ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      samedi 04 février

Les utopiques - Soirée de présentation du n° 10


Sur les chemins de l’émancipation, ce numéro des Utopiques emprunte la voie de l’autogestion. Les auteur·es viennent d’horizons divers : syndicalistes de l’Union syndicale Solidaires et de la CGT, acteur·trices d’expériences de gestion directe par les travailleurs et travailleuses, historien·nes, sociologues, praticien·nes de l’autogestion.

Certain·es ont participé à des aventures aussi singulières que celle des Lip à Besançon il y a près d’un demi-siècle ou des Fralib/Scop-TI à Gémenos aujourd’hui. Ils nous racontent leur histoire : pourquoi cette reprise en mains de la production ? Comment ça se passe ? Quels enseignements ? Quelles difficultés ?

Ces mêmes questions sont traitées à travers d’autres exemples contemporains : la coopérative Viomé en Grèce, le camp de Lavrio organisé par les Kurdes en exil, les coopératives de livraison à vélo qui se mettent en place dans plusieurs pays européens, les entreprises récupérées en Argentine…
L’histoire est aussi présente dans ce numéro : soviets de la Révolution russe, conseils ouvriers de Bavière, collectivisations durant la Révolution espagnole de 1931-1939, le mouvement ouvrier britannique entre nationalisations et contrôle ouvrier, l’autogestion en Algérie ou dans les pays de l’ex-bloc soviétique…
Plus près de nous géographiquement, la place des femmes dans la lutte des Lip ou la dimension autogestionnaire dans le mouvement des femmes sont aussi examinées.

La gestion directe des entreprises par celles et ceux qui les font fonctionner, et plus largement de la Cité par celles et ceux qui y vivent, sont des thèmes qui intéressent directement le syndicalisme. Nous revenons sur la manière dont la CFDT des années 1970 avait développé tout un travail sur l’autogestion, qui irriguait la société.

Autogérer demain les chemins de fer ? L’éducation ? Des pistes sont évoquées. Quelques éléments sur le fondement juridique du pouvoir patronal complète l’étude.
Enfin, quelques textes et témoignages autour des Gilets jaunes annoncent le numéro suivant...
Hors dossier, Alain Bihr présente le tome 2 de son œuvre sur la naissance du capitalisme, tandis que Ludivine Bantigny revient sur la pensée décoloniale.

Les utopiques - Soirée de présentation du n° 10

Actualités

La répression policière sur des manifestant·es et militant·es n’est pas acceptable

A l’arrivée de notre cortège syndical à Paris, lors de la manifestation du 31 janvier 2023, des policiers casqués et armés de matraques s’en sont pris violemment au service d’ordre de l’Union syndicale Solidaires et aux camarades du cortège de Sud Rail, directement autour de la camionnette, les frappant violemment.

Une puissante mobilisation qui oblige au retrait

Le 19 janvier plus de deux millions de travailleuses et travailleurs, et de jeunes se sont mobilisé·es mis en grève et/ou ont manifesté, dans le public comme dans le privé, contre la réforme des retraites de ce gouvernement. Nous sommes unis et déterminés à faire retirer ce projet de réforme des retraites, c’est pourquoi l’intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles le 31 janvier.

Contre la réforme des retraites, manifestation parisienne aux flambeaux

(Réforme des retraites) Déclaration du 25 janvier 2023 de l’intersyndicale nationale

Nous sommes aujourd’hui présents, responsables de nos organisations, pour réaffirmer collectivement notre opposition au projet de réforme qui va à l’encontre des intérêts des travailleurs en décalant l’âge légal de départ en retraite à 64 ans et en accélérant l’allongement de la durée de cotisation.

Retraites : première journée de mobilisation le 19 janvier

Cette réforme va frapper de plein fouet l’ensemble des travailleurs et travailleuses, et plus particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires, dont l’espérance de vie est inférieure au reste de la population, et celles et ceux dont la pénibilité des métiers n’est pas reconnue.
Elle va aggraver la précarité de celles et ceux n’étant déjà plus en emploi avant leur retraite, et renforcer les inégalités femmes-hommes.

Facebook




Twitter