ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 27 novembre

Liberté pour Loup Bureau : le journalisme n’est pas un crime


Il est soupçonné d’activités "terroristes". Collaborateur de la chaîne française TV5 Monde, il a été interpellé la semaine dernière au poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie, avant d’être incarcéré dans la ville de Sirnak, une zone à majorité kurde située dans le sud-est de la Turquie et frontalière de l’Irak et de la Syrie.
Les autorités turques affirment que le journaliste était en possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG.
Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé l’arrestation de notre confrère soulignant "suivre avec la plus grande attention la situation de notre compatriote détenu en Turquie et être en relation avec sa famille. L’ambassade de France à Ankara est en contact avec les autorités locales afin de pouvoir exercer au plus vite la protection consulaire".
Cette nouvelle arrestation survient après la récente affaire Mathias Depardon, le photographe français qui avait été arrêté dans le sud-est de la Turquie en mai dernier. Il avait été expulsé au bout d’un mois de détention grâce à une forte mobilisation des syndicats français de la FIJ, des ONG, et des défenseurs des droits de l’Homme.
Depardon était accusé, comme d’habitude désormais de "propagande terroriste" pour le compte du PKK, pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des photos prises au cours d’un reportage.
Il est clair que les dirigeants turcs et le président Erdogan en tête abhorrent les journalistes étrangers trop curieux et n’hésitent pas à les arrêter pour imposer un mur du silence sur la réalité de ce pays qui est la plus grande prison au monde pour les journalistes où 160 de nos confrères sont derrière les barreaux.
La répression s’abat en effet sur les journalistes turcs et kurdes de façon redoublée depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 avec des fermetures de media par dizaines, tuant la liberté d’expression.

En témoigne le procès récent à Istanbul de 19 journalistes du quotidien de l’opposition turque Cumhuriyet. Ils risquent jusqu’à 43 ans de prison, accusés d’aide aux "organisations terroristes armées"
Les syndicats SNJ - SNJ-CGT - CFDT-journalistes, membres de la Fédération internationale des journalistes (FIJ - 600 000 adhérents dans 149 pays) :
 appellent à la libération immédiate de notre confrère Loup Bureau ;
 exigent que le gouvernement français mette tout en œuvre pour ce faire. Les propos convenus ne suffisent plus.
 SNJ - SNJ-CGT - CFDT-journalistes tiennent les autorités turques pour responsables du sort de Loup Bureau.

Avec la FIJ et la Fédération européenne des journalistes (FEJ), ils demandent la saisie du Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la liberté des medias, dont le représentant est Harlem Désir depuis le mois dernier.

Voir aussi la campagne intersyndicale de solidarité avec les syndicalistes de Turquie.

Actualités

Réforme de l’assurance chômage : la clause du grand-père pour les chômeurs-ses ?

Le gouvernement a présenté le 21 novembre son projet de décret d’application de la loi portant réforme de l’assurance chômage et son concept de « contracyclicité » qui est au cœur de sa réforme. Pour dire les choses simplement, plus le marché du travail se porte bien, moins le ou la chômeur-se touche d’allocations, plus le marché est dégradé, meilleure sera son indemnisation.

20 novembre : Journée du souvenir trans, solidaires appelle à rejoindre les différents événements du TDOR !

Le 20 novembre, la communauté trans commémore ses adelphes assassiné·es à l’occasion de la journée du souvenir trans, déclinaison française du Trans Day of Remembrance (TDoR). Cette journée est apparue en 1999 suite au meurtre d’une femme trans du nom de Rita Hester.

Lettre ouverte aux parlementaires au sujet de la proposition de loi « visant à protéger les logements contre l’occupation illicite »

En prenant prétexte de quelques cas d’occupations soit-disant illégales exposés par les médias, il est envisagé de renforcer voire même de criminaliser les occupations de logement vides par des squatteurs ainsi que les défauts d’acquittement de loyers par des locataires en difficulté.

Réforme retraite : Les mesurettes ne compenseront pas les reculs !

Non pas qu’on puisse penser un seul instant que ce gouvernement va écouter les revendications des organisations syndicales combatives, y compris la nôtre, mais c’est quand même largement un déni de démocratie. Aucune réponse quant à la demande de participer au deuxième round sur “l’équité et la justice” qui va commencer.

PLFSS 2023 : Derrière les beaux discours et les promesses, Macron continue de saper la sécurité sociale !

Dans son projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), le gouvernement a beau parler prévention, accès à la santé, aide à l’autonomie des personnes âgées ou en situation de handicap, force est de constater qu’au final tout cela n’est qu’enfumage pour tenter de masquer sa véritable politique : réduire coûte que coûte les dépenses de la sécurité sociale, soit ce qu’il appelle la baisse du « déficit ».

Facebook




Twitter