque amplifié de violence sexistes et sexuelles.

Ces gens-là ne veulent plus de LGBTQIphobes au gouvernement !

« Ces gens-là » c’est moi. Je fais partie de ces gens-là. C’est gens-là, c’est nous. Nous, vos collègues de boulot. Qui êtes-vous pour nous désigner ? Nous mépriser ? Nous stigmatiser ? Pour déblatérer sur nos sexualités ? Notre genre ? Nos familles ? L’époque est censée progresser, avancer, mais vos idées conservatrices et réactionnaires sectarisent. Détruisent. Tuent. Et pas que « ces gens-là ».

Rassemblement pour la régularisation des travailleurs sans-papiers de DPD, Chronopost & RSI

Depuis plus de 8 mois des travailleurs de l’agence d’intérim RSI de Gennevilliers, de la plateforme colis DPD du Coudray-Montceaux et de l’agence Chronopost d’Alfortville, ces deux dernières entreprises étant des filiales de La Poste, sont en grève pour leur régularisation. Nous appelons à se rassembler devant l’église Saint Augustin, et demandons à ce qu’une délégation soit reçue au ministère de l’intérieur.