ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 05 mars

TOUS ET TOUTES EN GRÉVE


Paradis Fiscal, pour les patrons
Enfer social, pour la population
De cette société là, on n’en veut pas !

Les jeunes dans la galère
Les vieux dans la misère
De cette société-là, on n’en veut pas !

Lycéens, étudiants, chômeurs et salariés
C’est tous ensemble qu’il faut lutter
C’est tous ensemble qu’on va gagner !

(Sur l’air de l’Empereur, sa femme et le p’tit prince)
Jeudi matin, Macron, Dussopt,
Et tous les autres volent nos pensions
Cet argent c’est le notre
Alors c’est parti
Tout le monde a dit,
EN GRÈVE AUJOURD’HUI
DEMAIN ON RECONDUIT !
Vendredi matin, …

Sur l’air de « lundi, des patates »
Mercredi (...)
Jeudi, C’EST LA GRÈVE
Vendredi, C’EST LA GRÈVE
Samedi, C’EST LA GRÈVE
Et dimanche, pour le moral
On vote la grève générale !

On est là,
On est là,
Pour que les retraites soient belles,
Nous on est là
Contre la précarité,
Pour la solidarité
La défense des retraité-es
Nous on est là !

On est là,
On est là,
Pour la retraite à 60
Nous on est là
Contre la précarité,
Pour la solidarité
La défense des retraité-es
Nous on est là !

Fin du monde, fin du mois,
Même Macron, même combat !

Pension plus tard et mal payées,
C’est un crime contre les retraités !

Sécu, salaires, retraites
C’est nous qui travaillons alors c’est nous qui décidons !

C’est pas à l’Élysée
C’est pas à Matignon
C’est pas dans les salons qu’on obtiendra satisfaction,
C’est par la grève, c’est par l’action !

De l’argent, il y en a dans les caisses du patronat !
Et l’argent, on l’prendra dans les caisses du patronat !

Tout est à nous... rien n’est à eux...
Tout ce qu’ils ont, ils l’ont volé...
Partage des richesses…
Retraite à 60 ans…
Ou alors, ça va péter, ça va péter !

Où est-ce qu’on va ?
Au combat !
Quelle arme on a ?
Le syndicat !
De lutte, de classe, et autogestionnaire !

Y’en a assez, assez, assez d’cette société
qui sème le chômage et la précarité !

C’est pas les sans-papiers
C’est pas les immigrés
C’est les patrons
Qu’il faut virer

Qui sème la misère, récolte la colère !
Misère, chômage, Macron dégage !

C’est pas un jour de grève
qui nous fera gagner
c’est la grève illimitée !

Nous ne sommes pas de la chair à patrons,
C’est le retrait que nous voulons !
Ils servent à rien, ils nous coûtent cher,
licencions tous les actionnaires !

Sur l’air des « amants de St Jean »
Comment ne pas perdre la tête
Avec ce Medef arriéré
Retraites attaquées, salaires oubliés,
Toujours plus de précarité
Bande de truands
On ne travaill’ra pas jusqu’à 100 ans
37 ans et demi, public privé
On va gagner !

Sur l’air de « Bella ciao »
Trop d’actionnaires,
Trop de rentiers,
Trop d’exclusion, d’humiliation, de pri-va-ti-sa-tion !
Toutes les richesses, accumulées, il va falloir les partager !
Y’a d’la galère,
Des p’tits salaires,
Des gens virés, des licenciés, des pré-ca-ri-sés !
C’est dans la lutte,
C’est dans la grève,
C’est dans la rue qu’on va gagner

La retraite à 60 ans
On s’est battus pour la gagner
On se battra pour la garder !

A-ah, anti, anticapitaliste !

Il faut se syndiquer, se mettre en grève, manifester ne rien lâcher.

La retraite c’est comme la galette,
On la veut complète !

Siamo tutti antifascisti

Pas de fachos dans nos quartiers
Pas de quartiers pour les fachos

Derrière le fascisme
Se cache le capital
La lutte antifasciste est une lutte syndicale

Nous s’qu’on veut veux c’est la grève générale, nous s’quon veut c’est la grève générale… (x2)

So, so ! Solidarité ! Avec les travailleuses du monde entier !

Et pas un jour de plus, et pas un euro de moins !
 

Les Vulves Assassines - La Retraite

 

La retraite à 60 ans
On s’est battu pour la gagner
On se battra pour la garder

Libérez nos camarades
Ouvrez la cage aux soixantenaires
Qu’ils fassent des promenades
Du jardinage et du bricolage
Des mots croisés et puis du sport
Et aussi du soutien scolaire
Qu’ils prennent l’apéro entre amis
Qu’ils en dégueulent avant minuit

La retraite à 60 ans
On s’est battu pour la gagner
On se battra pour la garder

On veut qu’nos vieilles quittent les machines
S’envoient en l’air dans les glycines
Qu’elles parlent fort à table
Nous mettent minable au Scrabble
Et qu’elles repassent des diplômes
Nous fassent des tartes aux pommes
Ou qu’elles glandouillent au soleil
Si elles ont un peu la flemme

On s’arrêtera pas là
On veut entendre des cris de joie dans les parcs en été
Les cheveux gris au vent courant à poil vers le levant
Qu’ils puissent chanter et faire des rondes
Et réfléchir au nouveau monde

La retraite à 60 ans
On s’est battu pour la gagner
On se battra pour la garder

Actualités

Doublement des franchises médicales : les assuré-es sociaux en seront de leur poche !

Le gouvernement l’a décidé, l’assuré social devra payer 1 euro par boite de médicament remboursée et par acte d’un auxiliaire médical et 2 euros pour une consultation chez le médecin ou examen/analyse, 4 euros par transport sanitaire ou taxi, le tout dans un plafond de 50 euros annuels.

10 milliards sur le dos de la justice sociale, des services publics et de l’écologie

Alors que le gouvernement fait depuis longtemps des cadeaux au patronat et se refuse à mettre en place notamment la conditionnalité des aides publiques aux entreprises ou à agir sur les exonérations de charges tant dans les politiques publiques que pour les ministères.

Contre les inégalités : grève et rapport de force !

Au nom d’une croissance moins forte que prévu, Bruno Le Maire annonce que l’État va devoir se serrer la ceinture de 10 milliards d’euros supplémentaires. Comme il est hors de question d’augmenter les recettes, donc les impôts, la calculette du ministre des finances est tombée sur les ministères chargés de trouver la plus grande partie des milliards qui ne seront pas dépensés.

Solidaires s’oppose à toute remise en cause du droit de grève

Ne nous laissons pas duper par ce chiffon rouge agité périodiquement. Le vrai problème ce sont bien les salaires qui stagnent voire régressent et la nécessité de se battre pour obtenir de vraies augmentations et un meilleur partage des richesses. L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien aux cheminot·es en grève ainsi qu’à toutes celles et ceux qui se battent pour vivre dignement de leur salaire.

Appel intersyndical 90 ans février 1934

Nos organisations syndicales ont décidé de se saisir de cet anniversaire pour organiser une journée de débats et d’action le samedi 10 février 2024 mettant en lumière les leçons de février 1934 qui sont toujours d’une brûlante actualité, portant fortement le combat contre les idées d’extrême droite et affirmant nos revendications sociales et démocratiques.

Facebook




Twitter